actuellement 16359 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
13/11/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Michel Amarger (Africiné)


Rachid Djaïdani, réalisateur


Rengaine, les deux amoureux.


Le réalisateur Zéka Laplaine devant l'affiche de (Paris : xy)


Alain Gomis, Réalisateur


Djinn Carrénard, réalisateur


Slimane Dazi, dans Rengaine




Stéphane Soo Mongo (Dorcy) dans Rengaine


Rengaine


Stéphane Soo Mongo (Dorcy) dans Rengaine


Rengaine


Rengaine


Rengaine


Slimane Dazi (Slimane) dans Rengaine


Scène Tournage de Rengaine


Sabrina Hamida (Sabrina) et Stéphane Soo Mongo (Dorcy) dans Rengaine


Scène tournage de Rengaine

retour
 
Rengaine
Résistance dans le melting-pot parisien
LM Fiction de Rachid Djaïdani, France, 2012
Sortie France : 14 novembre 2012
Dist : Haut et Court

Le métissage de la capitale française et ses environs rend fiévreux les réalisateurs de la diaspora africaine. Ils y signent des histoires d'amour et de conquêtes identitaires débridées comme Paris XY, 2001, de Zeka Laplaine, aux origines congolaises, ou L'Afrance de Alain Gomis, Franco-Sénégalais. Aujourd'hui, la nouvelle génération investit la région parisienne pour y tourner des films indépendants, à moindre coût. Jean-Pascal Zadi, de parents ivoiriens, s'appuie sur un petit budget pour Sans pudeur ni morale, 2011, commercialisé directement en DVD. Djinn Carrénard, né en Haïti, se targue d'avoir tourné Donoma, 2011, à partir de 150 euros, poussant avantageusement son film dans les salles nationales. Dans la même lignée, Rachid Djaïjdani produit lui-même Rengaine, 2012, bénéficiant de la participation de son entourage.

L'histoire se joue dans les ruelles, les cafés, les gares du nord de Paris. Dorcy, un jeune Noir chrétien et décontracté, fréquente Sabrina, une Maghrébine émancipée et énergique. Il met le feu aux poudres en décidant de l'épouser. Car même si elle vit en indépendante, Sabrina a 40 frères qui gravitent aux alentours. Pour l'aîné, Slimane, qui se veut le garant des traditions, le mariage d'une Arabe et d'un Noir chrétien est inconcevable. Il harcèle Sabrina pour qu'elle refuse et tente de mobiliser les autres frères pour faire pression. La tension monte autour des échanges entre les Arabes et les Noirs qui cohabitent souvent difficilement à Paris. Mais Sabrina résiste et renvoie au frère aîné l'image de son intolérance et de son mal-être identitaire. Alors, secoué par ses arguments, sa détermination, Slimane qui veut croiser le fer avec Dorcy peut être capable de croiser simplement son regard.



Ce conte urbain est porté par l'énergie de comédiens improvisés et l'engagement des trois acteurs principaux que le cinéaste a coptés dans des workshops dirigés par Peter Brook avec qui il a travaillé. Car Rachid Djaïdani est un auteur multiforme. Habitué à manier les contrastes par son père algérien et sa mère soudanaise, il s'illustre comme champion de boxe anglais en Ile-de-France. Il approche le cinéma en assistant Mathieu Kassovitz sur La Haine, 1995, puis en enchaînant des rôles à l'écran (Ma 6T va crack-er de Jean-François Richet, 1997) ou pour la télé (Police District). Il investit le théâtre et intègre la troupe de Peter Brook pendant cinq ans. Il s'essaie à l'écriture, en publiant deux livres après Boumkoeur, 1999, chronique des habitants d'une cité. Mais Djaïdani brûle de faire son cinéma. Il signe deux documentaires, Sur ma ligne, 2006, et La ligne brune, 2011, ainsi qu'une web série, Une heure avant la datte, 2011. Son désir combatif pour s'exprimer et susciter les réactions motive Rengaine.

Le film est entrepris dès 2003 comme un voyage initiatique dans le système du cinéma indépendant. Djaïdani s'entoure d'une troupe qui suit les tournages successifs, accumulant 200 heures de rushes. Le style se construit au montage et le cinéaste retourne ses scènes en fonction de sa maturité. Il fractionne ses plans séquences, recadre avec plus de lumière, orientant le drame originel vers un récit plus ouvert, épicé d'humour. Rengaine s'affirme digne héritier du cinéma direct, capté dans la rue, caméra à l'épaule. Les vertus de l'improvisation, soigneusement orchestrée, servent de base aux plans nerveux où les dialogues claquent. Rachid Djaïdani y manifeste un sens aigu du cadre. Il serre en gros plans les visages, coupe les figures du premier plan pour détacher celles des arrières plans, change les mises au point au rythme des relations en jeu.

Avec ses couleurs vives, ses mouvements qui accompagnent les acteurs, le cinéaste s'écarte d'une image léchée au profit de l'expressivité des scènes. Rengaine tape alors là où ça fait mal, épinglant frontalement les rapports conflictuels des Arabes et des Noirs dans l'espace parisien. Il décape les clichés des uns et des autres en les énonçant directement. Mais Djaïdani filme avec respect ses personnages, suggérant notamment les failles et l'humanisme du frère traditionaliste. Face à lui s'impose une sœur forte qui incarne avec fougue une certaine vision de la liberté. Cette héroïne décidée ne doute pas des sentiments qui la portent vers un amoureux noir et chrétien. Et ce dernier défend avec conviction la possibilité de choisir sa voie. En combattant les préjugés, Rachid Djaïdani avance un film alerte, comme un uppercut bien lancé.

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

(Paris : xy) 2001
Zeka Laplaine

Afrance (L') 2001
Alain Gomis

Donoma 2010
Djinn Carrénard

Haine (La) 1995
Mathieu Kassovitz

Rengaine 2012
Rachid Djaïdani

Sans pudeur ni morale 2011
Jean-Pascal Zadi


   liens artistes

Brook Peter


Carrénard Djinn


Dazi Slimane


Djaïdani Rachid


Gomis Alain


Hamida Sabrina


Kassovitz Mathieu


Laplaine Zeka


Richet Jean-François


Soo Mongo Stéphane


Tientcheu Steve


Toussaint Anne-Dominique


Zadi Jean-Pascal


   liens structures

Afrimages
France

Arte France cinéma
France | Issy-les-Moulineaux

Haut et court
France | Paris

Or Prod
France

RFI
France | Paris

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page