actuellement 18015 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Youssoufa Halidou Harouna
publié le
02/09/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Youssoufa Halidou Harouna (Africiné Magazine)


Amina Weira, réalisatrice nigérienne


La colère dans le vent


La colère dans le vent


Scène du film C'est possible, d'Amina Weira, 2013


Scène du film


Scène du film



retour
 
Avant-première : La colère dans le vent, de la réalisatrice Amina Weira
Le cinéma moderne au Niger incarné par les femmes ?


Ce samedi 06 aout 2016, une coproduction d'Alternative Espaces Citoyens dans ses locaux à l'espace Frantz Fanon à Niamey, de l'avant première du film La colère dans le vent qui affirme la place ô combien importante de la femme nigérienne dans le cinéma actuel. Ce documentaire donne la parole aux habitants de la zone minière (uranium) d'Arlit exploitée par Areva. À travers son père, ancien minier à la retraite, la jeune réalisatrice Amina Weira va à la rencontre de cette frange de la population (jeunes, femmes, anciens miniers) qui se voit humilier dans leur dignité, leur territoire naturel confisqué et contaminé à vie. Ce sont les conséquences de cette exploitation minière, devenue un mal nécessaire qui pille les ressources naturelles.
La jeune réalisatrice fait preuve ici d'un activisme. Elle conscientise de manière passive mais vivante ses frères et sœurs nigériens, ainsi que le monde, sur les enjeux et de santé publique de cette exploitation minière. Elle montre à travers les débats des hommes et des femmes qui vivent dans la ville, le déséquilibre patent du groupe Areva face à la faiblesse des autorités d'un pays, classé dernier sur la perception de l'Indice de Développement Humain (2015).




LA COLERE DANS LE VENT - Trailer from VraiVrai Films on Vimeo.



Amina Weira livre aux cinéphiles de belles images et un son maîtrisé, avec des chansons locales et la musique traditionnelle des femmes du terroir dans leurs beaux habits (la plupart les cheveux couverts d'un voile). Elle tourne en langue haoussa. Elle se filme ; on la voit saluer respectueusement, face aux personnes âgées.
Chose rare au Niger : voir une femme dénoncer l'impérialisme par le biais cinéma. Le propos du film est clairement éducatif. De manière méthodique, la réalisatrice recueille auprès de la population des informations sur la gestion catastrophique de la société Areva. C'est une sorte de micro trottoir, un procès social public en pleine rue avec des jeunes, des femmes et des anciens miniers à la retraite. Elle aide à comprendre pourquoi ses témoins soulignent les conséquences néfastes de la présence d'Areva à Arlit. Elle a préféré donner la parole au peuple et écarter celle des autorités.
Le patriotisme de la réalisatrice l'amène à poser la question des injustices dans la gestion de l'exploitation uranifère et d'affirmer sans ambigüité sa fierté d'être Nigérienne, de la défendre partout où besoin sera et sans fusil d'assaut.
Le film La colère dans le vent est vraiment un film à regarder, une métaphore sur la difficulté de communication. En témoigne la séquence du film où Amina Weira interroge un homme à propos du silence des autorités sur la protection de la population de cette exploitation de l'uranium. Malgré l'effort de communication d'Amina Weira, cet homme - vivant seul dans une position stratégique de la ville - garde le silence dans un regard moqueur. Sa réaction en dit long sur son désarroi.
C'est un film engagé comme les films des pionniers africains à l'instar de Cabascabo (1968) d'Oumarou Ganda, Camp de Thiaroye (1988) de Sembène Ousmane, voire La Bataille d'Alger (1966) par l'Italien Gillo Pontecorvo adapté du livre de Yacef Saadi, également producteur.

Amina Weira est un produit de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) où elle a décroché une licence en montage et un master 1 en réalisation documentaire de création, avant de poursuivre son master 2 en réalisation à l'Université Gaston Berger de Saint-louis au Sénégal en 2013. Elle a fait trois films d'école : La musique des films (2011), Des études aux miels (2012), C'est possible, en 2013.

On note depuis cinq ans l'émergence des réalisations des femmes dans le cinéma nigérien. Ainsi, le film Hawan Idi d'Amina Abdoulaye Mamani avait été primé à la 23ème édition du FESPACO (2013) dans la catégorie meilleur film d'école. En 2015, deux films de deux réalisatrices ont été nominés à la 24ème édition du FESPACO (2015). Il s'agissait des films : La croix d'Agadez de Paraiso Charifatou et L'Alliance de Rahmatou Keita. D'autres femmes sont aussi actives dans les réalisations filmiques au Niger dont Ramatou Doulla avec son tout dernier film De la vie à la mort (2015) et tout récemment le film L'Arbre sans fruit de Aicha Macky, primé aux AMAA au Nigeria.
Avec toutes ces réalisations féminines, on peut se poser la question à savoir : si le cinéma actuel au Niger n'est-il pas incarné par les femmes ?

Youssoufa HALIDOU HAROUNA, Critique de cinéma

haut de page


   liens films

Alliance (L') - Zin'Naariya 2014
Rahmatou Keïta

Arbre sans fruit (L') 2016
Kidy Aïcha Macky

C'est possible 2013
Amina Weira

Colère dans le vent (La) 2016
Amina Weira

Hawan Idi 2012
Amina Mamani Abdoulaye

Mystérieuse et merveilleuse Croix d'Agadez (La) 2015
Charifatou Paraiso

Silence des papiers (Le) 2014
Amina Mamani Abdoulaye


   liens artistes

Ganda Oumarou


Harouna Ramatou Doulla


Keïta Rahmatou


Mamani Abdoulaye Amina


Paraiso Charifatou


Pontecorvo Gillo


Sembène Ousmane


Weira Amina


   vnements

23/02/2013 > 02/03/2013
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2013 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
23e édition. Thème : "Cinéma africain et politiques publiques en Afrique".

28/02/2015 > 07/03/2015
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2015 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
24e édition. Thème : Cinéma africain : production et diffusion à l'ère du numérique''.

11/06/2016
programme |Nigeria |
African Movie Academy Awards (AMAA 2016)
12ème édition.

21/08/2016 > 27/08/2016
festival |France |
Etats généraux du film documentaire de Lussas 2016
28ème édition. Manifestation non compétitive.

   liens structures

Africadoc
France | Lussas

AFRICADOC Niger
Niger

AFRICADOC Sénégal
Sénégal

Alternative Espaces Citoyens
Niger | NIAMEY

Ardèche Images
France | LUSSAS

Association Nigérienne des Ciné-Clubs et Critiques du Cinéma (ANCCCC)
Niger | Niamey

CNC - Centre National du cinéma et de l'image animée (France)
France | PARIS cedex 16

IFTIC
Niger | NIAMEY

MERVEILLES Production (Bénin)
Bénin | Cotonou

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

Université Gaston Berger de Saint-Louis
Sénégal | SAINT-LOUIS

VraiVrai Films
France

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>