actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
filmographie
tous les textes à propos de cette personne
les liens autour de cette personne
retour
 

Testud Sylvie
Acteur/trice | Réalisateur/trice

Adéquat : Acteur/trice

 

Née le 17 Janvier 1971 à Lyon (France) Née d'un père inconnu et d'une mère comptable d'origine italienne, Sylvie Testud grandit dans le quartier populaire de la Croix-Rousse à Lyon. Très tôt fascinée par le cinéma, la jeune fille s'identifie notamment au personnage d'ado complexée incarné par Charlotte Gainsbourg dans L' Effrontée. Montée à Paris pour suivre des études d'histoire, elle se lance bientôt dans la comédie en intègrant la classe libre du Cours Florent puis le Conservatoire, où elle a pour professeurs Jacques Lassalle et Catherine Hiegel. Elle fait sa première apparition à l'écran en 1994 dans Couples et amants. La même année, Sylvie Testud est engagée pour une coproduction franco-allemande, Maries Lied. Mais les Français se retirent du projet, et l'actrice est promue, lors de la sortie de ce film remarqué, jeune espoir du cinéma d'outre-Rhin. Pour les besoins de Jenseits der Stille, elle apprend la langue de Goethe, mais aussi la clarinette et le langage des signes, une performance qui lui vaut l'équivalent allemand du César de la Meilleure actrice. C'est en 1999 que les Français découvrent le sourire malicieux de Sylvie Testud dans Karnaval, la chronique dunkerquoise de Thomas Vincent. Choisie par Akerman pour être l'héroïne de La Captive (2000), adaptation de La Prisonnière de Proust, elle apparaît ensuite chez Jacquot et Oliveira. En 2000, l'actrice frêle et rieuse révèle une violence insoupçonnée en incarnant Christine Papin dans Les Blessures assassines de Jean-Pierre Denis, une prestation récompensée par un César du meilleur espoir. Affectionnant les personnages troubles et décalés -serial killer dans Dédales, voleuse dans Filles uniques-, Sylvie Testud obtient en 2004 le César de la Meilleure actrice pour Stupeur et tremblements de Corneau, le récit plein d'ironie d'une descente aux enfers dans le monde de l'entreprise japonaise, d'après le best seller de Nothomb. Devenue une actrice de premier plan, elle poursuit dans cette veine burlesque avec Cause toujours ! de Jeanne Labrune et Demain on déménage de sa complice Akerman, mais c'est sur le terrain du mélodrame que l'emmène sa seconde collaboration avec Corneau (Les Mots bleus, 2005). PALMARÈS 2004 - Meilleur actrice pour le film Stupeur et tremblements 2001 - Meilleur jeune espoir féminin pour le film Murderous Maids NOMINATIONS 2004 - Meilleur actrice pour le film Stupeur et tremblements 2001 - Meilleur jeune espoir féminin pour le film Murderous Maids 2000 - César du meilleur espoir féminin pour le film Karnaval Source : http://www.lescesarducinema.com/cesar/personne_gen_cpersonne=18641.html

haut de page

 

 

 

filmographie

Ordre et la morale (L') 2011
Acteur/trice

Mange, ceci est mon corps 2007
Acteur/trice

Vivre me tue 2002
Acteur/trice

Captive (La) 2000
Acteur/trice

haut de page

 

 

 

texte(s)
tous les textes à propos de Testud Sylvie
   

 



Critique
Discours de la négro-dépendance
Mange, ceci est mon corps, Michelange Quay (Haïti)
Télesphore Mba Bizo
publié le 22/02/2008 13:02:14
 

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour de cette personne proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur cet artiste :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page

 

 

 

Evènements
   

 

02/05/2008 > 10/05/2008
festival |France |
Regards sur l'esclavage : Mémoire vive, héros et résistances
3e édition - Dans le cadre de Mémoire partagée 2008 - A l'occasion du 160ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage

 
   


haut de page

 

 

 

?>