actuellement 16268 films recensés, 2747 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
05/08/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Espéra Donouvossi


No puedo vivir sin ti, de Leon DAI


Leon Dai




Oliver Hermanus




Philippe Lioret




Sobahle Mkhabase et Sibonelo Malinga dans Izulu Lami (My secret Sky)


Madoda Ncayiyana


Intangible Asset No. 82, d'Emma Franz


Emma Franz




Jean-Marie Teno


Zwelidumile, de Ramadan Suleman


Angèle Diabang Brener


Coming home, de Bobby Heaney

retour
 
Palmarès de la 30ème édition du festival international de film de Durban
Le cinéma taïwanais s'impose en Afrique

Même si dans la délibération se pose un certain problème de mérite, il faut noter que le Taïwainais Leon Dai avec son film No puedo vivir sn ti (Je ne peux vivre sans toi, 2008, 35 mm, 85 min) mérite bien le prix du meilleur long métrage. No puedo vivir san ti est un fascinant et touchant mélodrama basé sur une histoire vraie. Un père marginalisé doit se battre pour faire valoir son droit paternel. Filmé en blanc et noir, ce long métrage de 85 minutes a émerveillé le public par l'histoire qu'il raconte et a convaincu par sa cinémacité le jury international composé de Tunde Kelani et Cheick Omar Cissoko.

Sur un autre plan et à la surprise de plus d'un, c'est Shirley Adams réalisé par le jeune Sud Africain Oliver Hermanus avec des images instables à l'écran qui remporte le prix du meilleur long métrage sud africain devant Izulu Lami.
En réalité l'histoire de Shirley Adams est profonde et pointe une réalité sociale de tous les jours. Elle interpelle sur l'amour, l'endurance, le courage et le pardon. Entre désespoir et permanente pauvreté, le coeur de Denise Newman doit rester humain et maternel. Tourné avec une caméra à la main tremblante et des images bougeant dans tous les sens, ce film heurte la vision. À la fin de la première projection, les impressions du public étaient presque unanimes : "L'histoire est bonne mais il manque une certaine maîtrise de la caméra".
Pour un critique, il y a un piège. Aborder la sémantique des plans serait un exercice délicat car le réalisateur n'en donne aucune occasion. Le couronnement de ce film vient comme pour encourager Olivier Hermanus dans ce métier de l'image et du son. Et en ce sens, le jury n'a pas manqué de lui attribuer le prix du meilleur premier long métrage. Denise Newman qui en est l'actrice principale a eu le prix de la meilleure interprétation féminine.

Sur ce festival, il faut noter la présence du cinéma français à travers Philippe Lioret couronné meilleur réalisateur pour son film Welcome. Firat Ayverdi qui a joué pour la première fois au cinéma avec ce film a eu le prix de la meilleure interprétation masculine.

Un autre prix attendu fut la mention spéciale du jury aux talentueux enfants qui ont joué dans le film My secret Sky de Madoda Mcayiyana.

Du coté des documentaires, c'est Intangible Asset No 82 (Emma Franz, Australie/Japon, 2008, video, 90 min) qui surclasse Lieux saints de Jean-Marie Teno, Zwelidumi de Suleman Ramadan, Yandé Codou, la griotte de Senghor de Angèle D. Brener et bien d'autres merveilleux documentaires comme The Yes Men fix the world (d'Andy Bichlbaum, Mike Bonanno et Kurt Engfehr, Etats-Unis).
Intangible Asset No 82, qui est une vidéo de 90 minutes, clame une certaine ouverture de soi aux autres pour se faire sa propre personnalité. Basé sur la diversité culturelle, il montre un musicien australien, Simon Barker, qui se lance dans un long voyage pour rencontrer un grand artiste instrumentiste Coréen, Kim Seok-chul. Le prix du meilleur documentaire de belles mélodies musicales qui portent en elles rêves, passion, fierté et vengeance sans lendemain.

Le prix du meilleur court-métrage est allé au film A Better life de l'Espagnol Luis Fernandez Reneo qui est un récit autour de l'immigration entre les USA et la Mexique.

Coming home du Sud-africain Bobby Heaney a été primé meilleur court métrage sud africain.

Ainsi tombe le rideau sur la 30ème édition du festival international de film de Durban. Tous les regards sont tournés vers la 31ème édition qui aura lieu en pleine effervescence de la coupe du monde Fifa 2010, un autre défi d'organisation.

Espéra Donouvossi

haut de page


   liens films

Coming home [dir. B. Heaney] 2009
Bobby Heaney

Izulu Lami (Mon ciel secret) 2008
Madoda Ncayiyana

Lieux saints 2009
Jean-Marie Teno

Shirley Adams 2009
Oliver Hermanus

Yandé Codou, la griotte de Senghor 2008
Angèle Diabang

Yes men refont le monde (Les) 2009
Andy Bichlbaum, Mike Bonanno, Kurt Engfehr

Zwelidumile 2009
Ramadan Suleman


   liens artistes

Bichlbaum Andy


Bonanno Mike


Diabang Angèle


Engfehr Kurt


Franz Emma


Heaney Bobby


Hermanus Oliver


Kelani Tunde


Ncayiyana Madoda


Sissoko Cheick Oumar


Suleman Ramadan


Teno Jean-Marie


   évènements

22/07/2009 > 02/08/2009
festival |Afrique du Sud |
Festival International du film de Durban 2009
30e édition

24/07/2009 > 28/07/2009
atelier |Afrique du Sud |
Talent Campus Durban 2009
2ème edition

   liens structures

Cinetic Media
États-Unis

Dv8 Films
Afrique du Sud | JOHANNESBURG - Rosebank

Films du Raphia (Les)
France | Meze

Karoninka
Sénégal | DAKAR

MindPool Productions [South Africa]
Afrique du Sud

Natives at Large
Afrique du Sud | JOHANNESBURG

Raphia films
Cameroun | Douala

Vuleka Productions
Afrique du Sud | DURBAN

haut de page

   vidéos
   

 

Shirley Adams
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page