actuellement 18133 films recensés, 3152 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Youssoufa Halidou Harouna
publié le
02/07/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Moussa H. DJINGAREY, réalisateur nigérien






Scène de Mon retour au pays, 2012, Moussa Djingarey

retour
 
Le cinéma nigérien représenté à la 20ème édition du Festival Ecran Noirs au Cameroun
Le pagne, de Moussa Djingarey, nominé


Le film Le pagne est nominé à la 20ème édition du Festival Ecran Noirs au Cameroun en Sélection Internationale dans la catégorie Long Métrage.
Moussa Djingarey est toujours égal à lui-même à travers les thématiques qu'il développe dans ses films, axées sur la dénonciation des vices de sa société, tels que : le mariage précoce et forcé, l'abus dans la chefferie traditionnelle et des porteurs de tenue (gendarmerie, police, douane, …), la prostitution, la famille, la justice, l'autorité patriarcale, la santé, l'éducation, la trahison, les religions, mais surtout l'intégrité de certaines personnes face à une décadence sociétale.






Dans Le pagne, le réalisateur nous donne à voir de manière esthétique la place de la femme dans la société. Une place peu louable, vu l'irresponsabilité des hommes qui ont presque droit de vie ou de mort sur les femmes. Cette place se manifeste dans Le pagne par le silence de la femme dans sa société avec toutes les injustices à son égard. Plusieurs séquences de l'héroïne principale en témoignent, à l'instar de la séquence de son viol (le roi n'accorde pas de crédit aux accusations de la victime et préfère croire un de ses proches qu'il protège). Moussa Djingarey va plus loin, en mettant à l'écran de manière ironique, le comportement de certains individus de la haute classe nigérienne. Ainsi, on peut voir Yacouba Beidari, jouant le rôle du père adoptif de la jeune héroïne, prendre le transport en commun du village (un camion non sécurisé, car surchargé par de marchandises et de personnes). A sa descente du camion, dans une geste de mépris, il s'essuie sur les personnes avec qui il était dans le camion. Beaucoup de scènes émouvantes sont construites pour provoquer chez le cinéphile et la population dans son ensemble une prise de conscience sur les manquements de la société.

La thématique du film est certes dramatique, mais aussi, de beaucoup d'espoir : la jeune fille dans le film, malgré son statut, a reçu de la part de ses parents adoptifs, une fière éducation qui l'a conduit à finir une formation qualifiante. Le titre du film fait référence au sens de la prévision et de l'organisation de la femme dans la vie d'ici bas, car, ce pagne légué a permis à la fille de l'héroïne principale de découvrir la vérité. Le Pagne a beaucoup de similitudes avec certains films des pionniers du cinéma nigérien qui évoquaient déjà dans les années 60-70 les thématiques de la justice en montrant des procès et les abus, à l'exemple de Djingarey Maiga et sa série noire.






Il faut noter que Moussa Djingarey, est l'un sinon le tout premier réalisateur à recevoir une décoration nationale et des mains du président de la République du Niger, en 2009. C'est un réalisateur régulier dans sa production avec au moins une réalisation annuelle, ces cinq (5) dernières années. Il est son propre producteur et parfois il est figurant dans ses films. Parmi ses productions les plus représentatives, il y a Mon retour au pays, 2012 ; Hassia, amour ou châtiment, 2010 ; La mystérieuse croix d'Agadez, 2005.
Le Pagne avait récemment reçu quatre nominations aux AMAA 2016 (Lagos) dans les catégories Meilleur film fiction, Meilleur réalisateur, Meilleur son et meilleur acteur (pour Yacouba Beidari).

Youssoufa HALIDOU HAROUNA, Critique de cinéma

haut de page


   liens films

Chemin de l'intégration (Le) 2010
Moussa Hamadou Djingarey

Djamma, Madame Courage 2010
Moussa Hamadou Djingarey

Hassia, amour ou châtiment 2010
Moussa Hamadou Djingarey

Mon Retour au pays 2012
Moussa Hamadou Djingarey

Pagne (Le) 2016
Moussa Hamadou Djingarey

Sorkos, maîtres de l'eau entre tradition et modernisme 2008
Moussa Hamadou Djingarey

Tagalakoy 2006
Moussa Hamadou Djingarey

Tourmi 2015
Moussa Hamadou Djingarey

Un casting pour un mariage 2008
Moussa Hamadou Djingarey


   liens artistes

Beidari Yacouba


Djingarey Moussa Hamadou


   vnements

11/06/2016
programme |Nigeria |
African Movie Academy Awards (AMAA 2016)
12ème édition.

15/07/2016 > 23/07/2016
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2016
20ème édition. Thème : "Festivals et promotion du cinéma".

   liens structures

AJCN (Association des Journalistes culturels et Critiques de cinéma du Niger)
Niger | NIAMEY

Association Nigérienne des Ciné-Clubs et Critiques du Cinéma (ANCCCC)
Niger | Niamey

MD digital video production
Niger | NIAMEY

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>