actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
filmographie
tous les textes à propos de cette personne
les liens autour de cette personne
retour
 

Ganda Oumarou
Acteur/trice | Réalisateur/trice


Mar Filmes

 

Oumarou Ganda est un acteur et réalisateur nigerien, de l'ethnie Djerma, né en 1935 à Niamey, mort le 1er janvier 1981.

Oumarou Ganda a effectué ses études primaires à Niamey avant de s'engager à 17 ans dans le corps expéditionnaire français comme tirailleur. Il est envoyé en Indochine où il passe deux ans. De retour au pays, il ne trouve pas de travail. Il émigre en Côte d'Ivoire. Entre autres petits boulots, il exerce, comme Sembène Ousmane, le métier de docker au port d'Abidjan. C'est là qu'il rencontre Jean Rouch. L'ethnologue qui s'intéresse à la communauté nigérienne de la Côte d'Ivoire envisage une enquête sur l'émigration. Il engage Ganda comme enquêteur statisticien. Puis, ils en viennent au cinéma. Il joue un petit rôle dans Zazouman de Treichville en 1957, puis le principal rôle dans Moi un noir.

À travers ces deux films qui sont réalisés par Jean Rouch, Ganda contracte le virus du cinéma. Quelques années plus tard, Jean Rouch lui suggère de rentrer au pays. Dès son retour à Niamey, Oumarou Ganda est engagé comme assistant technicien au Centre culturel franco-nigérien. Il y trouve dans le club "Culture et Cinéma", des techniciens qui dispensaient une formation aux jeunes voulant embrasser les métiers du cinéma : réalisation, caméra et son. Ganda avait pour compagnons Inoussa Ousséini, Hamidou Moussa et bien d'autres. Plusieurs films éducatifs ont été ainsi réalisés. C'est dans ce cadre qu'est lancé un concours de scénario en 1968. Le jeune vétéran avait une histoire qui lui tenait à cœur, ainsi fut écrit le script de son premier film : Cabascabo (1968, 45 min, noir et blanc, film entièrement tourné en zarma) avec Zalika Souley, Oumarou Ganda, film autobiographique qui tente de reconstituer l'histoire du service de l'auteur dans le corps expéditionnaire français en Indochine. L'anecdote est celle d'une jeune soldat qui voit ses compagnons tomber sur les champs d'honneur pour une cause à laquelle ils se sentent complètement étrangers. De retour chez lui, il pourra accéder aux emplois réservés parce qu'il aura manqué de se mettre au garde-à-vous devant un sergent.

Arrivé à Paris pour le montage de son premier film, Oumarou Ganda se trouve pris mai 68. Il réussit à faire une première dans la capitale française. Sélectionné au Festival de Cannes en 1965 pour la semaine de la critique internationale, deux mois plus tard, il obtient le Prix spécial du jury au sixième festival de Moscou puis à Malaga (Espagne) le Prix de la critique internationale et celui de la fédération espagnole des ciné-clubs (1969), à Carthage une mention spéciale.

Wazzou (1970, 50 min, 16 mm, couleur, film entièrement tourné en langue zarma), la deuxième fiction d'Oumarou traite de polygamie, mariage forcé et vengeance d'une coépouse qui se trompe de cible. Peinture des travers de la société nigérienne en particulier, mais de manière générale de la société africaine, ce film se montre particulièrement critique envers ceux qui détiennent un certain pouvoir. Il reçoit le Grand Prix du Fespaco en 1972.

Saïtane (1972, 64 min, couleur, film entièrement tourné en zarma) se situe sous l'angle de la critique sociale. Dans un petit village, un marabout sert d'entremetteur, plutôt de facilitateur, entre une femme adultère et un amant fortuné. Les interprètes : Oumarou Ganda, Moussa Alzouma, Damouré Zika, Amadou Saley, Zalika Souley, Insa Garba. Image : Jean-Pierre Leroux ; son : Moussa Hamidou. Montage : Danièle Tessier.

L'Exilé (1980, 90 min, 16 mm, couleur) se présente comme une anecdote sur la parole donnée. Le film s'inspire d'un conte africain. Le conte comme source d'inspiration, tant au plan de l'anecdote que de la narration cinématographique, reste un des aspects qu'Oumarou Ganda a introduit dans le cinéma africain. Il a par ailleurs fait découvrir sur le plan international le cinéma de l'Afrique noire. Oumarou Ganda a signé plusieurs films documentaires. Il décède un après avoir réalisé l'Exilé.

À la veille de son décès, il travaillait sur le scénario d'un documentaire. Il souffrait depuis quelque temps d'un malaise cardiaque.

(Source: Wikipédia)

Oumarou Ganda (1931-1981, Niger)

Oumarou Ganda was born in Niamey, of Djerma ethnicity. At the age of 16, he joined the French Far East Expeditionary Corps. After spending two years in Asia during the First Indochina War he returned to Niger. He was unable to find work, so he emigrated to Ivory Coast and became a longshoreman in the port of Abidjan. There he met French anthropologist and filmmaker Jean Rouch. Rouch was interested in the Nigerien community in Ivory Coast and hired Ganda as a statistician for his research on immigration.

Ganda had a small role in Rouch's 1957 film Zazouman de Treichville, and the lead role in Moi un Noir in 1958. A few years later he returned to Niamey and became an assistant technician. His first film, Cabascabo, is based on his experiences in Indochina. He continued making films throughout the 1970s, many of which received international acclaim. His most famous, Le Wazzou Polygame (1970) won the first FESPACO Film Festival Best Film Award. In addition to his feature-films, Ganda completed several documentaries.

Among his posthumous honors, a major cultural center in Niamey, Le Centre Culturel Oumarou GANDA (C.C.O.G) was named after him in 1981, shortly after his death.
FESPACO began awarding an African Feature Film Award named the Oumarou Ganda Prize.

Filmography

As director:

Le Niger au Festival de Carthage, 1980
L'Exilé, 1980
Cock Cock Cock, 1977
Saïtane, 1972
Le Wazzou polygame, 1970 - First FESPACO grand prize in 1972.
Cabascabo, 1969 - Special jury prize at the Moscow International Film Festival, International Critics' Award at Málaga, Honorable Mention at the Carthage Film Festival.

As actor:
L'Exile (1980)
Babatu (1976)
Saitane (1973)
Le wazzou polygame (1971)
Cabascabo (1969)
Moi un noir (1958)

Source:
www.marfilmes.com/en/africafilms/saitane.htm


__________

PT

Oumarou Ganda (1931-1981, Níger)

Oumarou Ganda nasceu em Niamey, Níger, de etnia Djerma. Aos 16 anos, alistou-se no Corpo Expedicionário Francês no Extremo Oriente e participou na Guerra da Indochina. No seu regresso, foi forçado a emigrar para a Costa do Marfim, onde trabalhou como estivador. Aí encontrou Jean Rouch, que lhe propôs um pequeno papel em Zazouman de Treichville e o tornou protagonista de "Moi, un Noir". A partir da experiência da guerra, realizou o seu primeiro filme em 1969 ("Cabascabo"). Continuou a filmar nos anos 70, com reconhecimento internacional. A sua obra mais conhecida, "Le Wazzou Polygame" (1970) recebeu o Prémio de Melhor Filme no primeiro FESPACO. Para além da ficção, realizou vários documentários.
Nas suas homenagens póstumas incluem-se um Centro Cultural em Niamey - Le Centre Culturel Oumarou Ganda - e dá o nome a um dos prémios mais importantes do festival FESPACO - Prémio Oumarou Ganda.

Filmografia

Como realizador:

Le Niger au Festival de Carthage, 1980
L'Exilé, 1980
Cock Cock Cock, 1977
Saïtane, 1972
Le Wazzou polygame, 1970 - First FESPACO grand prize in 1972.
Cabascabo, 1969 - Special jury prize at the Moscow International Film Festival, International Critics' Award at Málaga, Honorable Mention at the Carthage Film Festival.

Como actor:
L'Exile (1980)
Babatu (1976)
Saitane (1973)
Le wazzou polygame (1971)
Cabascabo (1969)
Moi un noir (1958

Source:
www.marfilmes.com/pt/africafilms/saitane.htm

haut de page

 

 

 

filmographie

Moi, un noir 1958
Acteur/trice, Voix off

Cabascabo 1969
Réalisateur/trice

Saïtane 1972
Réalisateur/trice, Acteur/trice, Producteur/trice, Scénariste

Exilé (L') 1980
Réalisateur/trice, Acteur/trice, Producteur/trice, Scénariste

Wazzou polygame (Le) 1970
Réalisateur/trice, Scénariste

Cock Cock Cock 1977
Réalisateur/trice

Niger au Festival de Carthage (Le) 1980
Réalisateur/trice

haut de page

 

 

 

texte(s)
tous les textes à propos de Ganda Oumarou
   

 



Critique
Le Niger au Fespaco 2017
Youssoufa Halidou Harouna
publié le 20/01/2017 22:01:14
 

 



Critique
Avant-première : La colère dans le vent, de la réalisatrice Amina Weira
Le cinéma moderne au Niger incarné par les femmes ?
Youssoufa Halidou Harouna
publié le 02/09/2016 00:09:59
 

 



Critique
Moustapha Alassane, cinéaste du possible, de Silvia Bazzoli et Christian Lelong
L'homme à la caméra de bois
Maman Sani Soulé Manzo
publié le 21/03/2009 01:03:07
 

 



Analyse
La Rétrospective des Étalons
21ème FESPACO, Ouagadougou 28 février-07 mars 2009
Azzedine Mabrouki
publié le 19/03/2009 11:03:05
 

 



Critique
Teza, de Haile Gerima (Éthiopie)
Etalon d'Or de Yennanga 2009 et Prix de la Critique africaine
Bassirou Niang
publié le 07/03/2009 20:03:42
 

 



Entretien
Interview de M. Inoussa Ousseini
Directeur-fondateur du Forum africain du film documentaire de Niamey (Niger)
Maman Sani Soulé Manzo
publié le 08/01/2009 23:01:22
 

 



Entretien
Catherine RUELLE, journaliste à Rfi : Le cinéma africain a vivifié notre façon de voir le monde
Entretien de Mass Ly avec Catherine Ruelle
Mass Ly
publié le 10/08/2008 23:08:20
 

 



Analyse
16 films Étalons de Yennenga à l'écran
Cycle des Grands Prix du Fespaco à l'IFLSS de Dakar
Fatou Kiné Sène
publié le 24/03/2008 18:03:53
 

 



Analyse
Les grandes dates du cinéma africain
Afriques 50 : Singularités d'un cinéma pluriel. (L'Harmattan, 2005)
Clément Tapsoba
publié le 08/01/2007 21:01:22
 

 



Analyse
"Moi un Noir" : hommage à Oumarou Ganda (Niger)
Afriques 50 : Singularités d'un cinéma pluriel (L'Harmattan, 2005)
publié le 08/01/2007 21:01:14
 

 



Analyse
Cinéastes d'Afrique noire : parcours d'un combat révolu
Afriques 50 : Singularités d'un cinéma pluriel. (L'Harmattan, 2005)
Clément Tapsoba
publié le 08/01/2007 18:01:45
 

 

texte(s) sur le site Africultures.com



Reportage/festivals
Niamey 2012 : quel renouveau pour le cinéma nigérien ?
Olivier Barlet
publié le 31/12/2012 23:12:22
 

 



Critique
Saïtane
de Oumarou Ganda
Thérèse Mbissine Diop
publié le 10/04/2002 00:00:00
 

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour de cette personne proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur cet artiste :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page

 

 

 

Evènements
   

 

16/01/2008 > 17/03/2008
programme |France |
Africamania, Paris
Soixante films, cinquante ans d'histoire du cinéma africain. Jouez au concours en cliquant sur le lien de la cinémathèque et gagnez des billets pour Dakar et des coffrets DVDs.

 

 

14/03/2008 > 30/03/2008
programme |Sénégal |
Programme de l'Institut Français Léopold Sédar SENGHOR

 

 

05/07/2009 > 20/07/2009
festival |Algérie |
Festival culturel panafricain d'Alger (PANAF) 2009
2e édition

 

 

19/12/2009
projection |France |
Ciné Palabres (2009 - 12) : Le Wazzou polygame
entrée gratuite

 

 

02/02/2010 > 30/09/2010
projection |France |
+50 ans d'Afriques - 50 films pour le cinquantenaire des Indépendances africaines
À l'occasion du cinquantenaire des indépendances africaines (1960), la BnF vous propose de découvrir sur les postes audiovisuels du Haut de jardin, 50 films répartis en trois sélections

 

 

20/05/2010 > 27/05/2010
festival |Pologne |
AfryKamera 2010, Festival des films africains
5ieme edition de AfryKamera, le festival de films africains organisé annuellement en Pologne aura lieu en Mai 2010.

 

 

22/02/2014
projection |Niger |
Mémoires vives: MOI, UN NOIR + CABASCABO
A 16h30. Projections suivies d'un débat avec Jean-Marie Teno et Andréa Paganini. Entrée gratuite.

 
   


haut de page

 

 

 

?>