actuellement 18097 films recensés, 3140 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Annick R. Kandolo
publié le
28/02/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Annick Rachel KANDOLO est rédactrice à Africiné Magazine


Jean-Pierre Bekolo, réalisateur camerounais


Scène du film


Xolile Tshabalala (Lesedi, l'épouse), actrice et productrice





retour
 
Les armes miraculeuses, de Jean-Pierre Bekolo
L'Homme noir, cet explorateur perpétuel


Le réalisateur camerounais est à la conquête de l'Etalon d'or de Yennenga avec son dernier long métrage. Le film, dont le titre est inspiré du livre d'Aimé Césaire, plonge dans le couloir de la mort pour interroger les voies de libération de l'Homme noir.

Un homme, trois femmes. Les années 1960, l'apartheid bat
son plein dans l'Etat de Free State. Le décor est très vite planté. A l'aide de travellings maîtrisés, les chemins de trois dames convergent vers
un même lieu. Sur un vélo pour la première, dans une voiture de location
pour la deuxième et dans la sienne pour la dernière. Elles vont à la rencontre du même homme, un condamné à mort.

Jean-Pierre Bekolo projette ce qu'il appelle "une image de radiologie" de la condition d'opprimé de l'Homme noir depuis la nuit des temps. Serait-ce sa destinée du fait de la couleur de sa peau d'où la réplique du film qui dit, en substance, que la peau est une prison ? En effet, en se gardant de donner la raison de la présence de Djamal Okoroko, campé par Emil Abossolo Mbo, dans le couloir de la mort, le réalisateur le laisse croire.

Mais, comme pour montrer que cette destinée peut et doit être refaçonnée par le premier concerné, Bekolo revêt de la tunique ambigüe du résigné et du combattant qui recherche les armes de sa défense contre l'oppression dont il est victime.
Dans sa position de résigné, Djamal se révèle guidé par ses pulsions, ses
sentiments et besoins d'homme qu'il ne peut dépasser. Tout en témoignant son amour à sa femme Leseli, jouée par Xolile Tshabalala, par ailleurs productrice du film, il montre une tendresse presqu'amoureuse à Laurence, portée par Maryne Bertieaux, avec qui il correspond. Puis, il assouvit ses fantasmes avec l'aide de Stéphanie, sa professeure de français sous les traits d'Andrea Larsdotte. De même, les trois femmes cèdent à la futilité. Tous oublient, alors, le véritable enjeu, c'est-à-dire l'exécution imminente de Djamal. Se pose la question de savoir, si l'Homme noir est assez conscient de sa condition, tant il se laisse, facilement, porter par tout sauf ce qui doit le conduire vers son épanouissement réel.

Dans son costume de chercheur, le héros explore les voies qui le
conduiront vers son épanouissement. Pour se faire, le réalisateur lui offre trois possibilités représentées par les trois femmes dans sa vie. La première, sa femme, n'est autre que son reflet à lui. Doit-il trouver le chemin en lui-même ?
Il semble y croire. Cependant, cela ne l'empêche pas de se tourner vers une autre possibilité, le savoir. Il en a soif car se disant que c'est peut-être la solution. Mais dans quelle langue ? Peut-être le français qu'il décide d'apprendre avec l'aide de Stéphanie.

De l'aide venue de loin, cela pourrait aussi servir, pense-t-il ; et ce sera Laurence. Face à ces possibilités, ces voies, la direction à prendre demeure floue pour Djamal. Et Jean-Pierre Bekolo invite, avec une photographie soignée et tout en musique, à les explorer, à les questionner. Mieux, à envisager d'autres, à trouver ces armes qui relèvent presque du miracle. Parce qu'une chose est sûre. Djamal Okoroko a envie, sinon besoin, de s'épanouir, de se libérer, de vivre, juste comme un Homme. Il doit laisser sa trace, être immortel.

Annick Rachel Kandolo (Burkina Faso)

Africiné Magazine No.3 - Mercredi 27 février 2019, pages 01 et 03 /// 26è FESPACO

Ce magazine est publié par la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC / AFFC). La publication a été rendue possible grâce au soutien de l'OIF, Africalia Belgium, le Goethe-Institut et l'Ascric-B. Il est réalisé par un collectif de 42 journalistes provenant de 23 pays.

Directeur de Publication : Khalil Demmoun

Comité de Rédaction
Sid-Lamine Salouka
Abraham Bayili
Ahmed Shawky
Robert Mukondiwa
Fatou Kiné Séne
Pélagie N'Gonana
Charles Ayetan
Yacouba Sangaré
Espéra Donouvossi

Mise en page : Korotimi Sérémé
Impression : IGIP +226 70 15 15 80

haut de page


   liens films

Armes Miraculeuses (Les) | Miraculous Weapons 2017
Jean-Pierre Bekolo Obama


   liens artistes

Abossolo-Mbo Emil


Bekolo Obama Jean-Pierre


Bertieaux Maryne


Larsdotter Andrea


Nekaitar Marc


Tshabalala Xolile


   vnements

23/02/2019 > 02/03/2019
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2019 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
26e édition. Cinquantenaire.

   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Jean-Pierre Bekolo SARL
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>