actuellement 17704 films recensés, 2972 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
descriptif
fiche technique
fiche artistique
production
distribution
tous les textes à propos de ce film
les commentaires liés à ce film
les liens autour de ce film
retour
 

Sultan de la Médina (Le) - Soltane el medina
Mohamed Ben Smaïl, Moncef Dhouib
Long | Tunisie | 1992
avec Hélène Catzaras, Kamel Touati, Rim Turki, Mouna Noureddine, Arkane Boujalabia, Hassiba Rochdi

 

 

 

descriptif

La jeune Ramla est emmenée par ses parents en ville afin d'épouser son cousin Bab auquel elle est destinée depuis l'enfance. Le cousin en question se trouvant en prison, sa mère Rabha, qui gère toute la maison en matrone, décide d'enfermer la jeune fille dans une chambre en attendant de la marier. Dans sa réclusion solitaire, la jeune Ramla noue une relation amicale avec Fraj, l'autre fils de la vieille Rabha, un prédicateur illuminé qui se repère dans l'espace grâce à des signes qu'il marque sur les murs. Fraj, connaissant les portes et les issues de la Médina - cité traditionnelle arabe - va inviter Ramla à sortir plusieurs fois et ainsi l'initier à l'espace des hommes. Refusant son enfermement et ne supportant plus l'odeur rance qui règne dans l'Oukala et la promiscuité de cette maison traditionnelle squattée par des êtres venus de tous horizons, Ramla nourrit l'idée de s'évader. Elle est aidée par Fraj le simplet. Mais celui-ci ne peut aller au-delà de la frontière de la Médina marquée par ses signes. De cachette en cachette, un soir, Ramla tombe entre les mains de son fiancé, le bandit Bab, qui, sorti de prison et ne la reconnaissant pas, la livre à ses hommes pour la violer. Dans l'Oukala, tout le monde s'accorde à dire que ce sont les "jenouns" (esprits) qui ont enlevé Ramla. Certains l'auraient même vue s'envoler dans le ciel..

Hommage à Ahmed Baha Eddine Attia

Scénario : Moncef Dhouib
Photo : Ahmed Bennys
Son : Faouzi et Riadh Thabet
Musique : Hamadi Ben Othman
Montage : Kahena Attia
Interprètes : Kamel Touati, Ahmed Ben Smail, Hélène Catzaras, Rim Turki, Arkane Boujalabia, Mouna Noureddine, Hassiba Rochdi

1992 - 35 mm - couleur - 97 mn

haut de page

 

 

 

fiche technique

pays
Tunisie

date de création
1992

format
Long

catégorie
fiction

genre
comédie dramatique

format de distribution
35 mm

durée
97'

haut de page

 

 

 

fiche artistique

Acteur/trice
Arkane Boujalabia
Rim Turki
Hassiba Rochdi
Mouna Noureddine
Kamel Touati
Hélène Catzaras

Assistant/e réalisateur
Moslah Kraiem

Directeur/trice de la photo
Ahmed Bennys

Ingénieur du son
Faouzi Thabet
Riadh Thabet

Monteur/se
Kahena Attia

Réalisateur/trice
Mohamed Ben Smaïl
Moncef Dhouib

Scénariste
Moncef Dhouib

haut de page

 

 

 

production

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

distribution

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

texte(s)
autour du film Sultan de la Médina (Le) - Soltane el medina
   

 

Analyse
Essai d'une typologie du cinéma tunisien
Mahmoud Jemni
publié le 05/08/2011 19:08:30
 

 

Analyse
Disparition du producteur tunisien Ahmed Attia
Fin d'une belle séquence
Michel Amarger
publié le 15/08/2007 19:08:38
 

haut de page

 

 

 

commentaire(s)

soyez le premier à ajouter un commentaire sur ce film :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour du film proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur ce film :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page

 

 

 

?>