actuellement 17850 films recensés, 3080 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Gervais Hien
publié le
15/09/2009
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Gervais Hien


Ardiouma Soma, directeur de la cinémathèque de Ouagadougou, dans la salle où sont conservées les bobines de films, climatisée à 16-18° (mars 2009)






Des bobines historiques : Den Muso (Souleymane Cissé, Camp de Thiaroye, Ceddo, La noire de... et Emitaï (Sembène Ousmane)


La cinémathèque de Ouagadougou (mars 2009)





retour
 
Cinémathèque Africaine de Ouagadougou : après le déluge, la détresse

Qualifiées de "déluge", les 300 litres d'eau/m2 enregistrées le 1er septembre 2009 à Ouagadougou ont été impitoyables aussi pour la Cinémathèque Africaine de Ouagadougou (CAO). Furibondes, les eaux ont visité par effraction cette bâtisse de la mémoire du cinéma africain. De l'inestimable patrimoine constitué notamment des œuvres de création des réalisateurs africains, certaines se retrouvent dans une situation critique.

De toute part l'eau a pris possession du local dans ses différentes composantes. L'une d'elles, la salle de conservation a été littéralement envahie par l'eau déchaînée et mêlée a de la boue. Cette mixture malfaisante a gagné les rayons où les copies de films ont été précautionneusement entreposées. Les malheureuses pellicules disposées dans ce sillage dévastateur n'ont pas échappé à la noyade. Imparable, le désastre endommagera des centaines de copies, soit le tiers des 2000 films censés être sauvegardés là.

"Ce drame que nous vivons est d'autant préoccupant que ce stock comprend des copies uniques. Néanmoins et en attendant une expertise plus pointue, nous avons sorti toutes les bobines de ce bourbier avant de les rincer à grande eau, puis de les aérer conséquemment", se préoccupe M. Ardiouma SOMA, directeur de la Cinémathèque Africaine de Ouagadougou. Il a émis des craintes qu'on puisse récupérer grande chose de ce fatras de bobines endommagées.

Cette déferlante des eaux a aussi effectué un passage en force du côté du magasin, des bureaux et de la salle de traitement et de visionnage des films. De précieux documents d'archives, du matériel de vérification de films, des projecteurs de film 35 mm et de vidéo, des éléments de sonorisation, des écrans…, ont subi des dommages importants. "Pour l'instant nul ne peut donner la contre-valeur des dégâts. Ce qui est certain ce matériel sert aux activités du cinéma mobile et aux différentes éditions du FESPACO", nous situe M. SOMA, comme pour nous laisser deviner l'ampleur du mal perpétré par Dame nature.

Par ailleurs et du fait de la localisation de la cinémathèque africaine à quelques dizaines de mètres d'un canal, son responsable pense aussi qu'il faudra songer à faire des études techniques et architecturales liées à cet emplacement géographique. Il y va de l'étanchéité totale de cette entité constitutive de la mémoire du cinéma africain dont certaines œuvres remontent aux années 1920 jusqu'aux années 60. De plus la CAO est aussi un grand symbole d'intégration, marqué par la présence de films issus des quatre points cardinaux du continent africain et de sa diaspora. Un tel trésor panafricain doit être impérativement secouru.

Un appel de détresse a été lancé illico en direction des partenaires que sont le Centre National de la Cinématographie (CNC/France) et la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF). La CAO est affiliée à la FIAF depuis 1994, se positionnant ainsi de façon active dans la mondialisation.
Enfin la furie des eaux a terrassé un pan du mur du siège du FESPACO. Promoteur du cinéma africain, le FESPACO s'est vu confiée en 1989, la gestion du patrimoine filmique africain par la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI).

Gervais Hien

haut de page


   liens films

Noire de... (La) 1966
Ousmane Sembène


   liens artistes

Soma Ardiouma


   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Association Internationale d'Archives Sonores et Audiovisuelles
Canada | Gatineau

Cinémathèque Africaine de Ouagadougou
Burkina Faso | Ouagadougou

CNC - Centre National du cinéma et de l'image animée (France)
France | PARIS cedex 16

Fédération Internationale des Archives de télévision (FIAT/IFTA)
Autriche | VIENNE

Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF)
Belgique | BRUXELLES

FEPACI (Fédération Panafricaine des Cinéastes)
Kenya | Nairobi

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>