actuellement 18133 films recensés, 3152 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
19/09/2009
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Michel Amarger




Zakia Tahiri


Number One


Number One


Aziz Saâdallah


Khadija Assad

retour
 
Number One
L'homme et son sort au Maroc
LM Fiction de Zakia Tahiri, Maroc, 2008
Sortie France : 23 septembre 2009

La vigueur du cinéma marocain est encore peu perceptible sur les écrans européens. Malgré l'augmentation sensible de la production, les films qui n'ont pas de coproducteurs en Occident ont du mal à y trouver un espace de diffusion. La sortie française de Number One de Zakia Tahiri rappelle que la comédie populaire tient sa place dans les salles marocaines. Le public a suivi avec passion, en les discutant, les péripéties de Aziz, un directeur d'entreprise autoritaire, victime d'un sort qui le gagne subitement à la cause féministe. "Number One est né du désir d'écrire une fable, une comédie populaire, douce-amère, pour dédramatiser un quotidien difficile", affirme d'emblée Zakia Tahiri.

Son héros, Aziz, dirige d'une main de fer, une usine de confection qui emploie une cinquantaine de femmes. La mondialisation augmente la concurrence et rend l'accès aux marchés difficile. Lorsqu'une cliente exigeante débarque d'Europe pour voir si l'offre de l'entreprise est concurrentielle, Aziz est contraint de faire bonne figure, de remiser le machisme dont il use avec ses employées et au sein même de son foyer. Sa transformation en gentleman séducteur culmine lors d'une soirée au restaurant où il déploie ses charmes pour s'attirer les faveurs professionnelles de sa cliente. Une révélation pour l'épouse, invitée au repas qui la sort de son rang domestique à la maison.

Pour prolonger cet instant de grâce, elle cède aux conseils d'une amie qui préconise de jeter un sort au mari afin de l'amadouer à plein temps. La contribution d'une guérisseuse se révèle plus efficace que prévu. Aziz devient un modèle de galanterie, prônant le féminisme jusque dans l'usine où les ouvrières peuvent enfin se lâcher. Emporté par ses élans, au grand dam de ses copains méprisants, le mari repenti profite d'un nouveau sort pour aspirer à une autre vie conjugale. "Son histoire est celle d'un pays en pleine mutation", commente Zakia Tahiri. "Tout comme le Maroc, Aziz va vivre les contradictions d'un pays musulman où les lois changent, les traditions s'effritent, et les esprits s'éveillent."

Les réformes du gouvernement sur le code de la famille et une loi de base, la "Moudawana", en 2004, servent de trame au fond social qui étaye Number One. "Le pouvoir est allé plus vite que la société civile où persistent traditions et croyances", observe Zakia Tahiri qui développe sa comédie colorée et énergique autour des attitudes excessives du mari. L'enthousiasme des acteurs compense quelques rudesses de montage. Aziz Saadallah, vétéran du théâtre marocain, héros de Badis et d'une kyrielle de téléfilms populaires, campe avec justesse le machiste retourné. Sa femme Khadija Assad, assure en secrétaire réprimée. Nezha Rahil, égérie des films de Faouzi Bensaidi, joue l'épouse qui s'émancipe.

Leurs échanges vifs et souvent cocasses dans les rues de Casablanca battent en brèche les idées reçues sur la société marocaine. Pour son premier long-métrage en solo, tourné dans le pays de son enfance, Zakia Tahiri emploie un humour tonique, loin du ton des rôles plutôt graves qui l'ont fait connaître en tant que comédienne dans des fictions françaises. Depuis sa rencontre avec Ahmed Bouchaala avec qui elle a signé Origine Contrôlée, 2001, et des téléfilms en France, Zakia Tahiri s'investit à fond dans ses productions. AvecNumber One, financé à 98 % par le Maroc avec le concours de sponsors privés, elle hisse la comédie au hit parade des films indépendants.

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Number One 2007
Zakia Tahiri


   liens artistes

Assad Khadija


Bargach Abderrahim


Bensaïdi Faouzi


Bouchaâla Ahmed


Bouchaâla Zakia et Ahmed


Ladesou Chantal


Maadour Khalid


Rahil Nezha


Roukhe Driss


Saâdallah Aziz


Tahiri Zakia


   liens structures

RFI
France | Paris

The Film Industry - Made in Morocco
Maroc | CASABLANCA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>