actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Bouchta Farqzaid
publié le
23/04/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

En attendant Pasolini (Fi Ntidhar Pasolini)


Daoud AOULAD SYAD


Le Cheval de vent


Adieu Forain


Tarfaya


Ouarzazate Movie, d'Ali Essafi


J'aime le cinéma, de Oussama Fawzi


En attendant Pasolini


Daoud Aoulad-Syad


Daoud Alouad-Syad, au festival d'Apt 2008


Mohamed Majd

retour
 
En attendant Pasolini, de Daoud Ouled-Syad*
Du cinéma burlesque
"La verità non sta in un solo sogno ma in molti sogni"**
Les mille et une nuits, de Pier Paolo Pasolini

En guise de présentation :
Il est indéniable que, sur la scène cinématographique marocaine, Daoud Ouled-Syad est l'un des réalisateurs les plus inventifs. Ses premiers films en témoignent : Le cheval de vent (2002), Adieu forain, Tarfaya Bab Labhar. Ce brio s'explique par le fait que ce jeune réalisateur est d'abord un bon photographe.
Réalisé en 2007, En attendant Pasolini, a certainement une valeur ajoutée, par rapport aux films précédents, en ce qu'il traite le rapport si épineux de la fiction et de la réalité ou tout simplement l'articulation du cinéma et du quotidien. Engagé, au sens artistique, Daoud Ouled-Syad sait donner du sens grâce à un regard à la fois réaliste et satirique. De ce fait, son souci, semble-t-il, est de donner à voir une matière tout en instaurant une certaine distanciation, à l'instar de Brecht dans le théâtre et du cinéma italien.


Une mise en abyme : le thème du cinéma

Comme l'a souligné Daoud Ouled-Syad à maintes reprises, le cinéma a toujours constitué, pour lui, un sujet de prédilection. C'est pourquoi, le documentaire que Ali ESSAFI a réalisé sur les figurants de Ouarzazate l'a tellement touché qu'il a décidé de réaliser une "fiction" autour du même motif, en faisant appel à un scénariste distingué, son préféré Youssef FADEL. Cut : En attendant Pasolini.
Ce thème cinématographique se manifeste dans l'évocation d'une grande figure du cinéma italien, à savoir Pier Paolo Pasolini (1) : un film (Œdipe-roi) et une image (poster-substitut à qui s'adresse Thami avec véhémence). Un "homme de bien", comme le répète la chanson, ce réalisateur se transforme en un personnage mythologique, puisque Thami fait croire aux villageois que son ami d'il y a quarante ans est de retour. Tel le cinéma, ce mensonge a pour fin de secouer les esprits et de faire rêver les gens et leur donner espoir. Mais à la différence de ce Godo beckettien que l'on attend et qui ne vient jamais, Pasolini est celui même qui fait bouger les choses et les êtres : on se réveille tôt, on se réunit, on sélectionne, on passe au casting, on apprend l'italien, on construit d'autres chambres, on gagne de l'argent et on fait la fête. Ainsi, cette image d'ouverture, où le réalisateur met l'accent sur le vide de du paysage et sur le vent qui souffle, est comme dépassée par le reste du film. En effet, l'arrivée du cinéma - par personnification - est annoncée sous les signes de la fête. A ce propos, tout se passe comme si Daoud Ouled-Syad annonçait déjà la couleur de son film, qui s'inscrit, en gros, dans la tradition burlesque.
Le cinéma est traité également à travers le rapport que En attendant Pasolini entretient avec d'autres films. Ce rapport est soit explicite, comme avec Œdipe-roi, soit implicite, comme le cas du film de Ali ESSAFI. Cet intertexte (2), s'exprime parfois dans des citations fort intelligentes, qui constituent un clin d'œil à d'autres corpus. Il est loisible de les classer ainsi :

Citation dans En attendant Pasolini
1a - Le microphone qui trahit un secret
2a - Faire dérouler des images dans une boîte
3a - Le casting

Film où le procédé est déjà utilisé
1b - Kit-kat de Daoud Abd-Syad
2b - Bahib cima (J'aime le cinéma) de Oussama Fawzi
3b - La Boite magique (3)


Grâce à ces motifs cinématographiques, le spectateur accède non seulement au monde réel des figurants, mais également à l'univers des studios de Ouarzazate et, partant, à celui de certaines fictions du septième art. Telle une chambre d'échos, le film de Daoud devient cet espace même où les cinémas du monde se répondent.

Un cinéma burlesque

Rien de plus amusant, chez Daoud Ouled-Syad, que ce penchant - comme infantile et naturel - de désamorcer le côté dramatique de la réalité prosaïque en recourant au procédé de la satire. Nombreux sont les personnages et les situations qui illustrent une telle idée. Pour s'en convaincre, il y a lieu d'en citer quelques exemples. Le Fqih est un homme de religion, mais il a une telle passion pour les femmes qu'il finit par tromper son ami en lui proposant d'aller à la Mecque. Aussi, le metteur en scène se plait à abolir les frontières de la fiction et de la réalité en mélangeant les registres. Que de plaisir de remémorer cette scène des figurants, jouant des soldats dans un film romain, et qui, lors d'une pause, se joignent à un cortège funèbre en psalmodiant des phrases en arabe. Ainsi, la superposition de la langue arabe et de l'accoutrement romain crée une sorte de décalage dont la conséquence principale est le comique. Une autre scène mérite aussi d'être signalée. Figure de la censure, le mokadem, sous la tutelle du caïd, ordonne au réalisateur du film La Bible de supprimer toutes les répliques jugées inadéquates. Cela signifie que le cinéma est, sans contestation, l'art du possible et de l'impossible.
Plus que gags, ces situations burlesques témoignent, chez Daoud Ouled-Syad, moins d'un désir de narrer que d'une volonté de montrer - c'est-à-dire donner à voir.


Une critique de la réalité

Ce regard scrutateur n'est pas pour autant neutre. Daoud Ouled-Syad opte pour une vision ironique, dans la mesure où il met en scène des bribes de vie non seulement pour que l'on en rit, mais que l'on soit à même de les évaluer. Derrière leur grandeur, que, très souvent, l'écran nous donne à voir, il faut savoir lire également la misère de ces figurants de Ouarzazate. Faisant preuve des prestations époustouflantes dans des films internationaux, dont The Jewel of the Nil de Lewis Teague, Kundun de Martin Scorsese, Cléopâtre de Frank Roddam et Gladiator de Ridley Scott, ces comparses sont exposés au risque de leurs condition fragiles : tournage des films, corruption (la somme d'argent que l'on verse au mokadem dépend de l'importance du rôle que l'on joue dans un film).

Pour conclure

Engagé, le cinéma de Daoud Oulad-Syad rend hommage à la fois au cinéma italien, à travers Pasolini, et au cinéma marocain, grâce à des figurants, qui ont contribué infailliblement à la réussite d'un bon nombre de films étrangers.
Au reste, le réalisateur a pu extraire de cette réalité prosaïque toutes les beautés des hommes et des choses.

Bouchta FARQZAID

* En attendant Pasolini a remporté le prix du "Grand film arabe" au Festival international du Caire et l' "Ousfour d'or" de Safi, lors de la sixième édition.
** "La verità non sta in un solo sogno ma in molti sogni" (Les mille et une nuits, de Pier Paolo Pasolini) : "La vérité ne se trouve pas dans un seul rêve mais dans beaucoup de rêves."

(1) Pier Paolo Pasolini, écrivain, scénariste et réalisateur italien (1922-1975) : L'Évangile selon saint Matthieu en 1964, Œdipe-roi en 1967, Contes de Canterbury en 1972, Mille et une nuits en 1974…
(2) Gérard GENETTE, Palimpseste, Paris, Seuil, 1992. Cf. p. 8 où ce critique définit l'intertextualité comme "relation de coprésence entre deux ou plusieurs textes, c'est-à-dire diégétiquement et le plus souvent, par la présence effective d'un texte dans un autre". Citation, plagiat, allusion sont quelques modes d'actualisation d'un tel rapport de l'hypertexte et de l'hypotexte. Le film de Fouzi BENSAIDI "What A Wonderful World" en est fort illustratif.
(3) La Boîte magique est un film italien où le personnage principal, à la demande d'un réalisateur, fait le tour de l'Italie pour choisir des futurs comédiens. Partant, il découvre tous les paradoxes que recèle ce beau pays.

haut de page


   liens films

Adieu Forain 1998
Daoud Aoulad-Syad

Cheval de vent (Le) | Aoud rih 2001
Daoud Aoulad-Syad

En attendant Pasolini (Fi Ntidhar Pasolini) 2007
Daoud Aoulad-Syad

Tarfaya 2004
Daoud Aoulad-Syad


   liens artistes

Aoulad-Syad Daoud


Bastaoui Mohamed


Essafi Ali


Fadhel Youssef


Fawzi Oussama


Majd Mohamed


Pasolini Pier Paolo


Perrey Natalie


Rubrecht Aoulad-Syad Cécile


Scorsese Martin


Tahtah Mostapha


Thabet Faouzi


   liens structures

2M-TV
Maroc | CASABLANCA

Films du Sud (Maroc)
Maroc | RABAT - AGDAL

Videorama
Maroc | CASABLANCA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>