actuellement 16234 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mohammed Bakrim
publié le
11/06/2014
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Mohammed Bakrim (Africiné)


Nour-Eddine Lakhmari, réalisateur


Nadia Larguet, scénariste


Youssef Britel, Producteur (Buzz Prod)


Le réalisateur Nour-Eddine Lakhamari avec sa scénariste Nadia Larguet et son producteur Youssef Britel (en noir)


La couverture de Femmes du Maroc (2009), avec Nadia Larguet


Nour Eddine Saïl, Directeur du CCM ("L'Homme tranquille")


Nour-Eddine Lakhmari, réalisateur de Black screen


Affiche de la 17ème édition du Festival du cinéma Africain de Khouribga (FCAK) 2014, dont N-E. Sail est le Directeur


CCM


Buzz Prod


Africiné, Le Leader Mondial (Cinémas africains & Diaspora)

retour
 
Black screen, de Nour-Eddine Lakhmari*
Le jeu de miroir du cinéma marocain

Un court métrage qui ne manque pas d'originalité dans sa conception, son mode de production, sa mise en forme cinématographique et dans son mode de diffusion. C'est Black screen, issu de la rencontre entre une bande de copains et néanmoins professionnels confirmés : Nadia Larguet, Youssef Britel et Nour-Eddine Lakhmari. Point commun, ils appartiennent tous, à de légers degrés de différence, à la nouvelle génération qui porte la dynamique actuelle du cinéma marocain. Cette complicité, leur a permis de mettre en scène un regard inédit sur le cinéma marocain…

C'est la fée du PAM ! (comprendre le Paysage Audiovisuel Marocain !) ; Nadia Larguet. Elle n'a pas de baguette étoilée mais sa touche suffit à… mettre de la magie dans le réel ; à transformer l'essai pour en faire une performance. Comme, par exemple, faire de ce qui aurait pu être une avant première de plus dans le calendrier, un vrai événement ; peut-être l'un des plus marquants de cette saison.
Elle a fait ses preuves comme animatrice et productrice de télévision, du temps où la télévision faisait dans le sens. Elle a défrayé la chronique quand elle a mis à la Une d'un magazine féminin [Femmes du Maroc, ndlr] sa grossesse nue… Cette fois on la découvre en vraie professionnelle de cinéma, avec le court métrage Black screen qu'elle a écrit, imaginé, porté de bout en bout. Pour ce faire, elle s'est entourée des meilleurs ; ceux qui vont saisir la dimension du projet. La production a été ainsi confiée à Youssef Britel, le professionnalisme n'a pas d'âge, et la réalisation à Nour-Eddine Lakhmari.

Oui, la présentation du court métrage Black screen, à Casablanca, a été l'occasion de traduire dans le cérémonial de l'avant-première, la philosophie qui a porté le film dans sa double écriture scénaristique et filmique : à savoir rendre hommage au cinéma marocain, aux gens du cinéma ; au cinéma tout court. Tapis rouge déroulé, organisation pointue, présentation sobre et intelligente, un public nombreux et attentif… cadeau-souvenir de qualité offert à tous les invités… bref la touche Nadia a rayonné sur ce rituel remis au jour à cette occasion comme pour être à la hauteur de ce monument de cinéma qu'est la salle de cinéma Rif, réhabilitée depuis peu et redevenue le lieu indiqué pour célébrer le septième art.

Le film, en effet, est une illustration du concept khatibien de l'aimance. Le scénario est écrit dans l'expression de l'amour du cinéma. Lui attribuer un genre, documentaire ou fiction, ne signifie plus rien puisque la forme finale choisie par Nour-Eddine Lakhmari restitue justement cette dimension cinéma qui transcende les frontières académiques : dans le recours au noir et blanc, le choix des cadres et le montage final. La sobriété et l'esthétique des origines du cinéma.
Le film peut être perçu, si l'on tient à une étiquette, comme un documentaire sur le cinéma marocain aujourd'hui ; on peut affiner en disant qu'il s'agit d'un "documentaire de création" puisque les protagonistes qui interviennent, ils appartiennent tous à toutes les catégories et à tous les métiers de la profession du cinéma, le font au deuxième degré ; ils partent de leur statut réel, jeune réalisateur, producteur, cinéaste confirmé, comédienne… pour développer un discours décalé ; reprenant les clichés qui circulent sur le cinéma pour les mettre en dérision ou tout simplement pour les sortir des "ragots" des coulisses et les mettre dans la bouche des premiers concernés. Cela donne une tonalité d'ensemble qui confine au jeu de miroir ou à l'exercice psychanalytique de l'hypnose : le décor avec la présence récurrente du divan de l'analyste, la lumière, le cadrage… situent cette atmosphère et confirment la piste psy ! Le non-dit est ainsi mis en scène.
Un exercice opportun qui intervient pour signifier que le cinéma marocain a atteint une forme de maturité pour s'offrir le luxe de "l'analyse". Pour Nadia Larguet, "Cela fait un moment que cette idée de court me trottait dans la tête !! Elle ne date pas d'hier mais de 2008 ! Donc après quelques temps, le moment m'a paru opportun de concrétiser l'envie que j'avais de faire parler cette joyeuse petite famille du cinéma marocain, mais sous le mode du second degré. Et c'est en fait Luca Coassin (Chef opérateur) qui m'a donné le déclic de ressortir mon projet du tiroir et de m'y remettre".

Le film bénéficie d'un cast de choix où nous retrouvons les grands noms du cinéma marocain dans ses différents secteurs d'activités avec cependant des séquences qui relèvent d'emblée de l'anthologie : Larbi Yacoubi, Souheil Benbarka et Mustapha Derkaoui. La présence des ces figures historiques est en soi un cadeau dédié à la mémoire du cinéma. Chaque participant se voit d'ailleurs inscrit dans l'héritage cinéphilique avec la référence à un titre culte du cinéma universel : Larbi Yacoubi c'est Laurence d‘Arabie, Latéfa Ahrrare c'est La femme libre, Mohamed Khouyi, c'est Riches et célèbres ou encore Fatym Layachi, L'effrontée
Les portraits en plans fixes se suivent offrant l'occasion à chaque protagoniste de placer une réplique ou une réflexion autour de sa pratique ; comme le jeune réalisateur Ayoub Elaiassi, alias Le lauréat dans le film, qui fait de la dérision autour de la fameuse carte professionnelle qu'il vient enfin de décrocher et se demande si "un plan tourné sans carte est différent du même plan tourné avec la carte de réalisateur". Mohamed Layadi, l'exploitant de cinéma, "L'emmerdeur" qui nous apprend que le centre du cinéma mondial ce n'est ni Cannes ni Berlin… mais Deb Ghallef… Abdellah Taia, "L'homme qui tua la peur" dialogue indirectement et par le seul fait du montage avec "Pierrot le fou", Ahmed Boulane
L'une des difficultés du film, en amont déjà, c'est : "Faire comprendre aux intéressés ce qu'était le second degré ! Nous sommes malheureusement dans une société où les gens prennent tellement de paramètres en compte que finalement il n'y a plus beaucoup de place à la création libre", précise Nadia Larguet. Le cinéma est là cependant pour combler les limites des mots…

Le film s'offre alors une très belle chute en trois temps ; d'abord avec l'apparition du cinéaste africain (né en Guinée, il travaille au Sénégal) Mama Keita, référencié "Ailleurs l'herbe est plus verte", qui vient élargir le champ du miroir à l'état du cinéma sub-saharien et qui remet au cinéma marocain son rôle de pionnier continental ; puis Krimou Derkaoui qui vient chercher son frère Mustapha, "Les deux cavaliers" pour sortir du champ : "allons-nous en !" lui dit-il. Vient, enfin, le maître de cérémonie ; la guest-star, Nour-Eddine Saïl, alias L'homme tranquille, qu'on voit signer un document, peut-être le script final, comme pour assumer tout ce qui a précédé. La caméra élargit la perspective, nous offrant une très belle scène finale avec un personnage quasiment shakespearien, Saïl remettant son célèbre imperméable, son écharpe, quittant la scène, en l'occurrence un plateau de tournage. Tout cela n'était que du cinéma. La porte se ferme. Générique de fin.

"C'est le cinéma marocain dans tous ses états ! Le psy ne pouvant bien sûr être joué que par Nour-Eddine Saïl. Et comme vous l'avez vu, il ne dit rien car il n'y a rien à dire !!! Pour le titre je voulais rendre hommage à sa célèbre émission "Ecran noir" sur la RTM de l'époque. J'ai envoyé ma proposition de titre et c'est en fait Nour-Eddine Lakhmari qui a pensé le traduire en anglais ! Ce qui donne un petit côté international..!", conclue Nadia Larguet.
Signalons qu'un magnifique catalogue a été édité à l'occasion de la sortie du film avec notamment toutes les informations sur les équipes techniques et artistiques et surtout une magnifique iconographie signée Abderrahmane Alami Ouali, Andal Hassini, Alexandre Leglise, Khalil Nemmaoui.

Mohammed Bakrim

*Un film de Nour-Eddine LAKHMARI / Maroc, 2014, 15 min / VO AR ST FR

haut de page


   liens films

Black screen 2014
Nour-Eddine Lakhmari


   liens artistes

Ahrrare Latefa


Ben Barka Souheil


Boulane Ahmed


Britel Youssef


Coassin Luca


Derkaoui Mohamed Abdelkrim


Derkaoui Mostapha


El Aiassi Ayoub


Keïta (réalisateur) Mama


Khouyi Mohamed


Lakhmari Nour-Eddine


Larguet Nadia


Layachi Fatym


Saïl Nour Eddine


Taïa Abdellah


   évènements

14/06/2014 > 21/06/2014
festival |Maroc |
Festival du cinéma Africain de Khouribga (FCAK) 2014
17ème édition

19/07/2014 > 26/07/2014
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2014
18ème édition. Thème : "Le Cinéma art, commerce et industrie: les cas du Maroc et du Nigeria".

   liens structures

Buzz Prod
Maroc

Centre Cinématographique Marocain (CCM)
Maroc | RABAT

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page