actuellement 16412 films recensés, 2767 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
19/05/2010
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Espéra Donouvossi


Sotigui, lauréat de la Berlinale 2009


Sotigui au JCC 2009 (photo copyright: Mohamed Challouf)

retour
 
Décès de Sotigui Kouyaté
Dani pleure son père et l'Afrique son griot !!!

Même si la mort est une évidence, il reste indéniable que certaines disparitions abattent le moral et injectent une douleur immonde. Celle de Sotigui Kouyate se révèle comme une perte énorme pour toute l'Afrique ; l'homme étant consideré comme une mémoire de l'Afrique. Le griot ne meurt jamais en Afrique et le décès du vieux Sotigui ne saurait être une bibliotheque qui brûle. Comme le dit Birago Diop, Sotigui "ne sera jamais parti. Il sera dans l'ombre qui s'éclaire… et l'arbre qui frémit". Sotigui Kouyaté, à travers ses œuvres, restera vital comme "l'eau qui dort …ou qui coule".

Né le 19 juillet 1936 à Bamako au Mali, Sotigui Kouyate est le père du réalisateur Dani Kouyaté et surtout cet interprète, griot, compositeur de musique qui marque de facon indélibile le cinéma africain. Longue silhouette filiforme, Sotigui Kouyaté a l'allure du patriarche à qui l'on demande conseil, celui qui sait tout de la vie et qui a mille et une histoires à raconter. Sa carrière au cinéma débute en 1968 dans Protection des récoltes (Jean David). Jusqu'à la fin des années 1970, il joue dans de petites productions, puis se révèle au grand public en 1985 dans Le Mahabharata, monté par Peter Brook. Le cinéma français lui ouvre alors ses portes, en lui offrant de petits rôles dans des films comme Black mic mac (Thomas Gilou, 1985), Y'a bon les Blancs (Marco Ferreri, 1987) ou encore Un thé au Sahara (Bernardo Bertolucci, 1989). En 1995, il joue dans Keita ! l'héritage du griot, un long métrage de son fils Dani. En 2000, il tient le rôle principal de Little Sénégal (Rachid Bouchareb), l'histoire d'un Dakarois qui s'embarque sur les traces de ses ancêtres américains.

Un footballeur est mort avant la coupe du monde en Afrique

Sotigui Kouyaté est aussi footballeur professionnel : ancien capitaine de l'équipe nationale du Burkina Faso. Il n'aura malheureusement pas l'occasion de vivre de façon physique ce grand événement inédit sur notre continent ; la coupe du monde FIFA de football en Afrique du Sud. Néanmoins revenant aux vers mystiques de Birago Diop, il n'est pas mort et son souffle vivra l'événement et accompagnera les équipes africaines à sortir tête haute de cet événement.

L'homme aux capacités énormes !!!

D'abord griot, Sotigui Kouyaté exerce toutes sortes de métiers : chanteur, infirmier, menuisier ébéniste, dactylo à la Banque d'Afrique occidentale, puis directeur de sa propre compagnie de théâtre. C'est d'ailleurs sur les planches qu'il fait ses premiers pas hors des frontières maliennes : alors qu'il travaille comme fonctionnaire, le dramaturge Peter Brook le fait venir en France pour jouer dans son Mahabharata (1985). On le voit notamment dans Le Lyonnais, réalisé en 1990 par Cyril Collard. Il a occupé le poste de directeur artistique des Ballets du Burkina Fasso et de la compagnie théâtrale de la Volta. Avec Jean-Louis Sagot-Duvaroux et Habib Dembélé il créé la compagnie du Mandéka théâtre.

Des talents internationalement reconnus

Consacré meilleur acteur comédien sur tout le continent africain et dans les plus grands festivals, Sotigui Kouyaté se révèle comme le griot interprète le plus connu et le plus prestigieusement primé. En 2009 à la 59eme édition du festival international de film de Berlin en Allemagne, il recut l'Ours d'argent du meilleur acteur pour le film London River de Rachid Bouchareb. Un peu avant, en Novembre 2008, aux Journées cinématographiques de Cartage à Tunis, il a recu le Tanit d'or pour toute sa carrière au cinéma. Tous ces prestigieux prix s'ajoutent à celui de Meilleure interprétation masculine, 2001 au Festival International du Film Francophone (Namur) pour le film Little Senegal Rachid Bouchareb.

Espéra Donouvossi

Filmographie de l'homme :

Courts métrages


en tant que : Compositeur de la musique
1989 - Bilakoro Dani Kouyaté, Sékou Traoré, Issa Traoré de Brahima
1991 - Poussière de lait Dani Kouyaté

en tant que : Interprète
1978 - Beogo naba Kollo Daniel Sanou
1995 - Après la pluie Jacques Dubuisson
1995 - Dur métier de policier (Le) Vincent Ravalec

Longs métrages

en tant que : Compositeur de la musique
1972 - FVVA : Femme, villa, voiture, argent, Moustapha Alassane
1974 - Toula ou le génie des eaux, Moustapha Alassane, Anna Soehring
1983 - Jours de tourmente, Paul Zoumbara
1987 - Terres africaines n° 3 - Jeux et jouets, Mustapha Dao, Sékou Traoré, Issa Traoré, [etc.]
1995 - Keita ! l'héritage du griot, Dani Kouyaté

en tant que : Interprète
1966 - Terres africaines n° 2 - Contes et légendes, Moustapha Alassane, Claude Le Gallou, Kadiatou Konaté, [etc.]
1972 - FVVA : Femme, villa, voiture, argent, Moustapha Alassane
1974 - Toula ou le génie des eaux, Moustapha Alassane, Anna Soehring
1982 - Courage des autres (Le), Christian Richard
1983 - Jours de tourmente, Paul Zoumbara
1983 - Paweogo, Kollo Daniel Sanou
1984 - Médecin de Gafiré (Le), Mustapha Diop
1985 - Black mic-mac, Thomas Gilou
1986 - Descente aux enfers, Francis Girod
1986 - Terres africaines n° 2 - Contes et légendes : La Princesse Yennega, Claude Le Gallou
1987 - Y'a bon les blancs, Marco Ferreri
1988 - Bac ou mariage, Jean Rouch, Tam-Sir Doueb
1989 - Africana (L'), Margarethe von Trotta
1989 - Eden miseria, Christine Laurent
1989 - Mahabharata (The), Peter Brook
1989 - Mamy Wata, Mustapha Diop
1990 - Sheltering sky (The), Un thé au Sahara, Bernardo Bertolucci
1991 - Golem, l'esprit de l'exil, Amos Gitaï
1991 - IP 5, l'île aux pachydermes, Jean-Jacques Beineix
1992 - Rupture(s), Christine Citti
1993 - Tombés du ciel, Philippe Lioret
1993 - Wendemi, l'enfant du bon Dieu, S. Pierre Yameogo
1994 - A cran, Solange Martin
1994 - Sale gosse, Claude Mouriéras
1995 - Keita ! l'héritage du griot, Dani Kouyaté
1995 - Maître des éléphants (Le), Patrick Grandperret
1995 - Rainbow pour Raimbaud, Jean Teulé
1996 - Plante humaine (La), Pierre Hébert
1996 - Saraka Bô, Denis Amar
1998 - Civilisées, Randa Chahal Sabbag
1998 - Génèse (La), Cheick Oumar Sissoko
2000 - Little Sénégal, Rachid Bouchareb
2001 - Dirty pretty things, Stephen Frears
2001 - Sia, le rêve du python, Dani Kouyaté
2001 - Truth about Charlie (The), La Vérité sur Charlie, Jonathan Demme
2003 - Genesis, Claude Nuridsany, Marie Pérennou
2003 - Tor zum Himmel, Veit Helmer
2004 - Annulaire (L'), Diane Bertrand
2004 - Travaux, Brigitte Roüan
2007 - Faro, la reine des eaux, Salif Traoré
2009 - London river, Rachid Bouchareb

haut de page


   liens films

Black Mic-Mac 1985
Thomas Gilou

London River 2009
Rachid Bouchareb

Sotigui Kouyaté, un griot moderne 1996
Mahamat-Saleh Haroun

Un thé au Sahara 1990
Bernardo Bertolucci


   liens artistes

Kouyaté Sotigui


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page