actuellement 16234 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
21/12/2015
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Leyla Bouzid, réalisatrice tunisienne


Michel Amarger (magazine Africiné)


Hamza Ouni, réalisateur tunisien




Nejib Belkadhi, réalisateur tunisien




Nouri Bouzid, réalisateur tunisien




Raja Amari, réalisatrice tunisienne




Soubresauts, de Leyla Bouzid, 2011


Scène du film


Scène du film (Farah et sa mère Hayet)


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Pochette de la B.O.F. (musique de Khyam Allami)


Affiche suisse


Leyla Bouzid


Africiné Magazine, the World Leader (African & Diaspora Films)

retour
 
A peine j'ouvre les yeux
Les frémissements de la révolte tunisienne
LM Fiction de Leyla Bouzid, Tunisie / France / Belgique, 2015
Sortie France : 23 décembre 2015

Les cinéastes tunisiens semblent fascinés, et presque surpris, par les transformations de la société depuis la révolution de 2011. Ils en mesurent les conséquences dans des documentaires impulsifs, en captant les points de bascule comme Hamza Ouni avec El Gort, 2014, ou Nejib Belkadhi dans Sept et demi, 2015. Les fictions s'adaptent au changement dans la lignée de Millefeuille de Nouri Bouzid, 2012. Mais la jeune génération, illustrée par sa fille, Leyla Bouzid, ou Raja Amari qui signe Printemps tunisien en 2014, est aussi sensible aux signes annonciateurs du bouleversement qui a poussé le président Ben Ali hors ses murs. En signant son premier long-métrage, A peine j'ouvre les yeux, 2015, Leyla Bouzid, remarquée pour ses films courts dont Soubresauts, 2011, revient sur le climat pesant qui encadrait et étouffait la jeunesse à l'été 2010.








Farah est une jeune fille rebelle de 18 ans. Elle chante du rock engagé et tonique avec un groupe de musiciens. Borhène, le guitariste, parolier, est aussi son amoureux secret, avec qui elle esquisse des caresses furtives mais appuyées dans les nuits de Tunis. Le jour, Farah attend les résultats de son bac. Hayet, sa mère, espère une réussite pour qu'elle entreprenne des études de médecine. Son père, contremaître d'une exploitation minière, muté en province car il n'a pas la carte du parti au pouvoir, est moins pressant mais aussi ferme lorsqu'il est au foyer. A côté de la pression familiale, s'exerce une autre pression sur Farah. Celle de la police invisible et omniprésente du régime qui réprime l'expression libertaire des jeunes.
En s'avançant de plus en plus sous les feux de la notoriété dans les bars de Tunis, Farah et le groupe deviennent gênants. Un ancien ami de Hayet, lié au pouvoir, la prévient du danger. Mais le groupe accroit son audience et la mère tente d'éloigner Farah de la capitale. Lorsqu'elle disparaît, l'ami d'autrefois, compromis avec le régime, aiguille Hayet qui est sur la piste de sa fille. Bousculée, Farah perd son insouciance et ses raisons de chanter. Elle comprend que l'œil du mal est même caché dans le groupe et que la flamme rebelle, enfouie sous la vie quotidienne de ses parents, peut encore se rallumer.
En tentant de restituer l'atmosphère lourde des derniers mois du règne de Ben Ali, Leyla Bouzid célèbre en contrepoint l'énergie et la fougue de la jeunesse qui trouve un exutoire dans la musique pour faire partager son ras-le-bol. A peine j'ouvre les yeux tire son titre du début d'une chanson qui brosse un constat amer de la Tunisie aux inégalités sociales criantes, où la mainmise du pouvoir sur les affaires et les privilèges écrase la vie courante. Les paroles composées par Ghassen Amami, prennent force sur les musiques rythmées de Khyam Allami, aux origines iraquiennes. Le parolier et le compositeur de la bande originale du film encadrent les scènes chantées par Baya Medhaffer qui joue Farah, convaincante en étudiante comme en leader vocal du groupe.
Leyla Bouzid filme avec entrain la fuite en avant de Farah et ses copains dans les rues de Tunis. Sa caméra mobile, parfois frémissante, sait surtout cadrer les scènes intimes où les corps des amoureux se frôlent pour échapper à l'espace public. Et peu à peu, le film valorise la confrontation entre Farah et sa mère. La froideur affichée de Hayet, interprétée avec allure par Ghalia Benali, soucieuse de sa fille, se tempère des élans révoltés de sa propre jeunesse qui trouvent un relais dans la résistance de Farah. Tandis que le père est prêt à l'allégeance au parti pour revenir assurer la sécurité de sa fille, Hayet transmet son énergie à Farah comme un prolongement des espoirs de sa génération.







A peine j'ouvre les yeux semble alors un éveil à la conscience, une exhortation à la prise de parole, à la résistance aux formes du système. Il paraît donc troublant de voir que Leyla Bouzid restreint son propos à l'été 2010 alors que les questions qui se posent aujourd'hui à la jeunesse de Tunisie n'ont pas sensiblement changé de forme, même si l'État a pris de nouvelles voies. Appuyée par une coproduction tunisienne, française, belge, avec le concours des Emirats Arabes Unis, la réalisatrice propose un spectacle vif où les prestations scéniques résonnent avec les émotions de ses jeunes héros. Centré autour d'une Tunisienne enflammée, A peine j'ouvre les yeux expose un dialogue de femmes, intense, comme le souligne Leyla Bouzid en évoquant Farah : "En tant que chanteuse libre et impulsive, elle est la voix d'une génération qui résiste au quotidien".

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / Médias France),
pour Africiné

haut de page


   liens films

A peine j'ouvre les yeux - على حلّة عيني 2015
Leyla Bouzid


   liens artistes

Amami Ghassem


Amari Raja


Belkadhi Néjib


Bouzid Leyla


Bouzid Nouri


da Fonseca Sandra


Gore Bertrand


Marzouk Imed


Medhaffar Baya


Mesuret Nathalie


Ouni Hamza


   évènements

09/12/2015 > 16/12/2015
festival |Émirats arabes unis |
12th Dubai International Film Festival - DIFF 2015
12ème édition

24/02/2016 > 27/02/2016
défilé de mode |Tunisie |
Rencontre Annuelle des Réalisateurs de Films Tunisiens (RAFT 2016)
5ème édition. Projections de films et Prix. Hommage au défunt Ahmed Snoussi et au pionnier du cinéma tunisien Ridha Behi.

   liens structures

Afrimages
France

Blue Monday Productions
France | Paris

Doc & Film International
France | PARIS

Hélicotronc
Belgique | BRUXELLES

Propaganda Production
Tunisie | TUNIS

Sanad - سند
Émirats arabes unis | ABU DHABI

Shellac Distribution
France | MARSEILLE

Trigon Film
Suisse | Ennetbaden

haut de page

   vidéos
   

 

Mkhobbi fi Kobba (Soubresauts) - EXTRAIT
extrait

 

 

A peine j'ouvre les yeux (As I Open My Eyes) - EXTRAIT
extrait

 

 

A peine j'ouvre les yeux (As I Open My Eyes) - على حلّة عيني
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page