actuellement 18082 films recensés, 3124 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
17/05/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Michel Amarger


Les Saignantes de Jean-Pierre Békolo Obama


Jean-Pierre Bekolo


Quartier Mozart, 1992, de Jean-Pierre Békolo Obama


Quartier Mozart, de Jean-Pierre Bekolo


Le Complot d'Aristote


Une Africaine dans l'espace (2007), installation de Jean-Pierre Békolo au Musée du Quai Branly.


Photogramme extrait de l'installation de Jean-Pierre Békolo - Une Africaine dans l'espace (2007) au Musée du Quai Branly


Jean-Pierre Bekolo


Adèle ADO


Dorylia CALMEL


Emile Abossolo Mbo


Essindi Mindja


Joséphine Ndagnou


Jean-Pierre BEKOLO OBAMA

retour
 
Les Saignantes
Sur-volt futuriste au Cameroun
LM Fiction de Jean-Pierre Bekolo, France / Cameroun, 2006
Sortie France : 20 mai 2009

La sortie en France d'une fiction camerounaise, Les Saignantes de Jean-Pierre Bekolo, 2006, rappelle que les images africaines savent être audacieuses, visionnaires. "Choisir le cinéma que nous voulons pour nous les Africains est aussi une façon de définir un projet pour ce continent", martèle le réalisateur, investi dans la production et aujourd'hui la distribution du film. Cette démarche volontariste s'appuie sur une recherche formelle affirmée. Dès son premier film, situé à Douala, Quartier Mozart, 1992, Jean-Pierre Bekolo vise la rupture avec les codes des histoires africaines. Il le confirme en détournant le genre des films d'action dans une parodie percutante, Le Complot d'Aristote, 1996, agitée au Zimbabwe à l'occasion d'une série initiée pour les 100 ans du cinéma. Après la France où il a engagé ces productions, le cinéaste s'élance aux Etats-Unis où il étudie et enseigne. Il revient vers la société camerounaise en se demandant : "Comment faire un film d'anticipation dans un pays qui n'a pas d'avenir ?" Réponse esquissée par un travail sur le style pour relancer la vision du 7ème art.

"Les Saignantes est un film à l'image d'une Afrique à la recherche de son cinéma", avance Bekolo qui projette l'action dans les nuits de Yaoundé, en 2025. La chaleur des corps de Majolie et Chouchou emporte le récit. Look d'enfer et langage cru, les Saignantes en veulent. La première, gourmande de profits rapides, met tant d'ardeur à prodiguer ses faveurs à un dignitaire du pays, qu'il meurt. Embarrassée par le cadavre, elle fait appel à son amie pour trouver une échappatoire. Mais à l'heure des funérailles, on doit restaurer le corps avec la tête possédée par les Saignantes. La cérémonie mortuaire est pour elles, l'occasion d'approcher un ministre dominateur. La proie est dure pour les séductrices qui jouent les justicières en minijupes ajustées, manipulant les hommes à coups de caresses, revolvers, griffes et voitures lancées dans les nuits fluorescentes.

La revanche des Saignantes prend du sens et des couleurs avec le "mevungu". Ce rituel de purification réparateur des femmes Béties, en usage au Cameroun, permettant de se protéger en reconnaissant l'adultère ou le vol commis, est revendiqué en voix-off comme une référence. Car le présent désespérant du Cameroun est bien dans le cadre. Les Saignantes s'émancipent pour affirmer leur résistance au monde corrompu qui gangrène la société, exposant leur peau soyeuse pour donner corps à leurs rêves. En suivant leurs mouvements provocateurs et lascifs dans des espaces décalés, aux lumières froides, aux couleurs vives, Jean -Pierre Bekolo se plait à frayer avec le cinéma de genre, le polar, le fantastique. Par ses plans fragmentés, son rythme syncopé, il casse le récit, ralentit l'image sous la pulsion des corps pour en magnifier le mystère et l'aura.

L'esprit des Saignantes irrigue la réalité réinventée des nuits camerounaises à coups de répétitions, d'ellipses, de ruptures, de signes mythologiques. Bekolo expose la fiction comme une provocation, affirmant : "J'explore l'idée d'un cinéma d'anticipation et de projection. Sa forme se veut un contact avec une certaine jeunesse africaine qui rejette sa propre image, son propre cinéma, à raison." En réaction, Les Saignantes tire le meilleur parti des actrices, Adèle Ado et Dorylia Calmel, qui ont raflé le prix d'interprétation féminine au Fespaco 2007. Les comédiens masculins assurent. Mais l'intensité des personnages est exacerbée par le traitement du film qui brasse une atmosphère vénéneuse, morbide avec la vivacité des désirs, les méandres du subconscient. Tentative évolutive de miser ainsi le cinéma comme un jeu, où se perdre, où se dépasser.

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Complot d'Aristote (Le) | Aristotle's Plot 1996
Jean-Pierre Bekolo Obama

Quartier Mozart 1995
Jean-Pierre Bekolo Obama

Saignantes (Les) 2005
Jean-Pierre Bekolo Obama

Une Africaine dans l'espace 2007
Jean-Pierre Bekolo Obama


   liens artistes

Bekolo Obama Jean-Pierre


   vnements

24/02/2007 > 03/03/2007
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2007 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
Le FESPACO, manifestation biennale attendue avec impatience par les cinéphiles, permet de dresser un bilan sur l'actualité des films africains, mais donne aussi accès (télévision) à des films, de qualité mais peu connus. Palmarès en fin de FESPACO.

20/05/2009 > 20/06/2009
projection |France |
Enfin "Les Saignantes" sur les écrans français !
Très attendu du public, le film sulfureux de Jean-Pierre Bekolo avait reçu l'étalon d'argent au Fespaco de 2007.

haut de page

   vidos
   

 

Saignantes (Les)
bande annonce
Jean-Pierre Bekolo Obama

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>