actuellement 16223 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
02/02/2011
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Michel Amarger


Sarah Bouyain, réalisatrice du film


Sarah Bouyain avec les comédiennes de "Notre étrangère" : Nadine Kambou Yéri (t-shirt blanc) Dorylia Calmel (haut en pagne) qui interprète Amy et Blandine Yaméogo, assise, en pagne vert.


Sarah Bouyain et sa grand-mère. Photo extraite du film "Les enfants du Blanc".


"Métisse façon", de Sarah Bouyain, éditions la chambre d'échos, 2003.

retour
 
Notre étrangère
Couleurs, douleurs et lueurs familiales
LM Fiction de Sarah Bouyain, France / Burkina Faso, 2010
Sortie France : 2 février 2011

Le premier long-métrage de fiction de Sarah Bouyain a le ton grave des douleurs, et l'éclat des sentiments enfouis. Il entrouvre pudiquement les portes sur les fractures qui marquent les femmes. Les destins de trois d'entre-elles se cognent sans qu'elles en aient toujours conscience. Mariam, une Africaine solitaire, se replie sur son travail de nettoyage pour une société de banlieue parisienne. Amy, une jeune métisse de Paris, est tendue dans la quête de sa mère africaine disparue. Acita, la tante burkinabé d'Amy, connaît le passé qu'on cherche à oublier. Mais Amy, partie au Burkina, ne parle pas le dioula et ne peut communiquer avec Acita qu'avec l'aide sélective de Awa, une servante adoptée.

Pendant que Mariam s'use dans sa vie de banlieue, juste éclairée par les cours de dioula qu'elle donne à Esther, une Française de l'entreprise où elle est employée, Amy se heurte à l'oubli, à la nuit, à la langue qu'elle ne parle pas. Acita cherche à la récupérer comme la fille qu'elle n'a pas eue. Amy s'obstine dans la recherche d'une mère évaporée. Les espaces séparent, les continents sont des frontières, le temps creuse les douleurs. Amy tente de concilier les images de son père, un Blanc ancré en France, décédé l'année d'avant, et les contours sombres de cette mère africaine qu'elle a côtoyée dans les premiers moments d'enfance. Peu à peu les rapports se précisent, entre les raccords parfois abrupts et les ellipses où l'imaginaire peut s'activer.

Notre étrangère vibre sans fracas de ces identités déliées, diffuses que la jeune héroïne essaie de détourer pour mieux les vivre. Les générations s'affrontent, les cultures se heurtent, les vies défilent. Amy veut prendre la sienne en main en reconnaissant ses origines. Mariam laisse glisser son existence dans l'ordinaire des jours et le manque de l'enfant arraché. Le montage accentue les ruptures, les cadres fixent les mouvements. L'intensité des actrices est sur le fil. Dorylia Calmel, impitoyable dans Les Saignantes de Jean-Pierre Bekolo, s'avance en métisse nerveuse. Assita Ouédraogo, battante dans La promesse des frères Dardenne, intériorise les sentiments expatriés. Blandine Yaméogo, en déraison dans Delwendé de Pierre Yaméogo, nuance les failles.

Autour de ces femmes en crise, Nathalie Richard et Djénéba Koné évoluent en éclipsant les quelques hommes qui parsèment l'histoire. Car Notre étrangère est d'abord une affaire de femmes.
Femme écartelée, Sarah Bouyain, née en France d'un père burkinabè, a creusé ses racines métisses dans un documentaire sur sa grand-mère, Les enfants du Blanc, 2000, et un recueil de nouvelles, Métisse façon, 2003. En tournant une fiction dans la banlieue parisienne et à Bobo-Dioulasso, elle raccorde les espaces dans une même expression. Les techniciens du Burkina Faso qui coproduit, épaulent le film. La musique de Sylvain Chauveau appuie son propos.
Notre étrangère questionne ainsi délicatement la filiation qui se tisse entre les femmes, entre les couleurs mélangées. Sarah Bouyain suggère qu'on peut ouvrir son cœur au monde quand il est apaisé.

vu par Michel AMARGER
Journaliste critique RFI / Africiné

haut de page


   liens films

Notre étrangère (The Place in Between) 2010
Sarah Bouyain


   liens artistes

Bekolo Obama Jean-Pierre


Bouyain Sarah


Calmel Dorylia


Ouédraogo Assita


Salbot Sophie


Yaméogo Blandine


Yaméogo Pierre


   liens structures

Athenaïse
France | Montreuil

Colifilms
France | PARIS

Moa Distribution
Suisse | LAUSANNE

RFI
France | Paris

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page