actuellement 18081 films recensés, 3124 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Pélagie Ng'onana
publié le
17/12/2014
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Patricia Moune Mbede, Directrice du Festival Yarha


Pélagie Ng'onana (Africiné)

retour
 
Patricia Moune, promotrice de Yarha
"Nous avons senti auprès des cinéphiles une sorte d'optimisme"

Comment avez-vous apprécié le déroulement de la première édition de Yarha ?

Nous avons été agréablement surpris par l'adhésion du public à notre événement et avons senti auprès des cinéphiles présents une sorte d'optimisme, de se dire qu'avec peu de moyens, on peut réussir à faire de grandes choses…
C'est un bilan globalement positif. Nous avons réussi à diffuser les 23 films programmés en temps et en heure, et nous avons vu la salle se remplir au fil des projections pour, au final, avoir une salle pleine à craquer à la clôture du festival. Cela nous conforte dans l'idée que le public est demandeur et qu'il faut juste le trouver et lui offrir une programmation de qualité. Malgré le fait d'avoir eu très peu de sponsors, nous avons réussi à gérer au mieux et à organiser une première édition digne de grands événements.



Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées dans la tenue de ce festival ?
Paradoxalement au fait que nous soyons à notre première édition, nous n'avons pas connu d'énormes difficultés à organiser cet événement parce que nous l'avons dimensionné à la mesure de nos moyens potentiels afin de ne pas être débordés. Nous avons pris le parti d'avoir peu d'invités, pour avoir une logistique moins importante et avons reçu le soutien gratuit des médias, car notre but premier était d'offrir une programmation de qualité au public et faire connaître notre festival, objectif que nous avons atteint.

Comment entrevoyez-vous l'édition 2015 de Yarha ?

On ne change pas une équipe qui gagne. Nous allons par conséquent garder les fondamentaux ! Notre challenge sera d'offrir à nouveau au public une programmation issue de nationalités les plus inattendues pour leur permettre de s'ouvrir d'avantage au monde. Nous allons également travailler en partenariat avec les autres festivals de cinéma de jeunes promoteurs culturels afin de créer une synergie entre nos différents événements. Nous espérons également avoir plus de partenaire, ce qui nous permettra d'accroitre le nombre de nos invités.

Peut-on avoir une idée du budget du festival ?

Il est difficile de vous donner un chiffre… car nous avons reçu très peu de soutien financier direct mais énormément d'aide en échange marchandises comme on dit, que ce soit au niveau de la communication, au niveau de la diplomatie ou même de certaines entreprises. S'il faut quantifier toute cette aide, cela situerait le budget du festival de cette première édition autour d'une quarantaine de millions.

Propos recueillis par Pélagie Ng'onana

haut de page





   liens artistes

Moune Patricia


   vnements

10/11/2014 > 16/11/2014
festival |Cameroun |
Yarha 2014 - Semaine internationale du 1er film
1ère édition.

   liens structures

A'part (Association pour la promotion de l'art)
Cameroun | Yaoundé

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>