actuellement 18016 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
06/08/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Espéra Donouvossi


Hlubi Mboya


Paul Buckby


Vusi Kunene


Hlubi Mboya


Fana Mokoena


Jahmil XT Qubeka, réalisateur du film


DIFF 2010 - Durban

retour
 
A Small Town Called Descent
Un film policier contre la police sud africaine.
Festival de Durban 2010

Dans ce film, il y a indubitablement quelque chose d'impressionnant en termes de style cinématographique. Il est évident que nous avions vu des docu-fictions en Afrique du Sud et des fictions qui ont traité des sujets sociaux les plus brûlants dans le pays de Mandela.
A Small Town Called Descent se distingue des productions déjà connues en Afrique du Sud à travers l'effort fait dans la combinaison des faits réels avec la partie fictionnelle. Une combinaison qui apparaît à chaque instant pour resituer le sujet traité - des images de télévisions et des discours d'autorités. En prêtant des noms réels aux personnages de son film, en maintenant les noms de certaines institutions en Afrique du Sud et en traitant de la xénophobie, le jeune réalisateur sud africain Jahmil XT Qubeka prend son courage à deux mains et enterre en lui la peur pour évoquer et dénoncer la manière extrêmement légère dont les autorités policières ont laissé certains Sud-Africains à se complaire dans ce crime contre l' humanité qu'est la xénophobie.

En 2008, des dizaines d'immigrants africains vivant en Afrique du Sud ont été violentés, violés, volés et tués à coups de bâtons et de manchettes. Des Sud-Africains les accusant de leur disputer les petits emplois difficilement disponibles dans la jeune république d'Afrique du Sud. C'était donc à deux ans du grand rendez-vous du sport roi: la coupe du monde de football. Des mesures de répressions ont été mises en branle pour stopper et punir les auteurs. Mais dans le même temps, des autorités policières sont soupçonnées d'avoir trempé leurs mains dans ce crime en soutenant, armant et protégeant les criminels.

Une structure privée de sécurité, Scorpion, s'est engagée dans le combat aux côtés de quelques officiers de police restés fidèles à la justice, afin d'arrêter les acteurs de ce crime et les faire juger. Trois hommes de Scorpion (puis que c'est de cette structure dont il s'agit) ont déclenché un bras de fer pour dénicher les acteurs et mettre à nu les autorités complices.
En Juillet 2008, on pouvait constater en Afrique du Sud une accalmie totale et les immigrants pouvaient y reprendre leur vie en toute tranquillité jusqu'au mondial 2010. Au lendemain du dernier match de ce mondial, les violences xénophobes ont repris cours et la police est montée au créneau pour dénoncer des actes criminels, sans toutefois être capable d'assurer une certaine tranquillité aux étrangers africains dans le pays de Mandela.

Les chaînes de télévisions montrent des centaines d'immigrants abandonnant leurs biens et domiciles pour retrouver le chemin de leurs pays d'origine, à pieds. Certains sont obligés de trouver refuge dans des maisons de culte.
C'est ainsi la situation en Afrique du Sud et à travers cette œuvre de 102 minutes, le jeune réalisateur sud africain couvre de fond en comble tous les aspects décriés dans le traitement de cette xénophobie. Il est fait d'une manière impressionnante.
Jahmil XT Qubeka réussit à capter au sein de cette tragédie des scènes comiques (comme l'intervention d'un prêtre en soutane) de nature à arracher des sourires au public du festival de Durban qui est resté attentif jusqu'à la fin.

C'est un film policier dans lequel on remarque une certaine force cinématographique du point de vue du découpage, la décoration, la performance des acteurs et la sémantique des plans. Filmant certains personnages au dos et en plans plongés, le réalisateur peint bien le caractère péjoratif de ce qu'il dénonce et bien sûr du caractère inhumain des acteurs et complices.
Pourtant, à divers niveaux, on peut constater la mauvaise qualité du son et vers la fin, des scènes superflues et totalement décousues qui ont inutilement ajouté de la longueur au film.

Espéra Donouvossi

haut de page


   liens films

A Small Town Called Descent 2010
Jahmil XT Qubeka


   liens artistes

Buckby Paul


Kunene Vusi


Mboya Hlubi


Mokoena Fana


Qubeka Jahmil XT


   vnements

22/07/2010 > 01/08/2010
festival |Afrique du Sud |
Festival international du film de Durban DIFF 2010
31ème édition

   liens structures

Videovision Entertainment
Afrique du Sud | JOHANNESBURG

haut de page

   vidos
   

 

A Small Town Called Descent (by Jahmil XT Qubeka, South Africa, 2010) TRAILER + a word from the writer, director
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>