actuellement 16326 films recensés, 2757 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Moussa Bolly
publié le
21/04/2010
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Moussa Bolly


Sotigui Kouyaté ©Alessandro Brasile




Sotigui Kouyaté © DR


Sotigui Kouyaté © DR

retour
 
Décès du comédien Sotigui Kouyaté
Un "Trésor" à immortaliser
Un baobab vient de s'écrouler laissant la savane africaine sous la menace de l'érosion intellectuelle. Oui, c'est à ce triste destin qu'a condamné la culture africaine le regretté Sotigui Kouyaté en s'éclipsant définitivement de la scène ce 17 avril 2010 à Paris à l'âge de 74 ans.

Le Vieux sage, le maître de la parole s'en est allé, plongeant le monde du cinéma et du théâtre africains dans le chagrin, l'émotion et le regret. Comme Joseph Ki-Zerbo, Sembène Ousmane, Amadou Hampâté Bâ…, la culture africaine est désormais d'un de ses meilleurs ambassadeurs, d'une de ses icônes ! Au dernier Festival de Carthage (Tunisie), il était apparu très affaibli ! Mais, on était loin d'imaginer qu'il allait nous quitter si tôt tant "il était toujours très alerte et passionné de cinéma".

Cet "homme affable et d'une grande sagesse" était très respecté dans le milieu du cinéma et du théâtre en Afrique et dans le monde. On comprend aisément alors les hommages qui lui sont rendus ici et là. Sans compter ces œuvres qui l'ont immortalisé de sont vivant comme "Sotigui Kouyaté, un griot moderne" du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun et "Sotigui Kouyaté" d'Olivier Delahaye. Et Lors de la dernière édition du FESPACO, le festival panafricain lui avait rendu un hommage discret, mais mérité.

Celui qui a atteint sa renommée mondiale avec les pièces de théâtre mises en scène par Peter Brook et le film "Little Senegal" de Rachid Bouchareb, n'est plus à présenter. Inutile donc de rappeler le chapelet de rôles joués (au cinéma et au théâtre) par ce talentueux interprète. N'empêche qu'on ne peut pas non plus s'empêcher de signaler que "Faro, la reine des eaux" de notre compatriote Salif Traoré est son dernier film connu.
Issu d'une famille d'origine guinéenne, Sotigui est né en 1936 à Bamako et il a grandi au Burkina dont il avait la nationalité. Et il a vécu en panafricaniste refusant de tomber dans des pièges nationalistes.

Le décès de Sotigui est une autre immense perte pour la culture africaine, le cinéma notamment, après les disparitions d'Ousmane Sembène, Adama Drabo... Heureusement, que cette prestigieuse "bibliothèque" n'a pas entièrement brûlé car Sotigui a toujours cherché à partager son immense talent et son immense savoir avec toutes les générations. Et comme dit le poète Birago Diop, "les morts ne sont pas morts…".

L'esprit de Sotigui sera à jamais parmi nous car il est un immortel par l'œuvre accomplie de son vivant et par ses qualités morales et humaines. "Sotigui était un homme bien, à tout point de vue. Il refusait d'être la sagesse pour en être que l'enveloppe. En diffusant à la radio la dernière interview que j'ai eu avec lui, j'ai pris encore plus conscience de ce que nous avons perdu. Il me disait : "si chaque africain, en se levant se disait: qu'est ce que je peux faire pour l'Afrique ce serait déjà énorme"", se rappelle M. Baba Diop, président de la Fédération africaine de la Critique Cinématographique (FACC).

"Nous avons toujours, et malheureusement, porté notre attention sur les réalisateurs et pas souvent sur les femmes et les hommes qui font qu'une histoire devient un film. Je veux parler des acteurs. Sotigui mérite plus qu'un livre. [Notre] fédération a un devoir de reconnaissance", regrette M. Diop au nom des critiques africains. Et comme il le conseille, rassemblons donc nos documents, nos écrits, nos interviews et nos souvenirs de l'homme pour éditer un ouvrage et le remercier de tout ce qu'il nous laisse en héritage. Un palmarès éloquent, un fabuleux trésor ! C'est le peu que Sotigui pouvait attendre de nous, de ces intellectuels africains dont il est l'une des grandes références, de cette Afrique pour l'intégration de laquelle il s'est battu avec son bagage intellectuel, son talent et son humanisme engagé.

Vieux sage, repose en paix dans la grâce infinie d'Allah ! Amen !

Moussa Bolly
Président de l'Association malienne des Critiques
(AMACRI)

haut de page


   liens films

Sotigui Kouyaté 2009
Olivier Delahaye

Sotigui Kouyaté, un griot moderne 1996
Mahamat-Saleh Haroun


   liens artistes

Bâ Amadou Hampâté


Delahaye Olivier


Diop Baba


Drabo Adama


Haroun Mahamat-Saleh


Ki-Zerbo Joseph


Kouyaté Sotigui


Sembène Ousmane


   évènements

25/10/2008 > 01/11/2008
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage JCC 2008
22ème session

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

21/05/2009
rencontre/réunion |France |
Sotigui Kouyaté, Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres (France)
Cérémonie de remise le 21 mai 2009, durant le Festival de Cannes 2009

21/04/2010
projection |Tunisie |
Hergla & CinémAfricArt (Tunis) : Hommage à Sotigui Kouyaté
Le CinémAfricArt et les Rencontres cinématographiques de Hergla rendent hommage à Sotigui Kouyaté (1936-2010)

10/05/2010
projection |France |
"Le courage des autres" de Christian Richard en hommage à Sotigui Kouyaté
Apéro-film dans le cadre de la commémoration de l'abolition de l'esclavage - en hommage à Sotigui Kouyaté et rencontre avec Ben Zimet, directeur du festival de l'Ile de Gorée sur l'esclavage

   liens structures

AMACRI (Association Malienne des Critiques du Cinéma)
Mali | BAMAKO

Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC)
Sénégal | Dakar

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page