actuellement 16800 films recensés, 2836 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
les dossiers d'africiné proposent des textes regroupés par thèmes
» tous les dossiers
 
 
dossier
FESPACO 2007 : le bulletin Africiné (n°4-9)

71 textes | le 10/01/2007

   

 

Entretien
Entre substance et public
Olivier Barlet
Baba Diop
Bassirou Niang
entretien de Baba Diop, Bassirou Niang et Olivier Barlet avec Newton Aduaka à propos de Ezra

Comment en êtes-vous venu à faire ce film qui touche votre propre histoire personnelle ?
C'est la chaîne Arte qui m'en a fait la proposition. En explorant le sujet, sont remontés bien sûr tous les souvenirs de la guerre du Biafra et mon vécu.
Les contextes des guerres qui utilisent des enfants son ...

 

 

Critique
La manipulation des consciences
Ludovic O. Kibora
Il va pleuvoir sur Conakry, de Cheick Fantamady Camara (Guinée)

Bangali est un jeune caricaturiste plutôt dans l'air du temps. Au journal Horizon où il travaille, il s'est épris de la fille du patron. Les amourettes entre Bangali (Bibi pour les intimes) et Kesso évolueront en véritable passion, à travers les péripéties d'une vie qui tangue entre joie et peine.
...

 

 

Entretien
Une position absolue
Fatoumata Sagnane
entretien avec Cheick Fantamady Camara

Africiné : Pourquoi débutez-vous votre film par la nudité des acteurs ? Est ce une volonté de choquer ou d'introduire quelque chose ?

Cheick Fantamady Camara : Ce film repose sur un couple, deux âmes jeunes, qui portent le film du début à la fin. Ces deux jeunes symbolisent la jeunesse qui cherch ...

 

 

Reportage/festivals
Critiquez !
ÉDITORIAL

La critique de cinéma se structure en Afrique : des associations de journalistes naissent un peu partout qui se donnent pour but de soutenir les cinémas d'Afrique et la cinéphilie pour accompagner les films d'un regard critique. Elles se regroupent depuis 2004 dans la Fédération africaine de la crit ...

 

 

Critique
La coexistence tradition-modernité est possible
Cyr Payim Ouédraogo
Faro, la Reine des eaux, de Salif Traoré (Mali)

4e œuvre du réalisateur malien Salif Traoré, Faro, la Reine des eaux, film inaugural de la 20e édition du FESPACO, nous emporte dans un univers où le problème d'une coexistence entre croyances ancestrales et modernité se pose avec acuité.
L'intrigue du film est construite autour de Zanga, enfant ad ...

 

 

Atelier/Formation
Africiné dote ses membres d'outils théoriques et pédagogiques
Espéra Donouvossi
Atelier sous régional de formation des formateurs

Des journalistes de cinéma venus de 8 pays d'Afrique ont suivi du 19 au 24 Février 2007 à l'Institut Supérieur de l'Image et du Son (ISIS) de Ouagadougou une formation de formateurs à la lecture de l'image et à la critique cinématographique. Cette formation qui a été initiée par la Fédération Africa ...

 

 

Critique
Blancs sur Noirs…. Basculement
Godefroy Macaire Chabi
Africa Paradis, de Sylvestre AMOUSSOU (Bénin, 90 min)

Il y a ici quelque chose de vraiment décapant. L'Europe sombre et vit sa galère. L'Afrique entre dans la prospérité et l'opulence puis se pose comme alternative. C'est l'hémorragie des Blancs vers le continent noir à la recherche de l'Eldorado perdu. Olivier et Pauline sont emblématiques d'un destin ...

 

 

Critique
Le poids de l'héritage
Justin Ouoro
Il va pleuvoir sur Conakry, de Cheick Fantamady Camara (Guinée)

Bibi, ainsi qu'on l'appelle affectueusement, acceptera-t-il cette lourde responsabilité de garantir et de transmettre les convictions ancestrales qui vont à l'encontre de ses propres convictions ? Comment concilier le désir du père et le désir d'affirmation de soi ? C'est là l'équation autour de laq ...

 

 

Critique
Le refus de l'exil !
Yacouba Sangaré
Teranga blues, de Moussa SÈNE Absa (Sénégal)

"Voici le cœur du jeune homme qui voulait traverser l'océan". La mort dans l'âme, Dick, jeune artiste musicien, rentre au pays avec des menottes et se jette dans la ville.
Entre intrigues policières et comédie musicale, le dernier long métrage du Sénégalais Moussa SÈNE Absa est une satire d'une soc ...

 

 

Reportage/festivals
Oser parler la "langue" de ses rêves et désirs
Bassirou Niang
Bulletin Africiné n°03 (FESPACO 2007), du Lundi 26 février 2007.

"Là où existe une volonté, existe un chemin", disait le regretté Ken Saro Wiwa. Les peuples ont le choix de la différence et le droit de l'exprimer. Voilà qui cadre bien avec le discours du Secrétaire général de l'OIF, son Excellence le président Abdou Diouf. Lequel prône une détermination de la par ...

 

 

Reportage/festivals
Une belle médaille s'invite au top départ
Fortuné Bationo
OUVERTURE DE LA XXè ÉDITION DU FESPACO

Explosion de feux d'artifice, éclats d'hystérie du public dans un stade transformé en cinéma géant. La cérémonie d'ouverture a presque sacrifié au même rituel, en ouvrant cependant une lucarne inattendue : c'est le président de la République Blaise Compaoré qui a donné le clap.
Autres présences rem ...

 

 

Critique
Entre virilité et féminisme
Moussa Bolly
Making off, de Nouri Bouzid

Comment devenir un homme et trouver sa voie dans une société qui fait peu de place à vos aspirations ?
C'est l'équation que doit résoudre Bahta, le personnage principal de Nouri Bouzid dans Making off. Un film très politique, mais que les sociologues auront aussi du plaisir à décortiquer.
Exclu du ...

 

 

Entretien
"Les Musulmans intelligents ont compris le film"
Dieudonné Motchosso Kodolakina
Fatoumata Sagnane
entretien avec Lotfi Abdelli, acteur principal de Making off

Africiné : Qu'est ce qui vous a poussé à accepter le rôle de Bahta dans Making off ?

Lotfi Abdelli : Pour trois raisons.
D'abord parce que Nouri Bouzid est un grand metteur en scène arabe : des acteurs d'autres continents même rêvent de travailler avec lui.
Parce que j'ai aimé le scénario et ...

 

 

Reportage/festivals
Le documentaire en questions
Maman Sani Soulé Manzo
Cinéma africain et diversité culturelle

"J'en ai marre qu'on me raconte ce que je suis, même si je concède aux autres le droit de me filmer comme ils l'entendent. Mais, il faut savoir que, quand on connaît l'autre, on le respecte mieux" : tel est le point de vue de la réalisatrice égyptienne Jihan El-Tahir sur la place du documentaire en ...

 

 

Critique
Les souvenirs oubliés
Bassirou Niang
Ezra, de Newton Aduaka (Nigeria)

Voici un film où la violence parle plusieurs langues. Un film où les images parlent dans leur nudité absolue. Newton I. Aduaka veut-il mettre à nu cette violence devant les consciences ou cherche-t-il à l'exorciser ?

Ezra, du nom de cet enfant capturé, fait suite à Rage, beaucoup primé dans les f ...

 

 

Critique
Une jeunesse en quête de devenir
Ludovic O. Kibora
Making off, de Nouri Bouzid (Tunisie)

La caméra recule sur le mouvement d'un joyeux groupe de jeune gens. Le décor signale une ville portuaire, où l'appel du large plane dans les rêves des adolescents. Le rythme saccadé d'une musique Rap, démonstration de danse, provocation et jeux de mots ; une jeunesse s'exprime dans son quotidien, qu ...

 

 

Analyse
Focus sur le cinéma malien
Moussa Bolly
De la quête d'identité à l'engagement politique

"Les fils et les filles du Mali ont porté haut le flambeau du cinéma malien", disait un intervenant au lancement officiel de la "Rétrospective du cinéma malien" au Ciné Burkina. Pour les nombreux intervenants, le choix porté sur ce pays n'a rien de fortuit. D'abord au palmarès du festival, le Mali e ...

 

 

Entretien
Interview Salif Traoré, réalisateur de Faro, la reine des eaux, film du gala d'ouverture
Espéra Donouvossi
Bulletin Africiné n°04 (FESPACO 2007), du Mardi 27 février 2007

Africiné : Qu'est-ce que vous avez voulu démontrer à travers les films que nous venons de voir ?

Salif Traoré : Ce film là, j'ai voulu tout simplement véhiculer un message pour encourager les gens à éviter l'exclusion. C'est pour moi le plus important. Quand nous parcourons les rues des capitales ...

 

 

Critique
La cupidité n'est-elle pas une folie ?
Fortuné Bationo
Le Monde est un ballet, d'Issa Traoré de Brahima (Burkina Faso)

La nuit, la pluie et une femme prise dans le vertige de sa propre chanson. Survivante d'un accident qui n'a pas épargné son bien-aimé durant leur voyage de noces, l'ancienne vedette de la chanson Madongué y a laissé sa raison mais non le souvenir de ses heures de gloire. Pour ses beaux-parents, cett ...

 

 

Critique
Les Afro-allemands en quête d'identité
Fortuné Bationo
Yes I am, de Sven Halfar (Allemagne)

Ils sont Allemands mais une partie d'eux-mêmes vit cette appartenance comme un doute permanent. Issus d'un père noir et d'une mère allemande, les Afro-allemands sont déchirés entre deux cultures qui leur renvoient sans cesse le miroir d'une identité à construire. Entre conquête de soi et rêves déris ...

 

 

Entretien
La fierté d'être Africain
Bassirou Niang
entretien avec Sylvestre Amoussou (Africa Paradis, Bénin, 2006)

Une immigration de l'Occident vers l'Afrique : n'est-ce pas une utopie ?

On vit d'utopie ! Moi, je crois en ce que je fais. Et je pense que c'est aux Africains de croire au continent africain. On croit que c'est toujours mieux chez les autres, alors que chez nous, il y a tellement de choses à fai ...

 

 

Critique
Entre le marteau et l'enclume
Espéra Donouvossi
Si le vent soulève les sables, de Marion Hänsel (Belgique)

La guerre menace. Le climat sec et aride tue le bétail. Les populations sont déshydratées. Face à une telle catastrophe la population a choisi d'abandonner le village. Et la réalisatrice Marion Hänsel déroute très tôt le spectateur pour toucher la sensibilité des uns et des autres. Une famille est c ...

 

 

Critique
Le désespoir comme programme
Fatoumata Sagnane
Un matin bonheur, de Gahité Fofana (Guinée / France)

Un matin bonheur de Gahité Fofana est un récit tiré d'une histoire réelle que la Guinée a connue il y a de cela sept à huit ans. Rassurez-vous que cette histoire n'a pas le bonheur que vend le titre du film. C'est un terme accrocheur mais vide de sens, ou juste un jeu de mot avec "un matin de bonne ...

 

 

Critique
Le devoir de mémoire
Moussa Bolly
Albert Chaïbou
Sur les traces du Bembeya Jazz, d'Abdoulaye Diallo (Burkina Faso)

Dans la fièvre des premières heures de la révolution guinéenne des années 50 naissait un groupe musical : le Bembeya Jazz. Créé par la volonté d'Ahmed Sékou Touré, père de l'indépendance de la Guinée, pour servir d'instrument de sa propagande politique, ce groupe étendra sa renommée au-delà des fron ...

 

 

Critique
Hymne à la gratitude
Espéra Donouvossi
Deweneti, de Dyana Gaye (Sénégal)

Tout travail mérite salaire. Toute bonne action mérite gratitude et reconnaissance. Ousmane personnage principal de Deweneti, court métrage de Dyana Gaye, n'a pas encore sept ans. Il gagne déjà sa vie en mendiant dans le centre-ville. L'astuce qu'il utilise pour attirer la générosité des passants es ...

 

 

Reportage/festivals
Sudplanete.net : un nouvel outil au service de la culture
Bulletin Africiné n°05 (FESPACO 2007), du Mercredi 28 février 2007

Sudplanete.net, c'est la deuxième génération de l'internet : chaque créateur, chaque structure peut gérer son information au jour le jour. Et développer ainsi gratuitement son propre site internet au sein d'une énorme base de données permettant des recherches affinées. Chacun pourra y inclure des ex ...

 

 

Critique
Ombres et lumières autour d'un fleuve
Yacouba Sangaré
Congo River, au-delà des ténèbres, de Thierry Michel (Belgique)

Amour ou obsession du Congo ? Caméra au poing, le réalisateur belge Thierry Michel signe avec Congo River son quatrième film documentaire sur ce vaste pays de l'Afrique centrale, après Zaïre, le cycle du serpent (1992), Donka, radioscopie d'un hôpital africain (1997), et le célèbre Mobutu, Roi du Za ...

 

 

Entretien
Musique et image, la combinaison gagnante
Fatou Kiné Sène
entretien avec Manu Dibango

Africiné : Quels sont les films dont vous avez fait les musiques ?

Manu Dibango : (rires) Il y en a tant que je ne peux tous les citer. Il faut voir sur mon site. Mais citons par exemple Ceddo du Sénégalais Sembène Ousmane, Le Silence de la forêt du Camerounais Bassek Ba Khobio et la comédie musi ...

 

 

Critique
Le point de vue paradoxal d'un cinéaste sur l'élection présidentielle 2006 au Bénin
Justin Ouoro
L'Amazone candidate, de Sanvi PANOU (Bénin)

Si tant est que l'art est un moyen d'expression subtile, L'amazone candidate – le film de Sanvi Panou en est ici l'illustration parfaite. Le genre documentaire auquel appartient ce film lui confère un réalisme qui ne récuse pas pour autant la subjectivité du réalisateur.
Au-delà du titre : L'amazon ...

 

 

Critique
Le paradoxe de la misère
Bassirou Niang
Mieux vaut mal vivre que mourir, de Justine BITAGOYE et Gaudiose NININAHAZWE (Burundi)

Le souhait de Nyandiwi, 18 ans, est de devenir mécanicien. Mais dans l'attente d'un destin heureux, il est obligé de vivre au dépotoir de Bujumbura, de fouiller dans les ordures pour trouver de quoi donner un sens à sa vie. "Je ne mendie pas, je travaille", dit-il. En substance, une vie lamentable v ...

 

 

Critique
Sélection Fespaco Côté Doc
Maman Sani Soulé Manzo
Requiem pour la révolution, de Jihan El-Tahir (Egypte) fait un tabac

La réalisatrice égyptienne Jihan El-Tahir voulait raconter, vu de Cuba, le combat des mouvements de libération du Congo de Patrice Emery Lumumba, du Cap Vert et de la Guinée Bissau de Amilcar Cabral, de l'Angola de Agostinho Neto et de la Namibie de Sam Nujoma. Mais, elle a dû batailler ferme à Cuba ...

 

 

Critique
La victime sur le banc des accusés
Sitou Ayité
Shoot the messenger, de Ngozi Onurah (Nigeria)

Souvent les discussions portant sur le racisme reprennent des stéréotypes : "Blanc raciste – Noir innocent". Dans Shoot the messenger (littéralement : "Tue le messager", en compétition pour le prix Paul Robeson du FESPACO 2007), Ngozi Onurah fait l'exception : que se passe-t-il lorsqu'un Noir traite ...

 

 

Analyse
Un fléau, trois thérapies
Moussa Bolly
Violence et cinémas africains

Cette question est traitée de trois façons qui se dégagent des récentes productions africaines. Elle se retrouve particulièrement dans Daratt ("Saison sèche") de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad), Ezra du Nigérian Newton Aduaka, de Teranga blues de Moussa Sène Absa (Sénégal), Making off de Nouri Bouzid ( ...

 

 

Critique
Contre les clichés…
Maman Sani Soulé Manzo
Conversations on a Sunday afternoon, de Khalo Matabane (Afrique du Sud)

Kenilwe, écrivain engagé, cherche à en savoir plus sur la guerre et l'exil des Somaliens. Grâce au témoignage de Fatima qui, après une première rencontre, se dérobe au jeu des questions-réponses. Pour retrouver Fatima, Kenilwe fera un long "parcours du combattant" dans une ville où, à son grand éton ...

 

 

Critique
Le dilemme d'Atim
Sitou Ayité
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)

"La saison sèche". Telle est la signification de Daratt. Le titre fait penser automatiquement à un film en rapport avec le climat mais il est beaucoup plus que cela. La sécheresse est explorée dans toutes ses dimensions : la parole, les gestes amicaux, l'environnement proprement dit et même le monta ...

 

 

Analyse
Acrimonie du regard
Godefroy Macaire Chabi
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007.

Dans le cinéma africain actuel, se déclinent deux approches de la violence. La violence qui s'exprime par les actes et les paroles puis une forme de "violence contenue". Mahamat-Saleh Haroun, Cheik Fantamady Camara et Sylvestre Amoussou s'inscrivent dans la dernière ligne.
Dans Daratt, Atim avait p ...

 

 

Critique
Quand une femme se décide
Ludovic O. Kibora
Fatoumata Sagnane
Djanta, de Tahirou Tasseré Ouédraogo (Burkina faso)

Djanta est une jeune étudiante en lettres modernes, qui s'acharne à écrire un roman dans lequel elle raconte l'histoire de sa vie. Après six ans d'études en ville, et suivant les conseils du prêtre, elle décide de rentrer au village pour revoir la famille. Là-bas, son père tient à l'offrir en mariag ...

 

 

Analyse
Vision –violence dans les films africains
Fatoumata Sagnane
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007

Cinéma et violence ont toujours cheminé ensemble. Dès le début du septième art, la violence était présente sous forme de gifles, de coup de poing, de bagarre et de propos injurieux. Le western a surtout privilégié les bagarres de Saloon et duels au revolver à barillet. Les films noirs ou de gangster ...

 

 

Critique
L'imaginaire d'un destin commun
Albert Chaïbou
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)

Daratt,, le dernier long métrage du réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun porte l'histoire de son pays déchiré par plusieurs années de guerre où l'injustice et l'impunité ont nourri des rancoeurs et le désir de vengeance.

Comment peut on continuer à vivre ensemble dans un environnement marqué ...

 

 

Critique
Le dilemme d'après-guerre
Cyr Payim Ouédraogo
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)

Comment continuer à vivre ensemble après tant de violence et de haine, lorsque les victimes d'un passé douloureux sont condamnées à croiser leurs anciens bourreaux ? Tel est le dilemme que pose Daratt ou Saison sèche, dernier long métrage du réalisateur tchadien, Mahamat-Saleh Haroun.

De quoi s'a ...

 

 

Critique
Le pouvoir dans les poings
Sitou Ayité
The legend of Black Tom, de Deron Albright (USA)

Ce film est un court métrage dans lequel Deron Albright résume l'histoire d'une illustre figure de la boxe, Tom, interprété par Yaw B. Nounou, (Togolais résidant à Philadelphie).
L'auteur de ce film s'est inspiré d'une anthologie, Boxiana IV de Pierce Egan. Un générique qui montre la moitié du vis ...

 

 

Critique
Le mal exorcisé
Almahady Cissé
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)

Dans il y a dans ce film comme une sorte d'exorcisme du drame que le Tchad a connu. Près de 40 ans de guerre civile avec son lot d'exactions, de crimes et son corollaire d'impunité.
Le film est d'ailleurs ironiquement introduit par les débats à la radio de la commission "Justice et Vérité", qui d' ...

 

 

Critique
Les chemins possibles vers la paix
Ludovic O. Kibora
Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)

Atim est un jeune orphelin dont le père a été tué par un certain Nassara, pendant l'une des interminables guerres civiles qui minent le Tchad depuis plusieurs décennies. Pour laver l'honneur de la famille, le grand père d'Atim lui demande de tuer Nassara afin de venger son père. Est-il facile de tue ...

 

 

Critique
Le voyou n'est pas mauvais !
Godefroy Macaire Chabi
Tsotsi, de Gavin Hood (Afrique du Sud)

Un homme se fait tuer dans l'indifférence totale au début du film. Violence gratuite ? N'y a-t-il pas dans Tsotsi une part d'humain malgré les tueries qui s'enchaînent ? Cette concentration des désespoirs du bidonville n'est-elle pas une véritable bombe à retardement ? Des centaines de Tsotsi agisse ...

 

 

Analyse
Les mots de la violence
Bassirou Niang
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007

Quand on raconte les horreurs de la guerre, les mots ne sont pas simples. On les dit avec des mots douloureux, des mots accompagnés de larmes et parfois de rictus, des mots mal exprimés.
"Les rebelles ont mis sept pneus sur mon père et l'ont brûlé. Ensuite, ils m'ont enlevée et m'ont emmené à Monr ...

 

 

Critique
L'aiguille dans une botte d'humains
Sitou Ayité
Endangered species, de Chandan Gupta (USA)

Marcus mène une vie paisible avec sa femme enceinte et ses deux filles. Un jour il sort pour aller faire des courses et se fait tuer par la police qui le prend pour un terroriste. Ce film est un cri d'alarme contre les justiciers en rogne contre le terrorisme. En voulant débarrasser les États-Unis d ...

 

 

Critique
Le mystère du drap blanc
Dieudonné Motchosso Kodolakina
R'da, de Mohamed Bensouda.

Quelque part au Maroc, une femme peine à mettre au monde son petit bébé. Pour dégager ce brouillard, la société recourt à une tradition sacrée : le R'da. Son principe : l'imam désigne quatre enfants d'une école coranique qui vont devoir faire le tour de la ville en portant un drap tout blanc, à l'im ...

 

 

Analyse
Un rapport d'anthropophagie
Justin Ouoro
Cinémas africains et télévision

L'influence de la télévision sur les productions cinématographiques africaines a atteint une proportion de plus en plus inquiétante. Cinéma et télévision sont deux modes d'expression et de représentation qui ne sont pas à confondre, même s'ils sont issus d'un même procédé.
On le sait, le cinéma afr ...

 

 

Critique
L'Afrique, les coups d'État et beaucoup d'incertitudes
Yacouba Sangaré
Code Phoenix, de Boubakar Diallo (Burkina Faso)

Il y a vraiment quelque chose de tortueux dans ce film. Entre intrigues politico-militaires et dénonciation manichéenne du totalitarisme, Code Phoenix ballade le spectateur au cœur d'une histoire complètement hallucinante dont il sort complètement désarçonné. Avec la tête pleine d'interrogations, ca ...

 

 

Critique
La leçon des indépendances
Ludovic O. Kibora
Juju factory, de Balufu Bakupa-Kanyinda (Congo RDC)

Matonge est le quartier congolais de Bruxelles. Dans ce véritable melting pot culturel où vivent des Congolais et des NGM (Nègres Génétiquement Modifiés), le bien nommé écrivain Kongo Congo et son épouse étudiante en histoire, occupent un modeste appartement. Pour vivre, le couple doit compter sur l ...

 

 

Analyse
Quelle identité pour les cinémas africains ?
Yacouba Sangaré
Panel : Cinéma d'auteur, cinéma populaire

Le 7ème art africain est-il à la croisée des chemins ? Doit-il se contenter de porter des thématiques fortes sans s'embarrasser des contraintes de rentabilité ? Ou doit-il songer désormais à faire des recettes, histoire de s'autofinancer ? Autant de questions qui titillent les cinéastes africains. L ...

 

 

Critique
Un testament d'humour et d'amour
Hommage au cinéaste ivoirien disparu

Fatou Kiné Sène
Caramel, de Henri Duparc (Côte d'Ivoire)

Si pour feu Henri Duparc, comme le disait lors de l'hommage que le Fespaco lui a rendu le cinéaste sénégalais Mahamat Johnson Traoré, "créer, c'est comme accoucher", c'est bien ce qu'il a fait en réalisant son dernier film Caramel. Il centre son film autour de Fred, un célibataire endurci de 30 ans, ...

 

 

Critique
Bas les masques
Albert Chaïbou
Almahady Cissé
Le sourire du serpent, de Mama Keïta (Guinée)

Marion, une prostituée blanche, veut quitter la banlieue où elle vit pour le centre de la ville. Le meurtre de la conductrice du dernier bus qui n'arrive pas l'a clouée dans une station de la gare où Adama, un immigré africain en situation irrégulière, fait le pied de grue. Est-il le meurtrier ?

...

 

 

Critique
Hommage au "Che" africain
Albert Chaïbou
Sankara, l'homme intègre, de Robin SHUFFLIED (France)

La projection au centre de presse Norbert Zongo a été précédée du court métrage Le Drame du jeune Burkinabè Hamado Ouédraogo, une fiction de 17 min qui raconte de façon malheureusement trop théâtrale l'assassinat d'un journaliste qui "dérange" et de son épouse.

Sankara, l'homme intègre (52 min) ...

 

 

Critique
Une réalité sénégalaise à l'écran
Espéra Donouvossi
Sénégalaises et Islam, de Angèle Diabang Brener (Sénégal)

Angèle Diabang Brener est chrétienne et réalisatrice de documentaires. Les relations que les Sénégalaises musulmanes de son âge entretiennent avec leur religion l'intéresse au point de leur consacrer un film de 40 minutes intitulé Sénégalaises et Islam. Il est vrai qu'Angèle Diabang Brener est issue ...

 

 

Analyse
Un défi à réitérer
Édito

Voici le sixième bulletin quotidien publié chaque jour sans retard durant ce Fespaco. Écrit par des journalistes venant de 8 pays francophones d'Afrique de l'Ouest, Africiné est une expérience originale. Pour la première fois au Fespaco, un bulletin critique indépendant a suivi la programmation au j ...

 

 

Critique
Une science-fiction à l'africaine bien saignante
Yacouba Sangaré
Les Saignantes, de Jean-Pierre Békolo (Cameroun)

Le troisième long métrage du Camerounais Jean-Pierre Békolo est décapant et audacieux. Majolie, jeune femme ailée dans une nudité à réveiller le désir de tout septuagénaire, s'accouple avec un dignitaire de la république. Les ébats sont intenses, surréalistes. La caméra glisse sur le corps de la jeu ...

 

 

Entretien
Pour une justice africaine
Fatoumata Sagnane
entretien avec Issa Serge COELO, réalisateur tchadien

Africiné : Est-ce que Adoum dans votre film Tartina City a une signification particulière (comme par exemple "Atim" l'acteur principal dans Daratt de Haroun signifie "orphelin") ?

Issa Serge COELO : Non ! Adoum est tout simplement un prénom au Tchad. En Afrique de l'Ouest ça se dit Adama et en A ...

 

 

Critique
Wanted
Justin Ouoro
Fatoumata Sagnane
L'ombre de Liberty, de Imunga Ivanga (Gabon)

Faire taire à tout prix la voix de Liberty. Voici la mission que s'est assignée le gouvernement répressif que dirige Maraud Muntu Niama, installé à Belle vie. Mais qui est Liberty ?

Une prime de 10 millions de franc est promise à celui qui lui mettra la main dessus.
Le capitaine Ikumu voit dans ...

 

 

Critique
La lente remontée vers l'espoir
Fortuné Bationo
Barakat !, de Djamila Sahraoui (Algérie)

Plongée dans la sombre évidence d'un mari disparu, Amel dort les poings serrés et l'oreille aux aguets : sur le lit un téléphone a remplacé le bien-aimé pour tenir éveillé l'idée de le retrouver. Devant le silence des pistes et la passivité de la police, le message du voisin résonne presque comme un ...

 

 

Entretien
Je n'entre pas dans la provocation
Yacouba Sangaré
Fatou Kiné Sène
Trois questions à Jean-Pierre Bekolo, réalisateur des Saignantes

Africiné : Pourquoi avoir choisi de donner dans la provocation ?

Jean Pierre BEKOLO : Je crois que la provocation c'est vous qui le dites. L'Afrique a tellement de problèmes que le fait d'être neutre est complice. J'ai le sentiment que tout le monde souffre. Et cette dureté, il faut la sentir et ...

 

 

Entretien
Au procès de l'arbitraire
Godefroy Macaire Chabi
Entrevue avec Abderrahmane Sissako

Pourquoi Bamako, pourquoi pas une autre capitale africaine ?

Je pense que Bamako est un lieu qui a rendu ses paroles et ses prises de positions possibles. Je l'ai appelé Bamako aussi pour attirer l'attention des gens sur l'existence d'une conscience africaine à travers sa société civile. Des fois ...

 

 

Critique
L'histoire d'Abidjan
Bassirou Niang
La bataille d'Abidjan, de Didier Fassio (France)

Ce ne serait que trop juste si l'on comparait Abidjan à Hélène dans La guerre de Troie. La belle a tellement de prétendants qu'elle en finit par souffrir de leurs tiraillements. C'est le documentaire de 52 minutes de Didier Fassio, La bataille d'Abidjan, qui nous en donne le sentiment. A vrai dire, ...

 

 

Analyse
Le pragmatisme des bailleurs de fonds
Espéra Donouvossi
Bulletin Africiné n°08 (FESPACO 2007), du Samedi 03 mars 2007

Traditionnellement, chaque bailleur de fonds fait sa conférence de presse durant le Fespaco. Cette année, la tendance est aux initiatives concrètes mais aussi aux mea-culpa.
Le Ministère français des Affaires Étrangères (MAE) a présenté le premier coffret DVD des étalons du Fespaco, symboliquement ...

 

 

Critique
Entre parole de la crise et crise de la parole
Justin Ouoro
Ezra, de Newton Aduaka (Nigeria)

Ezra est l'histoire émouvante d'un enfant soldat appelé à comparaître devant une Commission Vérité et Réconciliation dont l'objectif est d'entamer un processus de guérison d'un peuple meurtri par les affres de la violence. Ce processus peut-il aboutir quand les acteurs principaux de la guerre ne se ...

 

 

Entretien
Vive les vierges !
Sitou Ayité
entretien avec Tunde Kelani, réalisateur de The narrow path (Nigeria, 2006).

Africiné : Pourquoi avoir choisi le thème de la virginité pour votre film ?

TK : Pour deux raisons. La première, les femmes africaines jouent un rôle important dans notre société et ne sont pas bien représentées sur le plan politique, social et culturel ; donc nous devons aider les femmes à contr ...

 

 

Critique
Tartina, une bouffe amère
Fatoumata Sagnane
Tartina City, de Issa Serge Coelo (Tchad)

Pour marquer son propos et provoquer la remise en question du comportement barbare des États africains en particulier et du monde en général, le réalisateur tchadien Issa Serge Coelo montre des scènes de torture violentes. Ces scènes renvoient à des réalités palpables et concrètes qui ne laissent pa ...

 

 

Critique
Un procès à sens unique
Dieudonné Motchosso Kodolakina
Bamako, d'Abderrahmane Sissako (Mauritanie)

Le nouveau long métrage du Mauritanien Abderrahmane Sissako porte tout simplement le titre Bamako. Ce film ne porte pas sur les clichés ethnographiques du pays Dogons. Le réalisateur de Heremakono plonge dans un Mali considéré comme l'un des baromètres de la démocratie à l'Africaine. Le choix relève ...

 

 

Reportage/festivals
Bilan formation Fespaco 2007 et réunion de bilan
Olivier Barlet
Formation de formateurs à la lecture de l'image et la critique cinématographique

COMPTE-RENDU



Le but de cette formation était de former les journalistes présents à la lecture de l'image pour que :

- ils fassent progresser la critique de cinéma et la cinéphilie dans leur pays, notamment pour accompagner les films africains de qualité,

- ils contribuent à l'émulatio ...

 
   

 

haut de page