actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Bouchta Farqzaid
publié le
24/06/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Bouchta Farqzaid


Tangerine


Irene von Alberti


Whatever Lola Wants


Nabil Ayouch




Bernardo Bertolucci


Chergui ou le silence violent


El Ayel, le gosse de Tanger


Moumen Smihi


Tangerine


Tangerine


Tangerine


Tangerine

retour
 
L'image de Tanger au cinéma
Irene Von ALBERTI et Moumen SMIHI

Il est un penseur qui a avancé l'idée qu'un orientaliste est semblable à un escargot qui change de place, mais tout en restant à l'intérieur de sa coquille. Pour ce dernier, l'Orient se réduit à une série d'idées reçues, de stéréotypes qui ne font que reproduire l'image de l'Autre dans les textes des Mille et une nuits. Malgré toutes les mutations qu'ont les connues les sociétés orientales, beaucoup de réalisateurs occidentaux se conforment absolument à cette manière de représenter l'Autre, en en donnant une image fixe et décontextualisée.

Le film Tangerine (2008), réalisé par l'Allemande Irene Von ALBERTI, s'inscrit amplement dans cette conception assez négative qui, loin de jeter les ponts entre l'Orient et l'Occident, participe à amplifier l'abîme entre les deux univers.
Par une vue panoramique sur la ville de Tanger, le film s'ouvre sur l'appel à la prière, sans ancrage temporel : l'aurore ? Le crépuscule ? Ce clin d'œil assez malicieux est renforcé par la confusion des codes culturels et religieux. En effet, lors d'une scène, l'on est stupéfait par le fait que la femme - qui est une maquerelle - se met à faire la prière pendant que le muezzin appelle à l'exercice moral. Cette critique explicite de la culture orientale est encore manifeste dans une autre scène où l'époux allemand et la Marocaine font l'amour avec comme fond sonore l'appel du muezzin.

La caméra subjective joue dans le film un rôle déterminant, dans le mesure où elle nous permet d'appréhender le point de vue de la jeune épouse allemande, qui vient visiter le Maroc - Tanger, à la recherche des plaisirs exquis : sexe, narguilé... Cette focalisation interne met en exergue le regard réducteur que l'étrangère jette sur un monde différent, à l'instar du personnage de Lola chez Nabil AYOUCH.
À cela s'ajoutent des images qui, à cause de leur immobilité, fonctionnent comme des cartes postales et servent techniquement de "raccords" entre les scènes et les séquences, dont des chats qui se nourrissent dans des poubelles ; un garçon marocain perché dans un balcon, pendant la nuit ; une plage vue de par-dessus les toits de la ville...

L'être oriental n'échappe point à cette vision dévalorisante, en ce qu'il est présenté soit comme violent, en témoigne le vieil homme qui bat la jeune fille et la persécute, et de fait il est l'antidote de l'Allemand qui prend sa défense ; soit comme un nécessiteux, tels les garçons ou la femme qui demandent de la charité, ou encore une personne corrompue qu'illustre bel et bien l'avocat, au même titre que l'aubergiste dans Whatever Lola Wants. En outre, presque toutes les femmes du film s'adonnent à la prostitution en vue de subvenir à leurs besoins. La belle et jeune marocaine (Amira) est même prête à sacrifier son corps pour pouvoir obtenir un visa.
Parallèlement, le film nous donne une image valorisante de la femme allemande, du fait qu'elle cherche à rendre son mari heureux en le mettant en contact avec Amira qui, de par son nom, introduit l'étranger dans un univers de magie et de délices.

Cette vision dénaturalisante de la ville de Tanger, on la retrouve également dans certains films étrangers, tel Un thé au Sahara de Bernardo Bertolucci, entre autres, auquel Tangerine fait écho partiellement par la présence du couple étranger, qui s'y installe à la quête d'un univers mythique où la sexualité masculine en crise se ravive en contact avec le corps oriental.

À cet égard, il est impératif pour un critique de se servir d'une méthode qui se veut objective, telle l'approche comparative, afin de corriger cette vision unidimensionnelle. La filmographie de Moumen SMIHI est notamment incontournable. Depuis Chergui ou le silence violent jusqu'à El Ayel, le gosse de Tanger, ce réalisateur tangérois développe une image assez nostalgique de la ville, sans la mythifier. En effet, Tanger est un espace de rencontre des différentes cultures (andalouse,, marocaine…) et religions (Islam, Christianisme, Judaïsme). Elle est donc un espace historique où chaque événement si anodin prend sens et acquiert de l'ampleur.
Dans les films de SMIHI, la réalité prosaïque se trouve non seulement affichée, mais également dépassée par une dimension à la fois poétique et historique que l'œil-caméra nous fait découvrir. Dans un silence onirique, la succession des lieux sacrés - minarets, églises, synagogues - et des ruelles portant des noms des personnages universels, nous met au cœur même de l'Histoire marocaine, mais en tant que partie intégrante de l'Histoire universelle. Pour SMIHI, semble-t-il, chaque signe, chaque indice, chaque nom propre, à Tanger, nous invite à re-lire ce qui a constitué l'essence même de cette ville, à savoir la coexistence des êtres, des cultures et des religions.

C'est pourquoi, un regard cinématographiquement "objectif" serait celui qui relie les deux bouts de la réalité marocaine sans pour autant entraver les fictions possibles. À notre humble connaissance, cela est encore rare, pour ne pas dire inexistant.

Bouchta FARQZAID

Article paru dans Le Reporter (Casablanca) du 12 avril 2009.

http://www.lereporter.ma/index.php?option=com_content&view=article&id=1951:limage-de-tanger-au-cinema-irene-von-alberti-et-moumen-smihi&catid=92:tribune-libre&Itemid=277

haut de page


   liens films

El Ayel - Le Gosse de Tanger 2005
Moumen Smihi

El Chergui (Le silence violent) 1975
Moumen Smihi

Tangerine - الطنجاوية 2007
Irene Von Alberti

Un thé au Sahara 1990
Bernardo Bertolucci

Whatever Lola Wants 2007
Nabil Ayouch


   liens artistes

Ayouch Nabil


Bertolucci Bernardo


Smihi Moumen


Von Alberti Irene


   vnements

25/06/2007 > 30/06/2007
festival |Maroc |
Festival du Court Métrage Méditerranéen de Tanger 2007
5ème Edition

18/10/2007 > 27/10/2007
festival |Maroc |
Festival National du Film de Tanger 2007
9ème édition

05/08/2008 > 30/09/2008
projection |Maroc |
L'intégrale Izza Génini à la Cinémathèque de Tanger
Le patrimoine musical marocain

20/08/2008 > 26/08/2008
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger : le programme du 20 au 26 août 2008

03/09/2008 > 09/09/2008
programme |Maroc |
Cinémathèque de Tanger : le programme du 03 au 09 septembre 2008
CETTE SEMAINE, la guerre en Irak, Nass El Ghiwane, du cinéma experimental en présence des cinéastes et 2 films de Hakim Belabbes !

10/09/2008 > 16/09/2008
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
le programme du 10 au 16 septembre

17/09/2008 > 23/09/2008
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
le programme du 17 au 23 septembre

24/09/2008 > 30/09/2008
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Le programme du 24 au 30 septembre 2008

01/10/2008 > 06/10/2008
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
le programme du 01 au 06 octobre 2008

08/10/2008 > 14/10/2008
projection |Maroc |
Cinémathéque de Tanger
Programme du 08 au 14 octobre

13/12/2008 > 20/12/2008
festival |Maroc |
Festival National du Film de Tanger 2008
10ème édition

01/01/2009 > 06/01/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programmation du 31 décembre au 6 janvier

07/01/2009 > 13/01/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programmation du 7 au 13 janvier

27/01/2009 > 03/02/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programme du 27 janvier au 3 février

04/02/2009 > 10/02/2009
projection |Maroc |
Cinématheque de Tanger
Programme du 4 au 10 février

25/02/2009 > 03/03/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programme du 25 février au 3 mars

18/03/2009 > 24/03/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
le programme du 18 au 24 mars

25/03/2009 > 01/04/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programme 25 mars au 1er avril

01/04/2009 > 07/04/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programme du 1er au 7 avril

08/04/2009 > 14/04/2009
projection |Maroc |
Cinémathèque de Tanger
Programme du 8 au 14 avril

12/10/2009 > 17/10/2009
festival |Maroc |
Festival du Court Métrage Méditerranéen de Tanger 2009
7ème édition

   liens structures

Filmgalerie 451
Allemagne | BERLIN

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>