actuellement 16358 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
22/10/2010
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Thierno I. Dia


Baba Diop, ancien président ASCC (2007-2010)


Mohamadou Mahmoune Faye, nouveau président

retour
 
L'Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique change de tête
Mamoune Faye, un nouveau Président dans l'arène

Paulin Vieyra, l'Aîné des Jeunes

Les critiques de sénégalais Paulin Vieyra, Aly Kheury Ndaw, Annette Mbaye d'Erneville, Baba Diop avaient fondé une association nationale aussitôt respectée dans le milieu du cinéma. Les noms étaient prestigieux et leur passion grande.
Paulin Soumanou Vieyra (né au Dahomey, actuel Bénin, devenu citoyen sénégalais) était le premier négro-africain inscrit à la grande école de cinéma parisienne, l'Institut des Hautes études Cinématographiques (IDHEC devenu FEMIS). Quant à Annette Mbaye d'Erneville, descendante d'une veille famille nobiliaire normande, elle est la première journaliste sénégalaise diplômée et mère notamment du cinéaste Ousmane William Mbaye ; voir le film portrait qu'il lui a consacré : Mère bi (La mère)
Aly Kheury Ndaw et Baba Diop se sont largement imposés comme de fines plumes de la culture dans la presse sénégalaise.
Cette association a pu décerner des prix de la critique au sein du FESPACO (Ouaga) entre autres. La mort de Paulin Vieyra en 1987 a un peu cassé la très belle dynamique.

Le tournant de l'année 2007

À partir de 2003, la volonté de faire renaître l'association de critiques est affirmée. Un imbroglio administratif va retarder sa concrétisation durant quatre ans.
Il faudra attendre le lundi 07 mai 2007, pour que des journalistes et universitaires reprennent le flambeau et remettent sur pied l'ancienne association. Comme si c'était l'évidence absolue, les Sénégalais portent Baba Diop (journal Sud Quotidien) à la présidence de l'Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (l'Ascc).
À l'exception notable de Modibo Diawara (Chargé des relations extérieures) professeur en réalisation au Média Centre de Dakar, il s'était entouré de journalistes exerçant tous à Dakar : Modou Mamoune Faye du quotidien Le Soleil (Secrétaire général), Aboubacar Demba Cissokho de l'Agence de Presse Sénégalaise - APS (Secrétaire général adjoint), Karo Diagne de l'hebdomadaire Zénith (Trésorière générale), Mamy Sy du quotidien Le Messager (Trésorière générale adjointe) ainsi que Fatou Kiné Sène de Walfadjiri (Chargée de la communication).

Baba Diop enseigne le journalisme de radio à l'Université de Dakar : au Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information, CESTI. Créé en 1965, le prestigieux CESTI est une Ecole de Formation de Journalistes qui accueille des étudiants d'une dizaine de pays d'Afrique francophone mais aussi de Guinée Bissau et du Cap-Vert. Le journaliste burkinabè Clément Tapsoba y a été formé.
Baba Diop est aussi Professeur à l'Institut Supérieur des Sciences de l'Information et de la Communication (ISSIC). Critique de cinéma au journal Sud Quotidien (Dakar), il rédige durant la période du ramadan de courtes nouvelles humoristiques..

Depuis mars 2009, il a succédé à Clément Tapsoba comme Président de la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (Facc) basée à Dakar, créée en 2004 à Tunis (Tunisie) et qui compte une trentaine de pays membres. La Facc a un site web pour rendre visible les cinémas africains: Africiné ( www.africine.org). Baba Diop est aussi le commissaire de la programmation cinéma du troisième Festival Mondial des arts nègres prévu du 10 au 31 décembre 2010 prochain à Dakar.

En décidant de céder sa place au bout de seulement trois ans de mandat, le Président Baba Diop impulse et donne un attachement fort à la démocratie interne et au refus des cumuls de mandats. Son remplacement s'est d'autant déroulé dans la sérénité.

Confirmation et orientations

Lors de son assemblée générale tenue le mercredi 20 octobre 2010 au centre culturel Blaise Senghor de Dakar, Mahamadou Mamoune Faye a été élu "à l'unanimité des voix" (indique le communiqué de l'association sénégalaise signé par Kiné Sène) comme président pour un mandat de quatre ans. Journaliste au quotidien Le Soleil, il succède à Baba Diop qui écrit désormais dans les colonnes de l'hebdomadaire La Gazette (Dakar).

Celui qui préside aux nouvelles destinées des critiques sénégalais fut président de l'Association de la presse culturelle du Sénégal, entre 1997 et 2004. Mahamadou Mamoune Faye est marié à Mariama SYLLA FAYE, réalisatrice-productrice (Derrière le silence, 2007 / Hors Séries, 2007 / Dakar, Deuk raw, 2008 / Tirailleur Marc Guèye : "Ma plume, mon combat" en 2010).


"Ay Lingeer" ("Des Reines", en langue wolove), pour un cinéma royal

Le nouveau président de l'Ascc a présenté ses deux grandes priorités :
- remobiliser les membres pour une plus grande promotion du cinéma sénégalais et africain
- formation en écriture critique des nouveaux venus de l'association.

Le nouveau bureau a été restreint à six membres. Le poste de Chargé des relations extérieures anciennement occupé par Modibo Diawara a été supprimé. Normal, il recouvrait les mêmes responsabilités exercées par Kiné Sène, Chargée de la Communication qui devient la nouvelle Secrétaire Générale dans le collège sous l'égide de Mamoune Faye, seul critique masculin, c'est dire que les femmes prennent avec vigueur la place qui leur revient de droit.

Si la presse électronique et la télévision ne sont pas représentées dans le bureau, il est notable de souligner la présence de la radio (avec Christelle. Le fait que les grands quotidiens sénégalais de référence continuent d'être à la barre donne espoir que le journalisme cinématographique puisse persister à informer et instruire le public.

L'extension de l'audience de la critique est envisagée par les nouveaux élus qui comptent poursuivre les chantiers ouverts par l'ancien collège. "Il s'agit de la publication en livre des actes du colloque organisé en hommage au cinéaste Ousmane Sembène en juillet 2009 et de l'instauration dans le calendrier culturel sénégalais du Mois du cinéma au féminin initié l'année dernière tout au long du mois de mars. L'Ascc veut aussi participer à la vie des ciné-clubs à Dakar", toujours selon les termes du communiqué transmis le 21 octobre à Africiné.

Une critique dakaroise ?
La concentration des médias dans la mégalopole dakaroise (deux millions d'habitants) se retrouvent chez les critiques de cinéma dont aucun n'émarge dans un organe de presse situé dans les régions (hors de la capitale et sa périphérie : Pikine, Guédiawaye).
Faut-il parler de "dakarianisme", à l'égal du parisiannisme, où la capitale prend toute la place ? Au sein de la Fédération africaine à laquelle l'ASCC est affiliée, le Burkina Faso, la Tunisie et le Cameroun ne sont pas dans ce cas. Le fait que l'actualité cinématographique se limite quasi exclusivement à Dakar permet de trouver une piste de réponse, en attendant celle sur le terrain du nouveau bureau.

Le peu d'écho offert aux rares initiatives de projections dans les régions (par exemple la sortie du film L'Appel des arènes de Cheikh A. Ndiaye, en autres) prouve aussi une grande faiblesse de la part qui est dévolue à la culture et particulièrement du cinéma dans les médias régionaux (y compris de la part des antennes délocalisées de la presse écrite/radiophonique ou télé dakaroise). À ce niveau, la réponse n'incombe plus à la meilleure des associations de critiques, c'est plutôt une interrogation directe à l'endroit des pouvoirs publics sénégalais qui ne se distinguent par un projet de gouvernement cohérent.

Thierno I. DIA

Composition du nouveau Bureau de l'ASCC
Président : Mahamadou Mamoune Faye (Le Soleil)
Secrétaire générale : Fatou Kiné Sène (Quotidien Wal Fadjri)
Secrétaire générale adjointe : Lala Cissokho (Walf Grandplace)
Trésorière : Mamy Sy (Le Messager)
Trésorière adjointe : Christelle Mbaya Ndaya (RTS Radio)
Chargée de la communication : Comba Thiam (Le Quotidien)

haut de page


   liens films

Appel des arènes (L') 2005
Cheikh A. Ndiaye

Dakar, Deuk raw 2008
Mariama Sylla Faye

Derrière le silence 2007
Mariama Sylla Faye

Hors Séries 2007
Mariama Sylla Faye

Mère bi (La mère) 2008
Ousmane William Mbaye

Tirailleur Marc Guèye : "Ma plume, mon combat" 2010
Mariama Sylla Faye


   liens artistes

Cissokho Aboubacar Demba


Cissokho Lalla


Diagne Ndaw Karo


Diawara Modibo


Diop Baba


Faye Mohamadou Mahmoun


Guéye Tapha


Mbaya Ndaya Christelle


Mbaye Ousmane William


Mbaye d'Erneville Annette


Ndao "Tyson" Mohamed


Ndaw Aly Kheury


Ndiaye Cheikh A.


Sène Fatou Kiné


Sy Mamy


Sylla Faye Mariama


Thiam Coumba


Vieyra Paulin Soumanou


   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Gazette (La)
Sénégal | DAKAR

Guiss-Guiss Com
Sénégal | DAKAR

RTS (Radio Télévision du Sénégal)
Sénégal | DAKAR

Soleil (Le)
Sénégal | DAKAR

Sud Quotidien
Sénégal | DAKAR

Wal Fadjri (Walf)
Sénégal | DAKAR

Walf Grand'Place
Sénégal | DAKAR

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page