actuellement 16905 films recensés, 2855 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
22/02/2017
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Lutz Gregor, réalisateur allemand

retour
 
Le trésor de Toumbouctou, diffusé sur ARTE, le 22 février 2017
à 22h20 et aussi disponible en visionnage sur internet (pendant 7 jours)


Tombée aux mains d'extrémistes religieux qui se prétendent djihadistes en 2012, la ville malienne de Tombouctou a réussi à sauver la plupart de ses manuscrits séculaires, un patrimoine culturel inestimable. Ancien grand centre spirituel arabo-africain qui connut son apogée aux XVe et XVIe siècles, et carrefour commercial au croisement de nombreuses cultures, Tombouctou incarne ce que les miliciens islamistes ne supportent pas : le brassage, le savoir et la tolérance. Détruisant de nombreux mausolées, ils menacent surtout les bibliothèques et leurs inestimables trésors, des manuscrits séculaires, porteurs de la mémoire du pays.
Réalisé par Lutz Gregor, Le trésor de Tombouctou (Der Schatz von Timbuktu) retrace l'histoire d'un combat épique. Son documentaire est diffusé ce mercredi 22 février, sur la chaîne franco-allemande ARTE, à 22h20 (21h20 GMT).

Bärbel Mauch est la directrice de production (avec Bouna Fofana) du film qui enregistre la participation exceptionnelle de la chorégraphe haïtienne Kettly Noel que beaucoup ont découvert à travers le film TIMBUKTU (A. Sissako) où elle joue le rôle de la folle.



Lutz Gregor travaille comme réalisateur indépendant depuis 1983 pour différentes chaines télévisées qui ont pour objectif principal de mettre la société en contact avec la musique et la danse. Il combine des procédés documentaires et artistiques dans son travail cinématographique. Il enseigne dans des universités de médias, de danse et d'art, et donne entre autre des ateliers de "Physical Cinema". Son film KÖNIGSKINDER a été projeté au festival Max Ophüls en 2002 et il a reçu un prix pour son "langage innovateur" au Festival International du Film Indépendant à Bruxelles en 2003.
Ses quatre courts-métrages FRANKFURT DANCE CUTS, avec des danseurs du ballet de Francfort de Bill Forsythe, ont été la contribution allemande au Festival Temps d'Images à la Villa Medici à Rome.
Dans des films comme TIMBUKTUS VERSCHOLLENES ERBE (L'HERITAGE PERDU DE TOMBOUCTOU) en 2009 et SANSIBARS ERSTES FRAUENORCHESTER (LE PREMIER ORCHESTRE DE FEMMES DE ZANZIBAR) en 2015, Lutz Gregor a abordé plusieurs fois des sujets africains, avant de réaliser en 2016 le long métrage documentaire MALI BLUES (avec Fatoumata Diawara, Ahmed Ag Kaedi, Bassékou Kouyaté, Master Soumy) pour le cinéma et pour les chaines ZDF/ARTE. La même année il a aussi réalisé ce moyen métrage documentaire pour ces deux chaînes, diffusé sur Arte et également disponible en visionnage sur internet (du 22 février au 23 mai 2017).

Le trésor de Tombouctou est actuellement en ligne sur ARTE (pendant 7 jours) : www.arte.tv/guide/fr/065334-000-A/le-tresor-de-tombouctou (version française) et
www.arte.tv/guide/de/065334-000-A/der-schatz-von-timbuktu (version allemande).

Thierno I. Dia

haut de page


   liens films

Tombouctou, les manuscrits sauvés des sables | Timbuktus verschollenes Erbe 2009
Lutz Gregor

Trésor de Tombouctou (Le), histoire d'un sauvetage 2016
Lutz Gregor


   liens artistes

Diawara Fatoumata


Fofana Bouna Chérif


Gregor Lutz


Kouyaté Bassékou


Mauch Bärbel


   liens structures

ARTE Deutschland (ZDF/ARD)
Allemagne | BADEN-BADEN

Arte France
France | Issy-les-Moulineaux

ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen)
Allemagne | MAINZ

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page