actuellement 16807 films recensés, 2844 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
descriptif
fiche technique
fiche artistique
production
distribution
» tous les textes à propos de ce film
» les commentaires liés à ce film
» les liens autour de ce film
retour
 

Piège (Le) [Réal: A. Dereims] | Another Life
Another Life
Alexandre Dereims
Long | France | 2011

 

 

 

descriptif

Le réalisateur se joint à un voyage périlleux dans lequel se lancent nombre de jeunes Africains à travers le Sahara pour atteindre la Libye. De ce pays, ils vont traverser vers l'Italie.


Emmanuel, Oumarou, Sayba, Fuceni, Jacques et les autres ont tout quitté pour fuir la misère, la guerre, la dictature. Rares sont ceux qui, parmi eux, réussiront à atteindre la Libye et l'Europe…

Pendant 90 jours, le journaliste a suivi au plus près des migrants africains tout au long de leur périple. En filmant leur éprouvant parcours, il rend compte de l'enfer que ces hommes endurent pour avoir la chance de vivre, enfin, une autre vie.

Un film documentaire de Alexandre Dereims

2011, France, 1h20

NOTE DE LA CHAINE France 5
Au Niger, Alexandre Dereims a suivi des migrants. Il les a suivis tout au long du chemin qui mène vers la Libye et l'Europe. Une route dangereuse, voire mortelle, pour fuir la misère, la guerre, la dictature. Alexandre Dereims a accompagné Emmanuel, Oumarou, Sayba, Fuceni, Jacques et les autres depuis Agadez, au Niger, jusqu'à Dirkou, à 400 kilomètres de la frontière libyenne. Il a attendu avec eux dans le ghetto des passeurs qu'il y ait assez de passagers pour pouvoir partir ; il a suivi leurs camions, leurs pick-up pour traverser, dans la chaleur infernale du désert, le Ténéré. En Libye, il a découvert les centres d'interrogatoires secrets de Benghazi où, avant la guerre civile, les migrants étaient détenus dans des conditions inhumaines. En Italie, il a filmé les bateaux surchargés qui s'échouent sur les rochers de Lampedusa. Puis il a repris la route avec ceux qui ont pu continuer. Direction la Grèce et Turin, en Italie, jusqu'aux portes de la France. En Tunisie, à la frontière libyenne, au camp de réfugiés de Choucha, il a retrouvé l'un de ces " aventuriers" rencontrés au Niger, dont le rêve s'est évanoui et qui va être rapatrié chez lui, comme des centaines de milliers d'autres, sans gloire et sans argent.

La fureur de vivre
Dans les ghettos des passeurs, ils attendent de pouvoir embarquer sur des camions surchargés. Leur route sera longue, éprouvante et semée d'embûches.

Alexandre Dereims a saisi au plus près la réalité de ces hommes qui ont tout quitté pour avoir la chance de vivre une autre vie. Sa caméra a capté leur angoisse à la gare routière d'Agadez au moment de choisir un passeur ou à Dirkou lorsqu'ils ont compris que certains ne pourraient plus continuer - faute d'argent ; il a mesuré leur courage au moment d'affronter le désert ou de se lancer dans les eaux noires qui baignent Lampedusa ; il a ressenti leur inquiétude et leur colère quand ils ont appris, à Gatrune, qu'il n'y avait pas assez de place pour tout le monde dans le véhicule pour continuer le voyage. Alexandre Dereims a filmé aussi leur désespoir. Celui d'avoir vu des compagnons de route mourir, celui d'avoir éprouvé tant de déceptions, de souffrances et, finalement, d'avoir échoué dans leur quête de l'eldorado.
A tous ces hommes, Kadhafi a fait miroiter monts et merveilles, a promis qu'ils feraient fortune dans son pays. La réalité était pourtant tout autre : arrivés en Libye, sans papiers, sans visa, ils étaient exploités. Ou emprisonnés, torturés, rackettés. Machiavélique, Kadhafi facilitait ensuite leur départ pour Lampedusa pour exercer un odieux chantage sur une Europe terrifiée à l'idée de devoir accueillir de trop nombreux immigrants… L'Europe a préféré fermer les yeux sur les conditions inhumaines dans lesquelles les migrants étaient détenus et sur les tortures qu'ils subissaient.
D'étape en étape, le réalisateur invite, tout au long de ce triste voyage, à comprendre ces êtres qui n'ont d'autre choix que de partir, que d'avancer, mais qui, en permanence, se trouvent confrontés à la corruption, au manque d'argent et à une géopolitique qui les dépasse. Ils butent contre tout, partout, tout le temps. Pris au piège. Malgré cela, ils se débattent, de toutes leurs forces, pour avoir le droit de vivre heureux. A l'heure où l'Europe ferme ses portes, leur rêve ne se réalisera pas. Ou alors au prix fort.
Isabelle Ducrocq (France 5)

Documentaire, France, 2011

Auteur-réalisateur : Alexandre Dereims
Sur une idée originale de Alexandre Dereims et Claire Beilvert

Production :
France Télévisions / Première Nouvelle / Maha Productions

Année : 2011
Durée : 1h15' (France 5, Sept 2011) / 1h20 (IDFA 2011, Amsterdam, nov 2011)




Entretien avec Alexandre Dereims

Comment est né ce documentaire ? 
Alexandre Dereims : En parlant avec Pablo, un jeune Camerounais qui m'a raconté son histoire. Lui, tout comme les autres migrants, est passé par l'enfer avant d'arriver en Europe. Il a vraiment payé le prix fort pour atteindre l'Hexagone. Alors que l'immigration est un sujet d'inquiétude en France, que l'idée d'"invasion" fait depuis quelque temps des ravages dans notre pays, que de nombreux Français ont peur des Africains qui "viennent leur piquer leur boulot et leurs allocs", je voulais, en suivant ces hommes, qu'on comprenne d'où ils viennent, quel périple ils avaient dû faire pour monter jusqu'en Europe, les difficultés qu'ils avaient rencontrées. Je souhaite qu'on sache ce qu'ils ont vécu. Dans le détail.

Quel regard portez-vous aujourd'hui sur ces hommes ?
A. D. : Ce sont des hommes qui estiment ne pas avoir le choix. Ils rêvent tous d'une autre vie. Ils se voient comme des aventuriers, pas comme des clandestins ou des mendiants. Aujourd'hui, quand un Français part à Londres pour trouver le boulot qu'il n'a pas chez lui, on le félicite, on salue son esprit d'initiative. Pourquoi un Africain n'aurait pas le droit de vouloir s'en sortir ? Ces hommes ont été pris dans le piège que leur a tendu Kadhafi : ils ont été des outils de chantage pour faire ployer une Union européenne qui ne voulait décidément pas d'eux. Leur histoire est bouleversante.

Vous avez pris beaucoup de risques pour réaliser ce documentaire…
A. D. : Nous avons réussi à obtenir une autorisation de tournage au Niger, mais il nous a malgré tout été difficile, à Claire Beilvert et à moi, de réaliser ce film. Tout d'abord parce que la région n'est pas sûre : quelques mois après notre venue, des salariés d'Areva ont été enlevés, Aqmi a étendu son action au nord d'Agadez. Nous avons dû nous déplacer sous escorte militaire. Ensuite, l'armée nigérienne ne voulait pas que l'on connaisse l'ampleur du trafic que génère le transport des migrants. Elle nous a empêchés de travailler et nous a même menacés de mort. Les chefs de ghetto que nous voulions approcher refusaient pour la plupart de nous parler et montaient les migrants contre nous. Les officiels, la préfecture, la police nous ont rackettés pour que l'on puisse tourner. A Dirkou, on nous a fait dormir dans une décharge pour nous faire renoncer. Nous nous sommes ensuite rendus en Libye quand la guerre a éclaté. Nous étions là au plus fort des affrontements, auprès des rebelles. Là aussi c'était très dangereux.

Quelles conséquences, selon vous, aura la chute du régime de Kadhafi ?
A. D. : Je suis très inquiet pour l'Afrique. Les immigrés qui réussissaient à atteindre la Libye et l'Europe envoyaient de l'argent chez eux et dynamisaient ainsi l'économie de leur pays. Sans cet argent, que va-t-il se passer ? Je crains de graves troubles sociaux dans les mois à venir…

Propos recueillis par Isabelle Ducrocq (France 5)


Extraits
"J'ai décidé de m'aventurer vers la Libye. J'ai regardé la carte. J'ai vu que si je prends le car pour Ouaga, je descends à Niamey. De Niamey, je vais à Agadez, d'Agadez à Dirkou. Et puis bon, après, c'est la frontière.
- Et après ?
- Je passe.
- C'est pas trop ?
- Si, c'est trop. Mais il faut risquer. Il faut forcer le destin, quoi. Il faut pas t'asseoir et attendre que le bonheur te trouve. Faut forcer." Oumarou

"Il n'y a pas que la France qui est dans la crise. Le monde entier est dans la crise. Mais les crises ne sont pas égales. Quoi qu'il se passe en France ou bien en Europe, la situation est difficile, mais c'est toujours mieux qu'en Afrique." Ousmane Touré

"Quand on emmène à la gare routière des clandestins qui vont partir […] dans le Sahara, là-bas, il n'y a pas d'eau. Ils vont mourir, ils vont souffrir. C'est pour ça qu'on n'a pas vraiment envie de faire ce travail. Mais comme il n'y a pas de travail, on n'a pas le choix. […] Sur 100 % des migrants, il n'y en a que 40 % qui réussissent. 60 % d'entre eux échouent. Et toi, tu sais que ton frère, il va souffrir. C'est pas bon." Hassan.



Diffusion
France 5 : Le Monde en face
Mardi 27 septembre 2011 à 20.35 (Inédit)

Magazine EN DIRECT
Durée 30'
Présentation Carole Gaessler
Réalisation Benoît Lemoine
Production MFP
Après la diffusion du documentaire, Carole Gaessler recevra en plateau plusieurs invités pour 30' de direct.

The filmmaker joins a perilous journey made by many young Africans across the Sahara into Libya. From here, they will cross to Italy.


"Fortune seekers" are what they call the many Africans who go off in search of a different, better life. Traveling from countries such as Libya, Benin, Burkina Faso, and Nigeria, they risk their lives on the dangerous sea crossing to Italy, portal to the prosperous West. The film begins with a meeting between Muammar Gaddafi and Silvio Berlusconi, where the two heads of state agree on how to contain the flow of migrants from Libya. In exchange for a large sum of money, Gaddafi promises to improve his border control and build more detention centers. Next we see a gorgeous shot of the Sahara, a trail of heavily laden trucks driving through it. On board are mostly young men on their way to Italy. Documentary filmmaker Alexandre Dereims is accompanying them on this perilous adventure. They have enough food and water for many days, but they explain with fear in their eyes that a breakdown in the desert could prove fatal. Dereims's interviews yield harrowing tales of many years of suffering along the way, interrupted only by profiteers and swindlers who maintain their own economy with promises of a better life. Libya, the gateway to the promised land, proves for many people to be a hell where Gaddafi denies them even the most basic human rights. Until spring arrives, that is…

Director: Alexandre Dereims
Screenplay: Alexandre Dereims
Photography: Sadel Ketab
Editing: Alexandre Dereims
Narration: Alexandre Dereims
Narrator: Peter Humi
Production: Matthieu Belghiti for Maha Productions
Involved TV: Channel France 5

Source: IDFA 2011
http://idfa.nl/industry/tags/IDFA2011.aspx?id=C5917E52-E12C-4787-91B6-CB6D967EFF97

haut de page

 

 

 

fiche technique

pays
France

format
Long

catégorie
documentaire

genre
drame

format de distribution
HD

durée
80'

site web
http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-39-2011/articles/p-13918-Le-Piege.htm

haut de page

 

 

 

fiche artistique

Réalisateur/trice
Alexandre Dereims

haut de page

 

 

 

production

France Télévisions
7 esplanade Henri-de-France
75907 PARIS Cedex 15
France
tel.1 : 01 56 22 60 00

haut de page

 

 

 

distribution

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

texte(s)
autour du film Piège (Le) [Réal: A. Dereims] | Another Life

- pas de texte lié -
   

haut de page

 

 

 

commentaire(s)

soyez le premier à ajouter un commentaire sur ce film :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour du film proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur ce film :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page

 

 

 

Evènements
   

 

16/11/2011 > 27/11/2011
festival |Pays-Bas |
IDFA 2011 - International Documentary Film Festival Amsterdam
24 édition

 
   


haut de page