actuellement 16360 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
17/11/2014
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Lyès Salem et Khaled Benaïssa (arrière plan), dans une scène du film L'Oranais


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film






Africiné, Le Leader Mondial (Cinémas africains & Diaspora)

retour
 
L'Oranais (El Wahrani), de Lyes Salem
Plus dure sera la chute

Bien reçu et primé au 8° Festival d'Abu Dhabi (ADFF), El Wahrani (L'Homme d'Oran) de Lyes Salem apporte la preuve que le cinéma algérien n'a pas mis un point final à l'Histoire de la Révolution algérienne.
Avec un talent déjà consacré dans ses précédents films et une assurance extrême dans le travail de mise en scène, Lyès Salem nous emporte, sans ralentir un seul instant. Le rythme du récit s'inscrit dans le vertige de l'actualité qui a marqué les premières années de l'Indépendance. Avec, en plus, un travail considérable sur l'image, les dialogues, le jeu des acteurs, les décors, la musique,les chants. Amazigh Kateb, chanteur populaire et fils du poète Kateb Yacine, apporte dans le film sa voix, sa thématique personnelle très originale. Voilà une oeuvre à inscrire au registre des meilleures productions algériennes.

La guerre de libération vient de se terminer, les nouvelles vont vite, la joie éclate partout,les drapeaux s'agitent. il y a une sorte d'incandescence, de passion dans l'air. L'Algérie désormais ne connaît ni tabou,ni limite. The sky is the limit ! [" Le ciel est la seule limite, ndlr]. Mais aussitôt,les discours tout faits du parti unique,la propagande, la langue de bois risquent de compromettre l'espoir. Les maquisards se ménagent de bonnes places : ministre, chef d'entreprise, patron de bar... Pourquoi se gêner, pourquoi ne pas se payer l'existence riche et raffinée (avec des yatchs éblouissants et du champagne à gogo) de ceux qu'on a chassé du pays ?
C'est une histoire interminable,celle des masques qui tombent. Le double jeu des héros de la Révolution est au coeur du récit. Et Lyés Salem, dans le rôle de Djaffar, marque superbement sa contribution dans cette histoire. C'est Citizen Djaffar, un personnage qui prend une dimension mythique à l'image de Citizen Kane d'Orson Welles.



Djaffar fait l'expérience-limite de la richesse,autorité et décorum,puissance et gloire du héros de la lutte de libération. C'est trop beau pour être vrai. Et puis c'est la chute brutale et cette incroyable scène où il est assis seul dans une déprime totale devant une bouteille de whisky et réclame une autre. C'est son bar mais tout est fini. Le héros n'est pas tombé au maquis mais dans sa propre illusion. Le miroir est vide. C'est comme le personnage d'Orson Welles, sa vie se transforme en île déserte. Désormais tout est indifférence. Il y a eu ce choc terrible devant le sort de Farid, jeune héros contestataire (à l'instigation des "services"). Il y a eu aussi la trahison de Hamid, ministre et membre du Conseil de la Révolution,lui qui a connu la lutte, le sacrifice, la répression coloniale mais qui s'est gardé de sauver son ami.

Nombreux sont les films sur l'Algérie indépendante qui ont fait long feu. El Wahrani apporte une vison différente, un véritable regard critique. Lyes Salem scie en quelque sorte la branche sur laquelle des oeuvres sans envergure étaient assises.
Avec les images magnifiques de Pierre Cottereau, des acteurs brillants comme Khaled Benaissa (qui montre une exceptionnelle ferveur dans le rôle de Hamid), El Wahrani est produit par Yacine Laloui (Laith Média),le ministère de la culture, l'AARC et Dharamsala (Isabelle Madelaine). Il sort ce mois-ci sur les écrans (le 19 novembre en France).

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Oranais (L') 2014
Lyes Salem


   liens artistes

Barek Djemel


Benaïssa Khaled


Kateb Amazigh


Laloui Yacine


Madelaine Isabelle


Ouazani Sabrina


Oudghiri Najib


Salem Lyes


Welles Orson


Yacine Kateb


   évènements

22/08/2014 > 26/08/2014
festival |France |
Festival du Film francophone d'Angoulême - FAA 2014
7ème édition. Hommage au cinéma du Burkina faso (Fespaco). 10 films en compétition + Avant-premières + Bjoux de famille Le Pacte.

23/08/2014 > 30/08/2014
festival |France |
Rencontres Cinéma de Gindou 2014
30ème édition

07/09/2014 > 13/09/2014
festival |Algérie |
Rencontres cinématographiques de Béjaia 2014
12ème édition.

03/10/2014 > 10/10/2014
festival |Belgique |
FIFF - Festival International du film francophone de Namur 2014
29ème édition. 3 ateliers, plus de 100 films !‏

08/10/2014 > 20/10/2014
festival |France |
Festival du Film Arabe de Fameck/ Val de Fensch 2014
25ème édition. Hommage à René Cahen. Président d'honneur de la 25e édition : Pierre Dulaine (New York).

23/10/2014 > 01/11/2014
festival |Émirats arabes unis |
Abu Dhabi Film Festival - ADFF 2014
8ème édition

07/11/2014 > 14/11/2014
festival |France |
Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt 2014
12e édition.

08/11/2014 > 16/11/2014
festival |France |
Lumières d'Afrique 2014 (Besançon)
14° édition du festival des cinémas d'Afrique de Besançon.

24/11/2014 > 18/12/2014
festival |France |
Le Maghreb des Films 2014

29/11/2014 > 06/12/2014
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2014
25ème session. Film d'ouverture : "Timbuktu" d'Abderrahmane SISSAKO (Mauritanie).

05/12/2014 > 12/12/2014
festival |Belgique |
Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles - Cinémamed 2014
14ème édition

18/02/2015
cycle de cinéma |Allemagne |
AfricAvenir - German Premiere: "L'Oranais" (The Man from Oran, ENSUB) by Lyes Salem
20:00 - 23:00. The screening will be followed by an open discussion with Naoual Belakhdar (tbc) as well as a small reception in the cinema foyer. Un évènement soutenu par Africiné.

16/03/2015 > 22/03/2015
festival |Égypte |
Luxor African Film Festival - LAFF 2015
4ème édition

   liens structures

Agence Algerienne pour le Rayonnement Culturel (AARC)
Algérie | Alger

Blaq out
France | Paris

Dharamsala
France | PARIS

Films Distribution
France | PARIS

Haut et court
France | Paris

Laith Media
Algérie | ALGER

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page