actuellement 17143 films recensés, 2887 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
descriptif
fiche technique
fiche artistique
production
distribution
» tous les textes à propos de ce film
» les commentaires liés à ce film
» les liens autour de ce film
retour
 

Agent orange, une bombe à retardement
ietnam : Agent orange, une bombe à retardement
Thuy-Tiên Hô, Laurent Lindebrings
Moyen | Viet Nam | 2013
avec Noam Chomsky

 

 

 

descriptif

Plus de 40 ans après, l'Agent Orange continue à faire des ravages. Ce produit chimique répandu sur près de 20% du territoire Vietnamien à été employé par l'armée Américaine durant la guerre contre le Vietnam afin de défolier la végétation de la jungle pour débusquer les résistants.
A travers les témoignages des victimes mais aussi d'historiens et de scientifiques ce documentaire, du Vietnam aux USA, dévoile le scandale de l'usage irresponsable d'une arme chimique dans un conflit depuis son origine jusqu'à aujourd'hui.

Distribué chez DORIANE FILMS en DVD & VOD.

un film de Thuy Tiên Ho et Laurent Lindebrings

France, 2013, Docu, 57 MIN, HD

production : Orchidées
avec le soutien de Orange Dihoxyn



Vietnam : que se cache-t-il vraiment derrière l'exubérance de sa population et la majesté de ses paysages ? Le film VIETNAM : Agent Orange, une bombe à retardement ouvre le dossier douloureux d'un drame peu médiatisé qui touche aujourd'hui des millions de Vietnamiens, sur plusieurs générations et dont les effets impactent l'avenir du pays et celui de ses enfants à naitre.

Après 40 années de guerre ininterrompue contre la France puis les Etats-Unis, le Vietnam sort enfin de la guerre, le 30 avril 1975. Fin des bombes à billes, à fragmentation, qui déchirent les corps. Fin des bombes au phosphore, au napalm qui transforment les humains en torches vivantes. La paix et la reconstruction du pays sont à portée d'espérance.

Pourtant, en partant, l'armée américaine laisse un poison aujourd'hui invisible : la dioxine. Cette arme chimique puissante, plus connue sous le nom d'Agent Orange produite entre autres par la multinationale Monsanto, a pris possession de la terre, des eaux, de la végétation vietnamienne. En s'infiltrant dans les sols, les rivières, elle touche la chaine alimentaire. Des millions de Vietnamien sont victimes de la dioxine atteints de lourdes malformations, de cancers. 40 ans après les derniers épandages, la dioxine continue de faire des ravages.

Comment qualifier cette catastrophe humaine et écologique que vivent le Vietnam et sa population ? Au-delà du cas vietnamien, quelle est la responsabilité des Etats dans le choix des armes et de leur utilisation en cas de conflit armé ? Quelles sont les réparations possibles envers les victimes et les pays dévastés ? Le film VIETNAM : Agent Orange, une bombe à retardement aborde ces questions à travers des témoignages et l'analyse donnée par des scientifiques et historiens rencontrés au Vietnam, en France et aux Etats Unis.

* Les témoins fil rouge

TRAN THI HOAN : "Je m'appelle Tran Thi Hoan j'ai 25 ans, je suis étudiante. Je suis née à Binh Toan. Depuis 1994 je vis dans le Village de la Paix. Je suis handicapée depuis ma naissance, il me manque les 2 jambes et la main gauche"…

DOCTORESSE NGUYEN NGOC PHUONG :" En 1963 en tant qu'étudiante, j'ai fait un stage à l'hôpital Thu Du. En 65-66, je me souviens de naissances où l'enfant n'était pas normal. En 1965 j'ai aidé à accoucher une jeune maman. Quand l'enfant est sorti, il n'avait pas de cerveau. Il n'avait que le visage et il ressemblait terriblement à un singe. Je n'avais que 20 ans et je n'avais aucune expérience. C'est pour çà que j'ai laissé la maman voir son bébé.. Alors la jeune maman a commencé à hurler, à pleurer, à dire qu'elle avait mis au monde un singe"…

DANG HONG NHUT : "J'ai entendu le bruit d'un avion. Croyant qu'il allait nous bombarder, je me suis réfugiée dans une tranchée. Quand l'avion s'est éloigné, je suis sortie de la tranchée et j'ai regardé le ciel, il était rempli d'un épais brouillard. Les feuilles des arbres étaient recouvertes d'une poudre à l'odeur très désagréable"…

NGUYEN VAN RINH (président de la VAVA "Vietnamese Association for the Victims of Agent Orange") : "Je pense que nous avions peu de connaissance concernant les dégâts liés à l'agent orange. Si nous avions su, nous aurions demandé à la population de ne pas vivre dans une région contaminée"…

ROBERT PERAGALLO :" En 1965-1966, six mois après mon arrivée au Vietnam, nous avons été expédiés vers la colline 55. Quand nous y sommes arrivés, la colline était totalement nue.Dans un rayon d'un kilomètre, autour de cette colline, il n'y avait pas la moindre trace de végétation. Elle avait été entièrement arrosée avec un produit chimique appelé l'agent orange"…

BARRY ROMO : "Je me suis engagé après avoir terminé mes études au lycée catholique. Je voulais aller au Vietnam, enter dans l'infanterie et sauver mes frères catholiques. J'avais 18 ans et mon père a pleuré. Il m'a dit: "Je ne veux pas que tu t'engages, je ne veux pas que tu ailles au Vietnam"…

* Les experts

ANDRE BOUNY, auteur du livre Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam, il crée en 2004 le Comité international de soutien aux victimes vietnamiennes de l'agent orange et au procès de New York (CIS) dont il est le président. Les membres du CIS sont scientifiques, intellectuels, spécialistes du désarmement et du droit international.

FRANCIS GENDREAU, polytechnicien, statisticien et démographe, est ancien directeur de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Spécialiste de la démographie du Tiers monde, il a créé et dirigé l'Institut de formation et de recherche démographiques (IFORD, Yaoundé) et le Centre français sur la population et le développement (CEPED, Paris). Il a été le président du Comité international de coopération dans les recherches nationales en démographie (CICRED).

NOAM CHOMSKY (Boston- USA), Linguiste et philosophe. Institute Professor au Massachusetts Institute of Technology. Il est l'intellectuel le plus cité au monde

Merle Ratner (New York- USA), Co-coordinatrice de Vietnam Agent Orange Relief and Responsibility Campaign

Marilyn Young (New York- USA), Historienne, Full professor à l'Université de New York

Michael Barnhart (New York- USA), Historien, Distinguished Teaching Professor à l'Université de Stony Brook




PROJECTION EN AVANT PREMIERE
Jeudi 26 SEPTEMBRE 2013 à 20h30
au Cinéma Action Christine, 4 rue Christine - 75006 Paris
www.mondialisation.ca/sortie-du-film-agent-orange-une-bombe-a-retardement/5349991

haut de page

 

 

 

fiche technique

pays
Viet Nam

format
Moyen

catégorie
documentaire

genre
politique

format de distribution
DVD / HD

durée
57'

autre titre du film
ietnam : Agent orange, une bombe à retardement

site web
http://dioxine-bombearetardement-film.com/

haut de page

 

 

 

fiche artistique

Acteur/trice
Noam Chomsky

Réalisateur/trice
Laurent Lindebrings
Thuy-Tiên Hô

haut de page

 

 

 

production

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

distribution

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

texte(s)
autour du film Agent orange, une bombe à retardement

- pas de texte lié -
   

haut de page

 

 

 

commentaire(s)

soyez le premier à ajouter un commentaire sur ce film :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour du film proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur ce film :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page