actuellement 18016 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Gervais Hien
publié le
16/09/2009
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Gervais Hien


La cinémathèque africaine de Ouagadougou


Filippe Savadogo


Michel Ouédraogo





retour
 
"Tout est à reconstruire" : le ministre de la Culture burkinabè à la cinémathèque africaine

La visite n'avait rien d'ordinaire ; celle d'une autorité de tutelle compatissante. C'est en effet un ministre de la Culture préoccupé par le sort que traverse la Cinémathèque africaine de Ouagadougou qui s'est rendu sur les lieux du sinistre, cet après-midi du samedi 12 septembre dernier.

M. Filipe SAVADOGO est venu, a constaté et en est tout retourné : "J'ai le cœur meurtri. Des centaines de copies de films ainsi que des documents livresques, travail d'une quarantaine d'année ont pris l'eau. Même le bâtiment de la cinémathèque n'a pas été épargné".

Accompagné de son chef de cabinet Stanislas MEDA, et du délégué général du FESPACO, le ministre a assisté à une scène des plus bouleversantes. Gisaient ici et là, sur le sol ou des étagères, des bobines mal en point, ainsi que du matériel de projection filmique et audiovisuel dans un état lamentable.

En rappel, Dame Nature qui sait parfois être violente a dicté sa loi sur la capitale du cinéma africain en ce 1er jour outrancièrement pluvieux du mois de septembre 2009, frappant au cœur la Cinémathèque africaine de Ouagadougou. Au FESPACO, on en est toujours baba et abasourdi au point qu'il est encore pénible pour son délégué général, M. Michel OUEDRAOGO, de se permettre de faire les comptes : "Les projecteurs que nous utilisons pour le cinéma mobile ou pour les éditions de la biennale se chiffrent en plusieurs dizaines de millions. Une évaluation pointue vous sera faite avec l'expert que la Cinémathèque française nous envoie dans le courant de la semaine prochaine".

C'est présentement une cinémathèque africaine totalement inopérante qui vit des moments de détresse, sans être pour autant désespérée. En effet les leviers de la solidarité, eux, demeurent fonctionnels. "L'OIF, l'UNESCO, la Cinémathèque française et l'État burkinabè qui ont érigé notre cinémathèque ont été touchés, a déclaré M. Filipe SAVADOGO. Ces partenaires savent que tout est à reconstruire et ils sont prêts à nous aider. L'espoir est donc permis".

Cette visite de compassion du ministre s'est achevée dans la cour du siège du FESPACO qui enregistre par ailleurs des dégâts sur son parc automobile et un pan du mur par terre.

Gervais Hien

haut de page





   liens artistes

Ouedraogo Michel


Savadogo Filippe


   liens structures

Association Internationale d'Archives Sonores et Audiovisuelles
Canada | Gatineau

Cinémathèque Africaine de Ouagadougou
Burkina Faso | Ouagadougou

CNC - Centre National du cinéma et de l'image animée (France)
France | PARIS cedex 16

Fédération Internationale des Archives de télévision (FIAT/IFTA)
Autriche | VIENNE

Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF)
Belgique | BRUXELLES

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) - Burkina Faso
Burkina Faso | Ouagadougou

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>