actuellement 17467 films recens√©s, 2937 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
03/03/2010
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cette critique
Ľ les commentaires li√©s √† cette critique

Kiné Sène


Mamadou Sellou Diallo


Amma, les aveugles de Dakar, 2006


Le Collier et la perle - Lettre d'un père à sa fille, 2008


Le Collier et la perle - Lettre d'un père à sa fille, 2008


Saidou Z. Ouédraogo ("Grand Z") dans La Tumultueuse vie d'un déflaté, de Camille Plagnet, 2009


Waliden, enfant d'autrui, d'Awa Traoré, Mali, 2008


Waliden, enfant d'autrui, 2008

retour
 
Le collier et la perle, de Mamadou Sellou Diallo
Quel avenir pour ma fille ?
Le film Le collier et la perle de Mamadou Sellou Diallo sorti en 2008 (52 minutes) exprime l'inquiétude du réalisateur face aux souffrances des femmes. En s'adressant à sa fille, il déroule le fil conducteur.

Dans son documentaire intitul√© Le collier et la perle, le cin√©aste Mamadou Sellou Diallo met √† nu la souffrance de la femme. Le message est pass√© par sa fille. Car, tout le film est conduit par cette angoisse ressentie. Entre un p√®re et sa fille, le dialogue est √©tabli d√©j√† par l'interm√©diaire de la maman. Il pose sa main sur le ventre d'une femme anonyme. Le visage n'est pas visible. L'attention de la cam√©ra est tourn√©e sur le gros ventre. Les questionnements s'encha√ģnent. Pourquoi le ventre est-il aussi gros ? Comment la femme ressent les douleurs. L'anxi√©t√© grandit √† l'approche de la naissance du b√©b√©‚Ķ

La douleur ne s'arr√™te pas l√†. La cam√©ra fixe les vergetures et la cicatrice de la c√©sarienne apr√®s un accouchement difficile. Le corps est soumis aux traitements traditionnels pour rayonner √† nouveau. La maman se livre au rituel du bain avec des plantes m√©dicinales et du beurre de karit√©. Le nouveau n√© n'est pas en reste. Son corps est aussi induit sous la souffrance pour la pr√©parer √† sa future vie de femme. Pour le cin√©aste, la peine des femmes n'a pas d'√Ęge. La cam√©ra √©volue et fixe les rides sur le visage de la grand-m√®re. Elle aussi a v√©cu les affres de la vie. Elle pr√©pare le collier et les perles que sa petite fille portera autour du cou. Ces objets vont la pr√©server du mauvais sort.

Même avec ces garanties, la crainte du père reste intacte. Le réalisateur l'exprime par sa proximité avec les personnages filmés. Mamadou Sellou Diallo filme de prêt les corps, les visages. Il s'implique dans le film en dorlotant sur son dos sa fille. Dans la cour d'une guérisseuse traditionnelle, soignant les enfants malades du diarrhée ou de vomissement et les femmes ayant des problèmes avec leurs seins, le spectacle est indescriptible. C'est un va-et-vient incessant pour adoucir la douleur. Plus de cent femmes et enfants y sont consultés par jour.

Un autre tableau sombre est peint par les coupures de presse. La soci√©t√© o√Ļ vit sa fille ne fait aucun cadeau aux femmes. Les journaux font √©tat de viols, massacres, violences de tout genre.

Le collier et la perle, 2008, 52 minutes, est traversé par une certaine fragilité. Le début est anonyme, car les visages des femmes ne sont pas visibles à l'écran. Là, le cinéaste s'adresse à toutes les femmes. L'attention du réalisateur est portée sur le corps de la femme avant l'accouchement et lors des massages traditionnels. La seconde partie s'intéresse à l'enfant, son évolution dans la vie. C'est à visage découvert. Il s'agit de la femme et de la fille du cinéaste. Et en dernière partie, un avenir sombre se dessine. C'est un film réalisé sur le temps, vu les différentes étapes de la vie du bébé.

Le documentaire, projeté lors du festival Lumière d'Afrique samedi à l'institut français de Dakar, est très poétique dans son écriture. Le réalisateur montre sa sensibilité et exprime son amour à sa femme et à sa fille. Il essaie de comprendre ce que vivent les femmes, partagées toute leur vie entre les plaisirs de la sexualité et la souffrance du corps.
Dans la manière de filmer ses sujets, cette proximité opérée, le réalisateur s'inscrit dans une continuité.
Mamadou Sellou Diallo a encore des choses à dire sur la femme. Son prochain film sera intitulé La Gardienne des étoiles. Le cinéaste a déjà réalisé un documentaire sur les enfants avec M'Bébé ou la métamorphose d'un reliquaire sorti en 2009. En 2008, il produit Nos ambassadeurs. En 2006, il avait réalisé Amma, les aveugles de Dakar (documentaire). Il enseigne le cinéma documentaire à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Fatou K. SENE

Le collier et la perle, un documentaire de Mamadou Sellou Diallo, 2008, 52 minutes.

PALMARES DU FESTIVAL LUMIERE D'AFRIQUE
Le prix du public

La Tumultueuse vie d'un déflaté du Burkinabé Camille Plagnet, 2009, 59 minutes.
Il a été projeté en remplacement du film Dans Le miroir du fleuve de Pascale Kouassigan.

Deuxième prix
Waliden, enfant d'autrui de la Malienne Awa Traoré

haut de page


   liens films

Collier et la perle (Le) - Lettre d'un père à sa fille 2009
Mamadou Sellou Diallo

Waliden, enfant d'autrui 2009
Awa Traoré


   liens artistes

Barbe Jean-Marie


Diallo Mamadou Sellou


Gueye Maty


Plagnet Camille


Traoré Awa


   ťvŤnements

20/02/2010 > 21/02/2010
festival |Sénégal |
Festival "Lumière d'Afrique" 2010
L'Institut français s'associe à Africadoc pour présenter la collection Lumière d'Afrique sous la forme d'un festival

   liens structures

Ardèche Images
France | LUSSAS

√Čtats G√©n√©raux du Film Documentaire de Lussas
France | Lussas

Films de l'Atelier (Les)
Sénégal | DAKAR

Institut Français de Dakar
Sénégal | Dakar

Université Gaston Berger de Saint-Louis
Sénégal | SAINT-LOUIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>