actuellement 16274 films recensés, 2749 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
29/09/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Poster 2012


Djia Mambu (Africiné)


Norman Catherine Curriculum Vitae, Paulene Abrey

retour
 
36ème édition du Festival des Films du Monde - Montréal, Août/Septembre 2012
Explosion de films, mais le calme se maintient du côté des productions africaines

Jamais autant de films n'ont été proposés pour une édition de ce grand festival de l'Amérique du Nord. Bien connu pour son grand nombre de projection, environ 400 films, le Festival du Film du Monde de Montréal (FFDM), anciennement Festival International du Film De Montréal, a présenté 432 films venus de 80 pays dont une quinzaine africains. Pendant une douzaine de jours, les cinéphiles de la ville multiculturelle francophone canadienne en ont eu pour tous les goûts et toutes les couleurs.

Bien que, si l'on regarde parmi les œuvres africaines ou à aspiration africaine, on n'en compte pas beaucoup, voire trop peu face à une aussi grande sélection. En l'absence de film africain en compétition mondiale pour le long métrage, il y a un film en compétition mondiale pour le court métrage : Norman Catherine Curriculum Vitae de Paulene Abrey (Afrique du Sud). Quant à Grand comme le Baobab de Jeremy Teicher (Sénégal - États-Unis), il était en compétition pour le Zenith de la première œuvre. Pour dire que les chances étaient plutôt minimes de voir un film africain faire partie du Palmarès.
"Cela dépend de l'offre que nous recevons", explique Henry Welsch, Directeur des Communications du FFDM, "On choisit des films populaires, notre choix est intrinsèque, il n'y a aucune exclusion… Aussi, cette année, on a mis l'accent sur les cinémas chinois, c'est peut-être une année où les cinéastes africains ont produit moins de films", poursuit-il.

Il est vrai que la production cinématographique africaine n'a pas été particulièrement élevée cette année, et le nombre élevé de la sélection peut aussi être une explication. En effet, si l'on considère une sélection finale de plus de 400 films en provenance de tout le globe terrestre, cela rend la compétition ardue, voir décourageante. Une compétition qui est d'ailleurs toute aussi rude pour des films européens ou autres.

Dans la catégorie Documentaires du monde (longs métrages) : Africa: The beat de Samaki Wanne (Espagne - Tanzanie) ; Dégage de Mohamed Zran (Tunisie) ; Dans l'ombre d'un homme d'Hanan Abdalla (Égypte) ; Sister de Brenda Davis (Cambodge - Haïti - USA - Éthiopie) et Mon nom n'est pas Ali de Viola Shafik (Allemagne, Égypte). Dans la catégorie Regards sur les cinémas du monde (longs métrages) : Asmaa d'Amr Salama (Égypte) ; Kanimambo d'Abdelatif Hwidar, Adán Aliaga et Carla Subirana (Espagne - Mozambique) ; Les enfants de Troumaron de Harrikrisna Anenden & Sharvan Anenden (Île Maurice) ; Les pirogues des hautes terres d'Olivier Langlois (France - Sénégal) ; Material, de Craig Freimond (Afrique du Sud); Le Capitaine de Nakara de Bob Nyanja (Allemagne, Kenya) et Tey, d'Alain Gomis (France - Sénégal). Dans la catégorie Regards sur les cinémas du monde (courts métrages) : African Race de Julien Paolini (Burkina Faso - France) ; Asad de Bryan Buckley (Afrique du Sud - États-Unis) ; Bahari d'Ahmed Ghoneimy (Égypte) ; Sea Pavilion de Marysia Makowska et Todd Somodevilla (Afrique du Sud - États-Unis). Merzak Allouache était présent hors concours, avec El Taaib (Le Repenti) (Algérie, France), son dernier long métrage récemment récompensé à la Quinzaine du festival de Cannes et au Festival du Film Francophone d'Angoulême.

Au cours des cinq dernières années, aucun film africain n'a compté parmi le palmarès du festival. On se souviendra des Jardins de Samira du Marocain Latif Lahlou qui a obtenu le prix du meilleur scenario en 2007 dans la catégorie Longs métrages ainsi que le prix de la critique international (FIPRESCI), et de DP75 Tartina City - rebaptisé Ndjaména City - d'Issa Serge Coelo (Tchad, France, Maroc) qui obtint alors le prix de l'innovation durant la même année et dans la même catégorie.

Par Djia Mambu
correspondante Africiné en Amérique du Nord.

haut de page


   liens films

Asad 2011
Bryan Buckley

Bahari - بحرى 2011
Ahmed Ghoneimy

Capitaine Nakara (Nakara's Capitain) 2011
Wanjiru Kinyanjui

Enfants de Troumaron (Les) 2012
Harrikrisna Anenden, Sharvan Anenden

Grand comme le Baobab 2012
Jeremy Teicher

Jardins de Samira (Les) | Samira Fi Dayâa 2007
Latif Lahlou

Kanimambo 2012
Adán Aliaga, Carla Subirana, Abdelatif Hwidar

My Name is not Ali (Jannat'Ali) 2011
Viola Shafik

N'Djamena City 2006
Issa Serge Coelo

Norman Catherine Curriculum Vitae 2012
Paulene Abrey

Pirogues des Hautes Terres (Les) 2011
Olivier Langlois

Repenti (Le) | El Taaib 2012
Merzak Allouache


   liens artistes

Abrey Paulene


Allouache Merzak


Anenden Harrikrisna


Anenden Sharvan


Buckley Bryan


Coelo Issa Serge


Ghoneimy Ahmed


Langlois Olivier


Shafik Viola


   évènements

23/08/2012 > 03/09/2012
festival |Canada |
Festival des Films du Monde de Montréal 2012
36ème édition

   liens festivals


festival | Canada | Montréal (Québec)

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page