actuellement 17963 films recensés, 3096 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hector-Victor Kabré
publié le
02/03/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Victor-Hector Kabré est rédacteur à Africiné Magazine


Katy Léna Ndiaye, réalisatrice sénégalaise


Smockey, rappeur et activiste burkinabè

retour
 
On a le temps pour nous, de Katy Léna Ndiaye
La parole révolutionnaire de Smockey
L'insurrection populaire d'octobre 2014 au Burkina Faso continue d'être un sujet d'inspiration filmique. Après Place à la Révolution de Parfait Kiswensida Kaboré, la réalisatrice sénégalaise Katy Léna Ndiaye se penche à son tour sur la question.


Le film met l'accent sur le rapport entre l'engagement politique et la
musique chez l'artiste qu'il est. Le micro devient un symbole important pour ces deux activités quotidiennes chez "Smok". L'objet est mise en évidence de cet objet à travers ces plans rapprochés qui montre l'artiste comme un tribun politique. Mais aussi des plans moyens le présentant sur des scènes musicales. Le message dans ces deux milieux reste le même : la révolution. Une forte réalité qui conduit le spectateur à conclure que le rythme musical de Smockey rime avec la politique.

Retour sur Octobre 2014

Cette projection filmique procède par moments sur des flash-back ; lesquels montrent le saccage de l'hémicycle burkinabè par les insurgés. La caméra sur un même plan renvoie les images de certains acteurs politiques comme l'ex Premier ministre Yacouba Issac Zida, Samska le Jah et Guy Hervé dans l'arrière-plan visuel du personnage Smockey. Des leaders qui dans le feu de l'action embrassent le langage populaire pour faire passer le message ; un français cassé de Smockey dans cette révolution d'Octobre qui contraste sur la bande son avec les nombreuses citations de Thomas Sankara en contrepoint.

Transformations sociale et politique

Le point de vue du film s'inscrit dans le portrait du personnage Smockey. Il est au centre de toutes les scènes. Le recours aux interviews, les répétitions en studio, le rap sur scène, "les débats de grin", les allocutions aux foules ne sont qu'un prétexte pour revisiter la vie d'un homme qui définit son engagement par l'art. Une dimension du film qui provoque l'émotion spectaculaire parfois partisane dans la salle.

Reprises de textes musicaux s'entremêlent avec commentaires sur des scènes et des évènements en lien avec le sujet du film. Une atmosphère qui dénote encore d'une vivacité des images d'une période historique du Burkina Faso. Somme toute, On a le temps pour nous arpente un registre en gestation des jeunes réalisateurs d'Afrique s'inscrivant dans le cinéma militant avec l'action du réel.

Hector Victor KABRE (Burkina Faso)

Africiné Magazine No.3 - Vendredi 1er Mars 2019, page 4 /// 26è FESPACO

Ce magazine est publié par la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC / AFFC). La publication a été rendue possible grâce au soutien de l'OIF, Africalia Belgium, le Goethe-Institut et l'Ascric-B. Il est réalisé par un collectif de 42 journalistes provenant de 23 pays.

Directeur de Publication : Khalil Demmoun

Comité de Rédaction
Sid-Lamine Salouka
Abraham Bayili
Ahmed Shawky
Robert Mukondiwa
Fatou Kiné Séne
Pélagie N'Gonana
Charles Ayetan
Yacouba Sangaré
Espéra Donouvossi

Mise en page : Korotimi Sérémé
Impression : IGIP +226 70 15 15 80

haut de page


   liens films

On a le temps pour nous 2019
Katy Lena Ndiaye


   liens artistes

Smockey


Ndiaye Katy Lena


Samsklejah


   liens structures

Africalia
Belgique | Bruxelles

Indigo Mood
Sénégal | Dakar

Semfilms
Burkina Faso | Ouagadougou

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>