actuellement 16234 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Emmanuel Sama
publié le
13/07/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Emmanuel Sama (Africiné)


Le réalisateur Pierre Yaméogo et l'actrice burkinabèe Tina Hatou OUÉDRAOGO (elle est Biba, dans BAYIRI).


Dr Mohamed Dahane, président du Jury

retour
 
Bayiri de Pierre YAMEOGO, Grand prix Sembène Ousmane
Festival du cinéma africain de Khouribga (Maroc)

Ouverte le 30 juin dernier, la 15ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK) au Maroc s'est clôturée le samedi 07 juillet 2012 avec la proclamation du palmarès. le Grand prix Sembène Ousmane est revenu à " Bayiri, la patrie" de Pierre YAMÉOGO (Burkina Faso).

Douze films participaient à la compétition dont six (06) de l'Afrique subsaharienne et six de l'Afrique du nord. Le jury international était composé du critique marocain Mohamed Dahane, (Président), de la journaliste Osange Silou Kieffer (Guadeloupe), du comédien Gérard Essomba (Cameroun), du comédien Sidiki BAKABA (Côte d'Ivoire), de la comédienne Noufisa SBAÏ (Maroc), de la comédienne Leila OUAZ (Tunisie) et d'Ardiouma SOMA directeur du cinéma (Burkina Faso).

Le Grand prix Sembène Ousmane a été accordé à Bayiri, la patrie de Pierre Yaméogo (Burkina Faso). BAYIRI, LA PATRIE est un long métrage qui aborde le sort des migrants burkinabés dans une Côte d'Ivoire en proie à la guerre civile. Plus généralement, le film traite de la position instable des migrants dans nombre de sociétés, les souffrances des civils en temps de guerre et les conditions difficiles d'existence dans les camps de réfugiés, en particulier pour les femmes.



Le film rwandais Matière grise (Grey Matter) du Rwandais Kivu Ruhorahosa a reçu le Prix spécial du jury. Quant au Prix de la meilleure réalisation, il a été attribué au Marocain Mohamed Nadif pour son film Andalousie, mon amour. Le Prix du scénario est revenu au Tunisien Ridha Béhi pour Always Brando (Dima Brando).

Outre ces prix techniques, les actrices et acteurs ont été célébrés. Le Prix du meilleur premier rôle féminin a été attribué collectivement à Sheila Mirra et Ciomara Morais, pour leur interprétation dans le film angolais Tout va bien (Por aqui tudo bem) de la réalisatrice Pocas Pascoal. À l'affiche dans Aujourd'hui (Tey) d'Alain Gomis (Sénégal/France), l'Africain-Américain Saul Williams a eu le Prix du premier rôle masculin. Marléne Longange est Prix du second rôle féminin 2012, pour son rôle de la Commandante dans le film Viva Riva ! de Djo Munga (RDC).

Le Prix du second rôle masculin a été décerné à Yonas Pérou, pour son interprétation dans le film gabonais Le collier de Makoko de Henri-Joseph Koumba Bididi (Gabon). Le même jour, à quelques milliers de kilomètres, le jeune acteur est aussi couronné par le 16ème Festival Ecrans Noirs de Yaoundé pour ce deuxième long métrage de Henri-Joseph Koumba Bididi. Il a joué le rôle de Simba dans la comédie musicale LE ROI LION, puis le rôle principal de l'enfant (Thomas) dans la comédie LE COLLIER DE MAKOKO.

Le jury a attribué également des mentions, au nombre de trois. C'est ainsi que le film Le collier de Makoko été doublement primé, puisqu'il a eu la Mention spéciale du jury. Les jurés ont récompensé son message incitant à la protection de la nature et la performance du lion "Léo". La deuxième mention est revenue à Soufiene Chaari pour sa remarquable prestation dans le film Always Brando (de Ridha Béhi, Tunisie). Le film marocain Andalousie, mon amour a eu la Mention spéciale de l'image.

Cette 15ème édition a rendu hommages à deux réalisateurs : Abderrahmane Sissako et Roger Gnoan Mbala, ainsi qu'à la grande comédienne marocaine Mouna Fettoune.
Des ateliers sur la scénarisation, la photographie et le montage numérique dédiés aux jeunes ont connu une forte participation.
Outre les débats sur les films, les rencontres de minuit, chères aux pères fondateurs du cinéma africain, ont porté sur des sujets divers : un hommage à Mehammed SOUKRI, l'expérience de la revue Cinémag (Casablanca), ainsi qu'à propos des rapports cinéma et droits de l'homme en Afrique.
Un important colloque s'est tenu sur "les perspectives du cinéma en Afrique". Signalons aussi l'évènement que constitue la naissance de la Communauté des Cinématographies Africaines (CCA) dont Nour-Eddine Saïl, le directeur du Centre Cinématographique Marocain (CCM), est le coordinateur.

Emmanuel SAMA
Critique de cinéma, ASCRIC-B

haut de page


   liens films

Alda et Maria [Ici tout va bien] 2012
Pocas Pascoal

Always Brando (Dima Brando) 2011
Ridha Behi

Andalousie, mon amour ! 2011
Mohamed Nadif - محمد نظي&#

Aujourd'hui (Tey) 2011
Alain Gomis

Bayiri, la patrie 2011
Pierre Yaméogo

Collier du Makoko (Le) 2011
Henri-Joseph Koumba Bididi

Matière Grise (Grey Matter) 2011
Kivu Ruhorahoza

Viva Riva ! 2010
Djo Munga


   liens artistes

Bakaba Sidiki


Behi Ridha


Dahane - محمد دها& Mohamed


Essomba Gérard


Fettou Mouna


Lima Cheila


Longange Marlène


Morais Ciomara


Nadif - محمد نظي&# Mohamed


Ouaz - ليلى واز Leila


Pascoal Pocas


Perou Yonas


Ruhorahoza Kivu


Sbaï Noufissa


Sembène Ousmane


Soma Ardiouma


Williams Saul


Yaméogo Pierre


   évènements

30/06/2012 > 13/07/2012
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2012
16ème édition. Thème : "Cinéma et télévision".

30/06/2012 > 07/07/2012
festival |Maroc |
Festival du cinéma Africain de Khouribga (FCAK) 2012
15ème édition

   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Centre Cinématographique Marocain (CCM)
Maroc | RABAT

Dunia Production
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page