actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
descriptif
fiche technique
fiche artistique
production
distribution
tous les textes à propos de ce film
les commentaires liés à ce film
les liens autour de ce film
retour
 

Vent de sable
Rih al'rimâl
Mohamed Lakhdar-Hamina
Long | Algérie | 1982
avec Hichem Rostom, Leila Shenna, Himoud Brahimi, Merwan LAKHDAR-HAMINA, Albert MINSKI, Nadia TALBI, Nadir BENGUEDIH, SISSANI, HADJA, Mohamed MAHBOUB

 

 

 

descriptif

Long survol du désert. D'une dune à l'autre, rien ne change. La caméra sculpte cette géographie d'avant l'histoire, s'arrête sur une oasis perdue. Quelques hommes, quelques femmes, des vêtements bruns sans âges, sur une terre sans âges. Ce film commence sur un viol : légal, il s'agit d'un mariage. Il s'achève sur la marche d'une femme au désert, insecte faisant rouler le sable sous ses pas, à l'infini. C'est un film sur la violence que la nature fait à l'homme, et que l'homme fait à la femme, au dernier bout de la chaîne des misères. Cette violence est sauvage, les corps s'y tordent, le sang coule, et le film est très beau. Pour une fois, au contraire de ce qui souvent se passe au cinéma, cette grande beauté ne travaille pas contre la violence, à l'affadir. Elle l'exalte, lui donne son poids de déraison. Lakhdar Hamina, que son goût pour la somptuosité et son envie d'inscrire son cinéma dans les canons internationaux des "grands" ne servirent pas toujours (qu'on songe à Chronique des années de braise, monuments aux morts un peu amputé), touche juste, ici. L'ampleur à peine emphatique des mouvements de caméra, le souci d'animer les scènes de mouvements forts, l'utilisation d'une "musique de scène" qui n'a rien de réaliste situent le film entre la tradition hollywoodienne et le cinéma égyptien à grand spectacle. Ici, cela n'a rien d'un reproche: le propos du film, qui n'est pas ethnographique, mais de mise en scène, véritablement, de la violence, n'en est que plus évident. Expliquons-nous: il paraît clair d'entrée, dés cette envolée de caméra sur le désert au prégénérique, qui s'achève sur une nuit de violence, que le cinéaste n'a pas eu l'intention de "décrire la vie" de telle communauté du sud algérien, à telle époque précise. Il veut dire ceci, qui n'est peut-être pas universel, mais au moins assure pour tout ce monde culturel méditerranéen où trois religions se sont donné Abraham pour père : quand l'homme souffre, il a toujours un souffre-douleur sous la main : la femme. Plus il endure, plus il lui fait, à elle, endurer. Et il le dit en ne ménageant aucun des effets propres à faire entendre au plus grand nombre cette vérité. La "forme grand-spectacle" n'est pas une tare en soi dont il faudrait se garder: elle peut être - Vent de sable le prouve - le véhicule d'un message qui vise une certaine universalité. A condition qu'elle ne soit pas une forme passe-partout, que le "spectacle" soit sous-tendu par une émotion. Qui ne serait ému par la dédicace finale où au bout de la description de l'acharnement à vivre d'hommes et de femmes qui s'échinent à repousser le sable de leurs maigres plantations, le film s'achève sur ces mots: "A ma mère, qui eut seize enfants." Scénario et dialogues Mohamed LAKHDAR-HAMINA Directeur de la photographie Youcef SAHRAOUI Conseiller à la photographie Marcello GATTI Montage Youcef TOBNI Musique Philippe ARTHUYS Premier assistant-réalisateur Mohamed Chouikh Ingénieur du son Kamel Mekasser Chef décorateur Mohammed Kessai Interprétation Leïla Shenna (Roguia); Albert Minski (Amara); Nadia Talbi (Hlima); Nadir Benguedih (M'hamed); Himoud Brahimi (l'aveugle); Hadja (guetrana); Merwan Lakhdar-Hamina (Rahoui); Sabrina Hannach (Sakina); Sissani (Boulares).





Cannes 1982 - Compétition officielle 






A village filled with desert sand against which men are fighting. Male-female relationships. It’s the drama posed by the birth of an eighth daughter for Hilma who, because of this, is banished by her husband Amara. Humiliated by this ultimate curse, he is jealous of his brother M’Hamed and his sister-in-law who gave birth to a son, even if he is disabled. Fueled by a deep hatred, Amara has confusing feelings toward his sister-in-law Roguia. A visiting troubadour, the unfortunate Hafnaoui, is also taken by the beauty the young woman. The humiliated man’s revenge is here, ready to scald M’Hamed who kills and curses Roguia.




haut de page

 

 

 

fiche technique

pays
Algérie

date de création
1982

format
Long

catégorie
fiction

durée
123'

autre titre du film
Rih al'rimâl

haut de page

 

 

 

fiche artistique

Acteur/trice
HADJA
Nadir BENGUEDIH
Albert MINSKI
Himoud Brahimi
Leila Shenna
Mohamed MAHBOUB
SISSANI
Nadia TALBI
Merwan LAKHDAR-HAMINA
Hichem Rostom

Directeur/trice de la photo
Youcef SAHRAOUI

Ingénieur du son
Marie-Thérèse BOISCHE

Monteur/se
Youcef Tobni

Musicien/ne
Philippe ARTHUYS

Réalisateur/trice
Mohamed Lakhdar-Hamina

Scénariste
Mohamed Lakhdar-Hamina

haut de page

 

 

 

production

Radiodiffusion Télévision Algérienne (RTA)
ALGER
Algérie

haut de page

 

 

 

distribution

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

texte(s)
autour du film Vent de sable

- pas de texte lié -
   

haut de page

 

 

 

commentaire(s)

soyez le premier à ajouter un commentaire sur ce film :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour du film proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur ce film :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page

 

 

 

?>