actuellement 16234 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
17/09/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Michel Amarger




Osvalde Lewat


Jean-Marie Teno


Denise, témoin dans le film


Une affaire de Nègres


Une affaire de Nègres


Une affaire de Nègres


Une affaire de Nègres


Une affaire de Nègres


Une affaire de Nègres


Un amour pendant la guerre (2007) d'Osvalde Lewatt


Au-delà de la peine (2005) d'O. Lewatt


Chef !, de Jean-Marie Teno (1999)


Vacances au pays, de Jean-Marie Teno (1998, sortie en 2001)


Les films du Paradoxe


RFI, Radio France International


Osvalde Lewat



retour
 
Une affaire de nègres
Alerte citoyenne au Cameroun
Long métrage Documentaire de Osvalde Lewat, Cameroun / France, 2008
Sortie France : 23 septembre 2009

Des nouvelles alarmantes sur l'état de la société camerounaise parviennent depuis quelques années en Europe via les documentaires de Jean-Marie Teno (Chef, Vacances au pays), régulièrement distribués. Mais le regard d'autres cinéastes qui travaillent à l'intérieur du pays, reste méconnu. Aujourd'hui, Osvalde Lewat s'appuie sur une production française pour son premier long métrage, Une affaire de nègres, 2008. Ce titre choc annonce une évaluation sans concession d'événements tragiques, survenus au Cameroun en 2000.
Au mois de mars, le gouvernement, décidé à lutter contre le banditisme qui sévit dans la région côtière de Douala, crée un "commando opérationnel" qui a tous pouvoirs pour éliminer des suspects. Un numéro de téléphone vert permet d'appeler pour dénoncer toute personne douteuse.

Emporté par un zèle de nettoyage sécuritaire, le commando opérationnel, actif jusqu'en 2001, rafle environ 1 600 personnes qui disparaissent souvent sans qu'on en retrouve de traces. Lorsque la population s'émeut des exactions du commando, il est difficile de l'arrêter puisqu'il est couvert par l'État. Des marches de protestation s'organisent. Le Haut Commissariat aux droits de l'homme des États Unis est saisi. La pression étrangère débouche sur des procès sommaires. Certains acteurs du commando sont jugés sans que les procédures aboutissent. Le traumatisme est réel, vite recouvert par l'oubli volontaire.

Osvalde Lewat revient sur cette affaire pour effectuer un travail de mémoire et s'interroger sur le rôle de chacun dans l'exercice de la démocratie. Son commentaire aborde le retour au pays après des séjours de formation à l'étranger, servant de fil conducteur au film. Elle débusque des témoins de l'époque dont elle provoque les témoignages.
Des familles de disparus exposent leur désarroi, des avocats et des journalistes leur indignation devant le mécanisme répressif légalement institué. Un ancien soldat des escadrons de la mort balaie sa culpabilité au nom de la raison d'état, refaisant les gestes de ratissages mortels dans la nuit. Entre les paroles vibrant de souvenirs douloureux, la réalisatrice glisse des scènes plus contemplatives.

Des photos de cadavres entassés, des vues de lieux de réclusion, de routes où étaient jetés les morts, font écho aux confidences. Faute de preuves tangibles du décès des disparus, un deuil est impossible. Des familles enterrent symboliquement des plants de bananier pour se recueillir. En tentant de combler le manque par des images éloquentes, des mots arrachés à l'oubli, Osvalde Lewat livre une réflexion sur les dérapages du pouvoir et la responsabilité des citoyens. Car malgré les exactions de la police, les informations parues dans les journaux, la population camerounaise n'a pas pu ou n'a pas su réagir. Même si des marches de protestation ont été entendues, les réactions sans suites punitives laissent perplexe sur le fonctionnement de la démocratie locale. L'épilogue du film où la réalisatrice interroge des passants sur l'opportunité d'un nouveau commando opérationnel est révélateur.

Osvalde Lewat oscille entre la captation brute comme lorsque l'ancien soldat revit ses gestes meurtriers, et l'examen plus distancié de traces historiques. Elle ménage des respirations visuelles efficaces pour faire passer une inquiétude. "Tant que c'est une affaire de nègres, les gens n'en ont rien à faire", déclare un avocat des doits de l'homme désabusé. Pourtant la réalisatrice a pu mobiliser des producteurs français pour mener à bien le film inspiré par une enquête déclenchée lorsqu'elle était journaliste au Cameroon Tribune.
Depuis, Osvalde Lewat pratique le documentaire en réaction à cette idée, énoncée par un homme politique amer dans Une affaire de nègres : "Pour les Camerounais, mieux vaut vivre à genoux que de mourir debout".

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Une affaire de nègres 2008
Osvalde Lewat


   liens artistes

Lewat Osvalde


Teno Jean-Marie


   évènements

25/04/2008 > 04/05/2008
festival |Espagne |
Festival de cinéma africain de Tarifa 2008
5e édition

14/05/2008 > 23/05/2008
festival |France |
Festival de Cannes 2008 : le Pavillon "Les Cinémas du Sud"
le programme complet du Pavillon

10/07/2008 > 13/07/2008
festival |Côte d'Ivoire |
Ciné Droit Libre 2008 à Abidjan
Semfilms Burkina décentralise le festival à Abidjan. Autour de 15 films.

23/09/2008
soirée |France |
Les Trophées des Arts Afro-Caribéens 2008 (ex Césaire de la Musique)
Les Césaire deviennent les Trophées des Arts Afro-Caribéens, 3ème édition.

04/10/2008 > 12/10/2008
festival |Réunion (La) |
Festival international du film d'Afrique et des îles FIFAI 2008
6ème édition

10/10/2008 > 10/11/2008
festival |Allemagne |
African Screens - New Cinema from Africa
LIEU : House of World Cultures (Berlin)

23/10/2008 > 02/11/2008
festival |Écosse |
Africa in Motion (AiM) 2008 : Edinburgh African Film Festival
Huit films de jeunes talents de Tunisie, Egypte, Maroc, Nigéria, Mozambique et Afrique du Sud forment la sélection de la compétition de courts métrages de l'AiM 2008

11/12/2008 > 18/12/2008
festival |Émirats arabes unis |
5th Dubai International Film Festival - DIFF 2008
5ème édition

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

23/03/2009 > 29/03/2009
festival |Italie |
Festival du Cinéma Africain, d'Asie et d'Amérique Latine de Milan 2009
19ème édition.

01/04/2009 > 05/04/2009
festival |France |
Festival International du Film PanAfricain de Cannes 2009
6e édition

30/05/2009 > 06/06/2009
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2009
13ème édition

05/06/2009 > 13/06/2009
festival |France |
Festival "Les yeux ouverts sur l'immigration" 2009
4e édition

03/07/2009 > 10/07/2009
festival |Mayotte |
Rencontres du cinéma d'Afrique et des îles de Tsararano 2009

   liens structures

AMIP (Audiovisuel Multimedia International Productions)
France | Paris

Doc & Co
France | PARIS

Films du Paradoxe (Les)
France | Bois-Colombes

RFI
France | Paris

Waza images
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page