actuellement 18047 films recensés, 3098 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Seltana Hamadouche
publié le
18/08/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique





Le Harem de Mme Osmane


Le Harem de Mme Osmane


Le Harem de Mme Osmane


Le Harem de Mme Osmane


Le Harem de Mme Osmane


Nadir Moknèche






Biyouna

retour
 
Le Harem de Madame Osmane, de Nadir Moknèche
Refuser les diktats obscurantistes

Plusieurs films algériens traitent de la montée du terrorisme. En effet, le cinéma actif, sinon militant, puise sa matière dans la tourmente du conflit : la montée de l'intégrisme aux débuts des années 1990. C'est un cinéma qui n'entend pas se replier dans la sphère intime, cherchant à se rapprocher de ceux qui refusent les diktats obscurantistes. Parmi les films qui se distinguent, on trouve Bab El Oued City, réalisé par Allouache en 1993 et Le démon au féminin réalisé en 1993 par Hafsa Zinai-Koudil.

Le premier est réalisé quasi-clandestinement. D'ailleurs, Allouache affirme avoir été contraint d'insérer quelques plans filmés en Kabylie, une région pas encore touchée par le terrorisme au moment du tournage de son film, parce qu'il ne pouvait plus filmer à Alger.
Or, c'est en 2000 qu'un autre film, par sa force et son originalité, dira le passage d'un cinéma "réaliste" à celui de l'allégorie. Comme s'il était possible de se détacher de la réalité pour donner une visibilité énigmatique au conflit, si conforme à cette guerre indescriptible. Ce sera Le harem de madame Osmane.

Ce dernier est le premier film de Nadir Moknèche. Il montre une Algérie moins convenue, plus complexe que celle que l'on imagine de l'extérieur. "La crise actuelle du pays me semble révélatrice d'au moins deux échecs : la démission des élites et la faillite de l'émancipation des femmes", déclare le réalisateur à la sortie de son film.

Ce film, à l'instar des deux prochains films de Moknèche, Viva Laldjérie (2004) et Délice Paloma (2006), aborde la guerre qui ravage l'Algérie depuis les années 1990. Il nous livre l'histoire d'un immeuble de femmes dirigé d'une main de fer par la tyrannique Madame Osmane. À travers ce film, Moknèche entreprend de renverser tous les clichés sur la femme arabe soumise. Biyouna, une actrice extrêmement populaire en Algérie y incarne parfaitement l'humour cruel et réaliste du peuple algérien. Le statut des femmes, la bigamie ainsi que l'absence sont pointés du doigt dans ce film.

Ce film se construit sur l'absence. Il y a l'absence des hommes partis à la guerre, dans les champs pétroliers du sud algérien ou en France. Il y a également l'absence de l'Algérie réelle puisque le film a été tourné au Maroc.

La plupart des films de fiction n'ont pas été tournés en Algérie, c'est aussi le cas de ce premier film de Moknèche. A mon sens, cette absence d'Algérie est forcement gênante. Éclipse des paysages, omission des acteurs de la guerre (militaires ou islamistes), tout ce qui est directement vécu ne parvient pas à se retrouver dans la représentation visuelle.
En effet, le spectateur ne verra pas les corps des victimes de la horde terroriste ni les attentats et la menace quotidienne des "barbus" évoqués plusieurs fois par les personnages. D'ailleurs les cercueils restitués par les autorités resteront plombés. Néanmoins, bien qu'il y est absence de sang de la guerre, tout dans ce film suggère que la menace intégriste est bien réelle et qu'elle peut s'abattre à tout moment sur ces femmes vivant seules.

Seltana Hamadouche

haut de page


   liens films

Bab el-Oued City 1994
Merzak Allouache

Délice Paloma 2006
Nadir Moknèche

Démon au féminin (Le) 1993
Hafsa Zinaï-Koudil

Harem de Mme Osmane (Le) 1999
Nadir Moknèche

Viva Laldjérie 2003
Nadir Moknèche


   liens artistes

Biyouna


Moknèche Nadir


Zinaï-Koudil Hafsa


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>