actuellement 16359 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
13/10/2014
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique





Abderrahmane Sissako, réalisateur de Timbuktu



retour
 
29° FIFF à Namur
Artistes et francophones

Grand remous cinéphile et médiatique à Namur du 3 au 10 Octobre pour la tenue du 29° Festival International du Film Francophone (FIFF). Rires, fêtes et libations sous le grand chapiteau blanc voisin du Palais des Congrès. Cavalcade matinale des critiques vers la salle Eldorado 4 pour les visions de presse.
La réputation du festival de Namur est cette année encore confirmée : bon esprit, bon accueil et sélection pointue.



Le mauvais sort d'Abderrahmane Sissako à Cannes, où le jury n'avait vu que du feu pour son film, est vengé au FIFF. Timbuktu repart avec le Bayard d'Or et le Prix du Meilleur Scénario (pour Kessen Tall et A. Sissako, ndlr]. Mais le jury cette fois-ci est passé à côté d'un grand film plein de sensibilité et de finesse, fourmillant d'idées neuves et originales, une œuvre très belle et très intense : El Wahrani (L'Oranais) de Lyès Salem. En ne mentionnant nulle part dans le palmarès ce travail d'un talent éclatant, le jury du FIFF a hélas commis une grande erreur, une impardonnable maladresse. Mai c'est aussi vrai que Lyès Salem méritait tout ou rien !

L'invraisemblable engrenage qui pousse à la mauvaise fortune des lycéens congolais qui souhaitent seulement décrocher leur diplôme est montré dans le beau film de Dieudo Hamadi : Examen d'Etat (Prix spécial du jury). La démonstration est vite faite de l'échec total de la politique d'éducation du gouvernement de Kinshasa et de l'abandon de tous ces jeunes dont le sacrifice et le courage indiquent finalement qu'ils réagissant, qu'ils ne se laissent pas faire.



Home Sweet Home de Nadine Naous (Liban) est un film documentaire autobiographique. C'est le retour de la jeune réalisatrice basée à Paris dans un Liban chaotique où, des années après la fin de la guerre civile, rien n'est réglé. Elle fait la chronique d'une école fondée et dirigée par son père, école qui a fonctionné aux pires moments de l'histoire du Liban, qui a survécu à la tragédie de la guerre mais qui risque aujourd'hui de fermer définitivement. Son père est assailli par les banques qui lui ont accordé des prêts à des taux inimaginables dans une pays sérieux et qu'il ne peut pas rembourser. En filmant l'infortune de son père, on comprend vite que c'est aussi l'infortune de beaucoup de Libanais honnêtes soumis aux diktats d'un système bancaire filou.



Image, film belge flamand, de Adel El Arbi et Billal Fallah montre le peu de rigueur, les douteux amalgames d'une chaine de télévision belge qui pratique d'emblée le mensonge dès qu'il s'agit d'affaires concernant les immigrés. Comme toutes les chaines de télévisions qui cherchent le sensationnel, le spectaculaire au dépens de la vérité.

Dans Que Ta Joie Demeure, le Canadien Denis Côté filme la banalité de l'univers des machines, la face cachée de l'activité économique. Le consommateur achète un produit mais ne voit pas le mécanisme, l'aliénation de l'ouvrier qui l'a fabriqué. Film rigoureux,avec des images fortes et une bande son incroyable faite de rythmes et de bruits répétitifs des machines.

The Japonese Dog, film roumain de Cristian Jurgiu, c'est l'histoire d'un vieux monsieur solitaire, victime d'une inondation catastrophique dans laquelle sa femme meurt et qui finit par pardonner à son fils émigré au Japon leurs désaccords. Très belles images filmées dans un village roumain sinistré.

BA Lonbraz Kann from Africiné www.africine.org on Vimeo.



De l'Ile Maurice, une bonne surprise : Lonbraz Kann de David Constantin (première oeuvre). Une communauté indienne installée sur l'île Maurice depuis plusieurs générations et travaillant dans les plantations de canne à sucre voit soudain toute sa vie et son histoire compromises par l'arrivée de promoteurs immobiliers qui achètent toutes les terres et construisent des villas pour touristes. Film sobre, sans violence, une émouvante histoire.

Azzedine Mabrouki
Correspondance spéciale, Namur

haut de page


   liens films

Examen d'État 2014
Dieudo Hamadi

Home, sweet home 2014
Nadine Naous

Image 2014
Adil El Arbi, Bilall Fallah

Lonbraz Kann 2013
David Constantin

Oranais (L') 2014
Lyes Salem

Timbuktu 2014
Abderrahmane Sissako


   liens artistes

Constantin David


Côté Denis


El Arbi Adil


Fallah Bilall


Hamadi Dieudo


Salem Lyes


Sissako Abderrahmane


Tall Kessen


   évènements

14/05/2014 > 25/05/2014
festival |France |
Festival de Cannes 2014
67e édition.

03/10/2014 > 10/10/2014
festival |Belgique |
FIFF - Festival International du film francophone de Namur 2014
29ème édition. 3 ateliers, plus de 100 films !‏

   liens structures

AGAT Films et Cie
France | Paris

Agence Algerienne pour le Rayonnement Culturel (AARC)
Algérie | Alger

Atopic
France | PARIS

Caméléon Production
Île Maurice | Belle-Etoile

Cinéart-Cinélibre
Belgique | Bruxelles

El Watan
Algérie | ALGER

Festival International du Film Francophone de Namur
Belgique | NAMUR

Films du Worso (Les)
France | Paris

Iris Imaginacoes
Mozambique | Maputo

Karoninka
Sénégal | DAKAR

Lithops Films
Réunion (La) | Saint-Denis

Studios Kabako
République démocratique du Congo | Kisangani

Trigon Film
Suisse | Ennetbaden

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page