actuellement 16531 films recensés, 2789 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fortuné Bationo
publié le
28/04/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Fortuné Bationo


Bärbel Mauch, animatrice de l'atelier


Bärbel Mauch


Fin de l'atelier




Le Malentendu colonial


Jean-Marie Teno


Branwen Okpako, à Lagunimages 2009


Branwen Okpako


Branwen Okpako


Idrissou Mora-Kpaï



retour
 
Festival Lagunimages (23 au 26 avril au Bénin)
Les rouages de la production déballés aux étudiants
À la faveur de la 5ème édition de Lagunimages au Bénin, des formations ont eu lieu à l'Institut supérieur des métiers de l'audiovisuel (Isma).Celle de Bärbel Mauch, productrice allemande, portait sur la "démarche rationnelle d'une production"

C'est un labyrinthe auquel nul ne peut échapper. Le circuit de financement de films, malgré ses cures d'amaigrissement répétées, ne se gêne pas pour redoubler de vigilance. Il obéit plus que jamais à des lois essentielles.
Bärbel Mauch, productrice allemande, a livré des clés d'un montage de dossier idéal, qui se repère facilement dans ses informations efficaces et précises. Ne jamais oublier par exemple de mettre ses coordonnées, encore moins de faire une brève présentation de son film.

Au cours de la formation qui s'est tenue à l'ISMA, elle a martelé la nécessité de frapper à plusieurs portes en ciblant différents partenaires, et donc d'accroitre les chances de séduction du projet. Cependant, a-t-elle insisté, le réalisateur ne doit pas sacrifier l'âme de son œuvre par des concessions massives, un reniement qui peut déboucher sur d'amers regrets. "Il ne faut pas tout accepter du partenaire", a-t-elle mis en garde, même si, à l'en croire, les compromis sont nécessaires au sourire des deux parties.
Autre réflexe important, celui qui consiste à bien ficeler le dossier avant son arrivée devant les guichets.

Bärbel Mauch a aussi indiqué que la réalisation d'un film étant une aventure complexe, il faut éviter de l'enfermer dans un seul courant d'idées mais plutôt l'ouvrir à plusieurs avis. "Il est très important d'avoir un miroir, c'est-à-dire quelqu'un avec qui on peut discuter ; quand on est seul, on se perd", a-t-elle aussi conseillé. À coup d'exemples prélevés dans sa propre expérience, elle a rappelé les richesses d'une telle démarche, qui permet entre autres au réalisateur de rester cramponné au volant de son scénario, de garder toujours à l'esprit le but ultime de son travail. La productrice allemande a aussi regretté que cette recette ne soit pas toujours de mise dans le cinéma africain.

Abordant le registre des contrats, elle a vivement recommandé aux étudiants de faire signer des contrats à tout le monde, même "aux meilleurs amis". Cela pour deux bonnes raisons : d'abord parce que c'est une exigence des financiers et ensuite pour éviter des procès inutiles.

Avant de donner toutes ces explications, elle avait projeté le documentaire Le malentendu colonial de Jean Marie Teno, un film qu'elle a coproduit avec le réalisateur. Cela lui a permis de camper le décor de son intervention en révélant les échanges constructifs qu'elle a eu avec son partenaire aussi bien dans la manière de conduire le film que dans la recherche de financement.

Le réalisateur béninois basé en France, Atisso Medessou, a quant à lui instruit son auditoire sur un métier qui se développe de plus en plus : les fixeurs. Ce sont des gens qui assurent la bonne garantie du tournage. "La réussite de sa mission dépend de sa qualité, de son carnet d'adresse, de sa facilité à régler les problèmes", a-t-il soutenu. Idrissou Mora Kpai et Branwen Okpako ont également développé certains thèmes au cours de leur rencontre avec les futurs réalisateurs.

Fortuné Bationo

Paroles à trois étudiants

Laurence Agossou, 1ère année de réalisation à l'Isma
Depuis un moment, j'avais des idées en tête et j'avais souhaité monter un projet pour le présenter aux structures. Il y avait dans ma tête un schéma. Avec cette formation, j'ai appris des choses plus détaillées. Je ne savais pas qu'il y avait la possibilité de mettre des thèmes dans le dossier par exemple.

Vanessa Kossou, 2ème année de réalisation à l'Isma
J'ai appris de nouvelles choses sur les différentes étapes de financement d'un film et sur le documentaire. Cette formation vient compléter ce que nous apprenons à l'Institut.

Idrissou Sangaré, 1ère année de réalisation à l'Isma
Au cours de la formation avec la réalisatrice Branwen, j'ai su qu'on pouvait modifier un scénario sans affecter sa force. Réécrire un scénario ne le change. Elle sait les difficultés qui nous attendent sur le terrain, notamment avec les producteurs, donc elle a nous a donnés des conseils sur comment les surmonter. Ce type de rencontre nous ouvre les yeux sur des réalités à prendre en compte.

haut de page


   liens films

Malentendu colonial (Le) 2004
Jean-Marie Teno


   liens artistes

Mauch Bärbel


Mora-Kpaï Idrissou


Okpako Branwen


Teno Jean-Marie


   évènements

23/04/2009 > 26/04/2009
festival |Bénin |
Lagunimages 2009
5ème édition

   liens structures

Bärbel Mauch Film
Allemagne | BERLIN

Films du Raphia (Les)
France | Meze

Lagunimages
Bénin | Cotonou

Raphia films
Cameroun | Douala

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page