actuellement 17704 films recensés, 2972 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mohammed Bakrim
publié le
05/02/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Le cinéma marocain en 2007
Une affiche prometteuse

Contrairement à une année 2006 plutôt moyenne, notamment en termes de circulation de nouveaux films marocains, l'année 2007 s'annonce prometteuse à tous les niveaux : films inédits en sortie nationale, festivals, participation marocaine à de grands rendez-vous de cinéma…
C'est Abdelhaï Laraki qui inaugure la série des sorties marocaines prévues pour cette saison, avec son nouveau film Parfum de mer. Abdelhaï Laraki conjugue deux activités, celle de producteur, il a notamment produit Le Grand Voyage de Ismaïl Ferroukhi, grand succès critique international et de réalisateur, Parfum de mer est son deuxième long métrage. Il avait signé auparavant Mona Saber (2003), le récit d'un parcours initiatique autour de la question de la mémoire. Le film faisait partie de la vague des films ayant abordé la question de la disparition politique des années 70. Pour son nouveau film, il aborde une dimension sociale, très spécifique au nord du Maroc. À la base, un ressort dramatique des plus classiques : la vengeance. Un père, pêcheur modeste menant une vie tranquille dans une localité du nord du Maroc perd son enfant, fauché par des voyous. L'un d'entre eux n'est autre que le beau frère d'un baron de la drogue. Se met alors une situation qui va évoluer vers l'affrontement final entre la communauté des pêcheurs et la mafia locale connectée à des ramifications politiques et internationales. Le film est porté en outre par un bon casting autour du vétéran Mohamed Majd dans un rôle énigmatique ; il arrive porteur de secrets, observe, et… s'engage pour la bonne cause. Dans le rôle du pêcheur meurtri on retrouve Mohamed Khouyi convaincant ; en face de lui Mohamed Marouazi campant l'antagoniste avec beaucoup de crédit.
Après le Parfum de mer, d'autres films suivront ; c'est pratiquement l'embouteillage, mais qui s'en plaindra ! Les spectateurs marocains ont rendez-vous avec Narjiss Nejjar qui nous invite à nous mettre debout avec Wake up Morocco, occasion de vérifier sur pièce les éléments de la polémique déclenchée lors de la présentation de son film au festival de Marrakech. L'Enfant endormi de Yasmine Kassari (une quarantaine de prix internationaux) connaîtra finalement une sortie marocaine après avoir trouvé un distributeur local. Ce sera ensuite autour d'Ahmed Boulane qui revisite, avec Les Anges de Satan, un fait divers socio-culturel qui avait défrayé la chronique : un groupe de jeunes musiciens avaient été poursuivis pour… satanisme. Deux femmes sur la route de Farida Bourquia à l'affiche un certain 8 mars, une façon de participer à la fête internationale des femmes avec une Mouna Fettou relookée.
Suivront ensuite un très attendu Yasmine et les hommes d'Abdelkader Lagtaâ ; Moroccan dream de Jamal Belmejdoub… Driss Chouika, Hassan Ghanja, Ahmed Maanouni, Hamid Faridi..sont également au programme.
De la matière consistante pour le festival national du film, qui se tient tous les deux ans et dont la neuvième édition est prévue pour fin octobre 2007. Une vingtaine de longs métrages entreront facilement en compétition officielle. Le court métrage n'est pas du reste puisque Tanger s'apprête à accueillir pour fin juin la cinquième édition du festival du court métrage méditerranéen avec un riche panorama du court marocain. Une quarantaine de courts inédits, c'est-à-dire produits depuis le dernier Tanger, sont déjà prêts.
Entre temps, le cinéma marocain continue à séduire ; il s'invite un peu partout. Dès février, la nouvelle édition du prestigieux Fespaco programme à Ouagadougou un focus sur le cinéma marocain avec au programme cinq films représentatifs de ses principales tendances avec une participation à la compétition officielle.
Au mois de mars outre le classique rendez-vous méditerranéen de Tétouan, le cinéma marocain sera l'invité du Festival international de Las Palmas avec au programme une très large rétrospective, une présence en compétition officielle et au marché du film. Les organisateurs canariens ont également prévu d'éditer un livre à cette occasion avec un sommaire portant des signatures des États-Unis, d'Italie, d'Espagne et du Maroc.
L'année 2007 s'ouvre ainsi sur des perspectives prometteuses ; en attendant Cannes.

Mohammed Bakrim

haut de page


   liens films

Anges de Satan (Les) 2007
Ahmed Boulane

Argane 2007
Hassan Ghanja

Enfant endormi (L') 2004
Yasmine Kassari

Grand Voyage (Le) [real. I. Ferroukhi] 2004
Ismaël Ferroukhi

Mona Saber 2001
Abdelhaï Laraki

Parfum de mer 2006
Abdelhaï Laraki

Vélo, Le 2007
Hamid Faridi

Wake-Up Morocco 2006
Narjiss Nejjar


   liens artistes

Belmajdoub Jamal


Belmejdoub Jamal


Bourquia Farida


Chouika Driss


El Maânouni Ahmed


Ferroukhi Ismaël


Fettou Mouna


Ghanja Hassan


Kassari Yasmine


Khouyi Mohamed


Lagtaâ Abdelkader


Laraki Abdelhaï


Majd Mohamed


Marouazi Mohammed


Nejjar Narjiss


   liens structures

Centre Cinématographique Marocain (CCM)
Maroc | RABAT

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>