actuellement 18133 films recensés, 3152 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Pélagie Ng'onana
publié le
17/12/2014
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse

Fatou Ndiaye, Marraine


Pélagie Ng'onana (Africiné)


L'actrice Fatou Ndiaye, au Festival Yahra


La Marraine Fatou Ndiaye, entourée de Patricia Moune (Directrice du Festival) et Mylène Ndoumbe, lauréate camerounaise du projet l'Afrique au féminin (Canal Afrique et CFI).

retour
 
Fatou Ndiaye, marraine du festival : "L'idée va décomplexer les jeunes"
Yarha 2014, Yaoundé

C'est ma première fois d'être marraine dans un festival. C'est plutôt agréable dans la mesure où c'est un premier festival. André Ceuterick m'a parlé du festival et des organisatrices qui ne marchaient pas à l'aveuglette, qui sont de grandes professionnelles. Etre marraine n'est pas un poids, en revanche une responsabilité. Un premier festival de premiers films c'est particulièrement émouvant. Je trouve que ça va dans le bon sens et ça me fait du bien aussi de faire des rencontres enrichissantes.

C'est une bonne idée qui va décomplexer les jeunes, qu'ils soient réalisateurs ou pas ; parce qu'il y a toujours une première fois pour tout le monde. Ça leur permet de comprendre que ce qui est important c'est de commencer. En Afrique, ce qui est important c'est qu'il y ait des productions. Même si elles pêchent encore par leur qualité, mais c'est déjà important de savoir qu'au Nigeria par exemple, avec Nollywood, la production augmente au fur et à mesure et qu'elle va générer une industrie qui va permettre de peser autant que le cinéma européen, américain ou indien.

Les jeunes ne doivent surtout pas se limiter. S'il y a bien une vérité au cinéma comme dans la vie, c'est qu'on ne fait rien tout seul. Déjà, partir de ça et continuer à rêver.

Propos recueillis par Pélagie Ng'onana

haut de page


   liens films

Un dimanche à Kigali 2007
Robert Favreau


   liens artistes

Ceuterick André


Ndiaye Fatou


   vnements

10/11/2014 > 16/11/2014
festival |Cameroun |
Yarha 2014 - Semaine internationale du 1er film
1ère édition.

   liens structures

A'part (Association pour la promotion de l'art)
Cameroun | Yaoundé

Association 7 jours pour 1 Film
France | PARIS

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

Hainaut Cinéma
Belgique

   liens festivals


festival | Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>