actuellement 16274 films recensés, 2749 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
15/11/2015
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Hassouna Mansouri (Africiné)




Boubacar Sangaré, coréalisateur de Une Révolution Africaine


Gidéon Vink, coréalisateur de Une Révolution Africaine




Mourad Ben Cheikh réalisateur de Plus jamais peur




Leyla Bouzid, réalisatrice tunisienne


La lune est tombée, de Gahité Fofana (Focus Afrique 2015)


Gahité Fofana, réalisateur guinéen




Michel Zongo, réalisateur burkinabè


La Danseuse d'Ebène : Irène Tassembédo, de Seydou Boro, 2008


Seydou Boro, réalisateur burkinabé

retour
 
Festival International du Film Francophone de Tübingen (4-11 novembre 2015)
Focus Afrique : Où va l'Afrique et son cinéma ?

Au 32ème Festival International du Film Francophone de Tübingen-Stuttgart, en Allemagne, et dans le cadre de sa section "Focus africain", une table ronde s'est tenue le samedi 9 novembre autour des grands changements sociaux et politiques que connaît l'Afrique. Ont participé à cette rencontre des cinéastes, producteurs et journalistes de plusieurs pays notamment du Burkina Faso qui organise ses premières élections sans Blaise Compaoré (après 27 ans de règne, il a poussé hors du pouvoir par la pression des jeunes et de la rue ; il a quitte le pays et s'est s'exiler en Côte d'Ivoire). La discussion a porté notamment sur le rôle de la société civile face aux enjeux politiques du moment. Un parallèle a été fait avec le statut des cinéastes.

L'un des sujets débattus aura été le rôle joué par les élites africaines et surtout les artistes, les cinéastes, dans la stimulation et la conscientisation des forces actives de leurs compatriotes dans la perspective de l'évolution de leurs sociétés. Ce qui est sorti des discussions c'est naturellement que le rapport entre le travail des artistes et le changement qui est advenu, et surtout dans la manière dont cela s'est passé, ne peut en aucun cas être direct. Le cinéaste, étant à l'écoute de son entourage, peut bien mettre le doigt sur l'endroit où cela fait mal. Il peut aussi mettre en lumière un dysfonctionnement de sa société formulant ainsi le besoin de changement, mais il n'est pas de son ressort d'être le leader d'un soulèvement. C'est le cas en l'occurrence de Gahité Fofana dans La Lune est tombée (Guinée) ou de Michel Zongo dans La Sirène de Faso Fani (Burkina Faso). Les deux cinéastes mettent en évidence la mauvaise gestion des richesses de leurs pays et le gâchis qui s'en suit.

Au moment de l'agitation sociale, le cinéaste n'est-il pas avant tout un citoyen conscient de son devoir et de son droit pas plus. Plus encore, souvent il est dépassé par la réalité. Autant il était en avance dans la dénonciation avant le soulèvement populaire, autant il se retrouve en retard par rapport à l'action qui se joue dans la rue. Dans cette perspective s'est posé alors la question épineuse à laquelle s'est confronté tout réalisateur mais à des degrés certes différents. Chacun a trouvé la manière de témoigner de l'effervescence qui précéda l‘explosion. Mais comment accompagner l'explosion sociale et négocier le virage dans lequel il est pris de vitesse? C'est toute la difficulté. Quelle distance tenir par rapport à une réalité qui avance à une vitesse intenable.



Les réponses sont différentes et variées. Il y en a qui ont choisi de répondre à l'urgence du témoignage. Une Révolution africaine : les dix jours qui ont fait chuter Blaise Compaoré de Boubacar Sangaré et Gideon Vink (Burkina Faso), projeté dans le cadre de ce focus africain à Tübingen, est un exemple de cette volonté de se mettre au service de l'action en en rapportant et en documentant le cours.
Ce fut le cas aussi en 2011, dans le monde arabe et berbère lorsque Mourad Ben Cheikh (Tunisie) présentait à Cannes son No more fear / Plus jamais peur (La Khaoufa baada al'yaoum) quelques mois, voire semaines, après la chute de Ben Ali. En revanche, sa compatriote Leyla Bouzid semble prendre plus de recul dans A Peine j'ouvre les yeux qui a reçu le grand prix de ce Festival de Tübingen 2015. Elle réalise son film quelques années après l'explosion sociale en Tunisie. Paradoxalement, elle campe le contexte de son histoire dans les quelques mois qui l'ont précédé. Dans les deux perspectives, il y a conscience de la difficulté de trouver la bonne distance par rapport à une réalité insaisissable.



C'est là l'une des conclusions qui se sont dégagées de cette discussion. Le cinéma africain dans sa grande majorité a certes joué un rôle de conscientisation ce qui l'a marqué pendant des décennies. Les soulèvements qui adviennent dans plusieurs pays les dernières années changent profondément la donne. Le grand défi désormais est de pouvoir prendre un nouvel élan. Les anciens doivent trouver un deuxième souffle qui les amènera à se renouveler. Les nouvelles générations doivent réinventer un cinéma capable d'accompagner le renouvellement des sociétés et voire même contribuer à lui donner une propulsion supplémentaire. Cela est d'autant plus prégnant que la conjoncture offre une marge de liberté inédite.

par Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

A peine j'ouvre les yeux - على حلّة عيني 2015
Leyla Bouzid

Danseuse d'Ebène : Irène Tassembédo (La) 2008
Seydou Boro

Lune est tombée (La) 2015
Gahité Fofana

Plus jamais peur (La Khaoufa baada al'yaoum) 2011
Mourad Ben Cheikh

Sirène de Faso Fani (La) 2015
Michel K. Zongo

Une révolution africaine 2015
Gidéon Vink, Boubacar Sangaré


   liens artistes

Ben Cheikh Mourad


Bouzid Leyla


Fofana Gahité


Sangaré Boubacar


Vink Gidéon


Zongo Michel K.


   évènements

04/11/2015 > 11/11/2015
festival |Allemagne |
Festival International du Film Francophone de Tübingen-Stuttgart 2015
32ème édition de la Französische Filmtage Tübingen. Focus Afrique. A peine j'ouvre les yeux de Leyla Bouzi, nominé pour le Grand Prix du long métrage. Rétrospective Philippe Faucon.

   liens structures

Athenaïse
France | Montreuil

Bafila Films
Guinée | CONAKRY

Blue Monday Productions
France | Paris

Doc & Film International
France | PARIS

EZEF
Allemagne | STUTTGART

Filmtage Tübingen e. V.
Allemagne | TÜBINGEN

Hélicotronc
Belgique | BRUXELLES

Propaganda Production
Tunisie | TUNIS

Semfilms
Burkina Faso | Ouagadougou

Shellac Distribution
France | MARSEILLE

Trigon Film
Suisse | Ennetbaden

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page

   vidéos
   

 

A peine j'ouvre les yeux (As I Open My Eyes) - EXTRAIT
extrait

 

 

A peine j'ouvre les yeux (As I Open My Eyes) - على حلّة عيني
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page