actuellement 17095 films recensés, 2880 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
descriptif
fiche technique
fiche artistique
production
distribution
» tous les textes à propos de ce film
» les commentaires liés à ce film
» les liens autour de ce film
retour
 

Esclave blanc (L')
Esclave blanc (L') [White slave]
Somalia /
Jean-Paul Paulin
France | 1934

 

 

 

descriptif

En Somalie italienne de 1934, un puissant colon exploite une immense propriété sur laquelle travaille un grand nombre d'indigènes. Il est aidé en cela par un jeune contremaître actif et apprécié de tous.

Survient la fille du colon, qu'il avait laissée en métropole dix ans auparavant et qui est maintenant une belle jeune fille, naïve et avide de connaître une Afrique romantique, pleine d'animaux exotiques et d'êtres humains aux mœurs si étranges et délicieusement primitifs.

Les jeunes gens sont bientôt amoureux l'un de l'autre, mais le propriétaire rejette violemment une telle mésalliance.

Le jeune contremaître partira se consoler avec une belle indigène, mais la tribu et le mari de celle-ci s'y opposeront de façon tragique.

Un film de Jean-Paul PAULIN, France, 1934

Avec Georges Rigaud, Jeanette Ferney, Fai, Egisto Olivieri, Nur, Dig Dor.

Scénario : Ernesto Quadrone, Jean-Paul Paulin, Carl Th. Dreyer - Image : Mario Craveri, Ferdinando Martini - Musique : Daniel Amphitheatroff, Gino Filippini - Production : S.A.F.I.S.

INTERPRETES : Georges Rigaud (André), Jane Ferney (ou Jeanette Ferney), Fai, Egisto Olivieri, Nur, Dig Dor

DVD disponible

Film témoin de l'aventure coloniale, mais aussi un des premiers à montrer au public de l'époque des terres mal connues, ce film vaut qu'on se replace dans l'univers du spectateur de l'époque, comme y invite d'ailleurs Henri de Monfreid aventurier -romancier qui assure "la préface" du film.

Mais la réalisation même de "L'Esclave blanc" c'est aussi, et surtout, une histoire étonnante, une sorte d'aventure cinématographique en même temps qu'un regard de toute une époque sur l'épopée coloniale.

Carl Th. Dreyer prépara un scénario et un découpage pour ce film. Car c'est le grand cinéaste danois qui fut d'abord pressenti pour réaliser le film.

L'origine du projet est un voyage en Somalie d'Ernesto Quadrone, journaliste du quotidien La Stampa de Turin qui couvre l'actualité coloniale italienne dans la corne d'Afrique où les Italiens préparent une offensive pour rétablir leur assise dans la région. Une coproduction franco-italienne s'ébauche. La collaboration s'avère impossible pour Dreyer qui se voit imposé la mondaine Lady Abdy pour le rôle de la seule femme blanche dans le film. Dreyer démissionne après avoir passé quatre mois en Somalie à élaborer un scénario très détaillé : "L'homme ensablé", commençant même à tourner.

Jean-Paul PAULIN (1902-1976) : Fils du sculpteur Paul Paulin, il commence à travailler dans le cinéma comme assistant de Jean Choux. Sa première réalisation date de 1932 : La femme nue, d'après la pièce de Henry Bataille, qui avait déjà été portée à l'écran par Léon Perret en 1926. Il poursuit avec Pas besoin d'argent (1933) version française du film allemand Man braucht kein Geld (1931, Carl Boese). Pendant les années'30 et'40 il réalise beaucoup de films parmi lesquels, L'esclave blanc, Trois de Saint-Cyr (1938, excellent film sur le milieu militaire), et encore Cap au large (1942), La voix du rêve (1948) et L'inconnue N° 13 (1938). Avant de se retirer en 1960, il se tourne vers la production avec Poil de carotte (1951, de Paul Mesnier) et J'avais 7 filles (1954, de Jean Boyer).

Georges RIGAUD (1905- 1984) : Jeune premier fameux de l'avant-guerre (on se souvient notamment de l'amoureux d'Annabella dans Quatorze Juillet), il se contenta dans les années 50-60 de petits rôles qui n'étaient pas à sa mesure.

SUR LE FILM : L'intrigue amoureuse qui atteint souvent des accents de vraie poésie, est bien représentée. Les scènes typiquement indigènes expriment avec clarté le charme des lieux et permettent de raconter avec une évidence plastique des moments de vie en Somalie, mieux et davantage qu'un documentaire : la récolte des bananes, la chasse au léopard. Et puis, il y a une danse vraiment belle : Mudundu, la danse de l'amour." G. Caranci, "Cine-Magazzino", septembre 1937 (en italien)

"La vision de L'Esclave blanc nous conduit à nous interroger sur le travail fourni par Dreyer en Somalie. Sans aller jusqu'à prétendre que certains plans de L'Esclave blanc sont de lui, il arrive que parfois ils portent incontestablement la griffe de son style. Quelques plans de L'Esclave blanc, ramassés sur une séquence précise, sont du Dreyer citant Vampyr. (...) Ne serait-ce que cette cloison grillagée en bois dont le film se sert à plusieurs reprises de la même façon que Vampyr jouait avec des fenêtres et des vitres : personnages surgissant au fond, silhouettes fugitives glissant le long, accompagnées d'un panoramique." Charles Tesson "Carl Th; Dreyer. Oeuvres cinématographiques 1926-1934.", Cinémathèque Française.

In Italian Somalia in 1934, a powerful colonist is running a vast estate with many indigenous workers. He is helped in this endeavour by a young, energetic and well-liked overseer.

The daughter of the colonist arrives: she had been left in their home country ten years earlier and this beautiful, innocent young woman is now eager to get to know a romantic Africa, full of exotic animals and human beings with strange and delightfully primitive customs.

The young people soon fall in love, but the landowner vehemently rejects the misalliance.

The young overseer leaves to find consolation with a beautiful native woman, but the tribe and her husband strongly and tragically oppose this.


A film by Jean-Paul PAULIN, France, 1934

With
Georges Rigaud, Jeanette Ferney, Fai, Egisto Olivieri, Nur, Dig Dor

Versions :
Original French with English subtitles


The film is a chronicle of colonial experience, and also one of the first to show the public something of the age of little-known lands. We can imagine ourselves in the world of the contemporary viewer, as Henri de Monfreid, the adventurer and novelist, invites us to do in the preface to the film.

The making of "L'Esclave blanc" itself is also a remarkable story, offering a cinematic experience as well as a glimpse of a chapter of colonial history.

A screenplay and a shooting script was written for the film by Carl. Th. Dreyer. The great Danish director was the first to be approached to make the film.

The project has its origins in a journey made to Somalia by Ernesto Quadrone, a journalist from La Stampa de Turin which was covering Italian colonial developments in the Horn of Africa where the Italians were preparing an offensive to reestablish their basis in the region. A French-Italian coproduction started up. Collaboration proved, however, to be intolerable for Dreyer when the society lady, Lady Abdy, was brought in in the role of the only white woman in the film. Dreyer resigned after spending four months in Somalia putting together a very thorough screenplay - "L'homme ensablé" - the filming of which had begun. (The complete story is related on the film's website.)


To relate the story, a collection of exceptionally rich bonus material has been put together and released with this DVD (available on www.lesdocs.com).

haut de page

 

 

 

fiche technique

pays
France

catégorie
fiction

autre titre du film
Somalia /

site web
http://www.lesdocs.com/fiches/dossier%20de%20presse/esclaveblanc.dossier%20de%20presse.version%20anglaise.htm

haut de page

 

 

 

fiche artistique

Réalisateur/trice
Jean-Paul Paulin

haut de page

 

 

 

production

- non renseigné -

haut de page

 

 

 

distribution

Les Documents cinématographiques
Mme Brigitte Berg
38 Avenue des Ternes
75017 PARIS
France
tel.1 : 01 45 72 27 75
fax : 01 45 72 52 71
[envoyer un mail]

haut de page

 

 

 

texte(s)
autour du film Esclave blanc (L')

- pas de texte lié -
   

haut de page

 

 

 

commentaire(s)

soyez le premier à ajouter un commentaire sur ce film :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour du film proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur ce film :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page