actuellement 18015 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mandimbijaona Andriamaharo
publié le
07/05/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Mandimby Maharo est Rédacteur à Africiné Magazine depuis 2019


Poster RFC 2019, Tana


Clémentine Dusabejambo, réalisatrice et scénariste rwandaise, aux RFC 2019


Scène du film


Scène du film


Clémentine Dusabejambo, lauréate du Zébu d'or fiction 2019


La réalisatrice Clémentine Dusabejambo

retour
 
Icyasha interroge notre regard sur la différence


Icyasha (Etiquette) de la Rwandaise Clémentine Dusabejambo a remporté le Zébu d'Or dans la catégorie fiction à la 14e édition des Rencontres du Film Court de Madagascar qui s'est tenue à Antananarivo du 19 au 27 avril dernier. Venue elle-même récupérer son trophée, la réalisatrice s'est dite très contente de cette consécration car le film a failli être laissé dans les disques durs par crainte des représailles sociales.
Sorti en 2018, le film raconte l'histoire d'un jeune garçon de 12 ans, Fils, qui veut intégrer l'équipe de football de son quartier. Mais son caractère efféminé le disqualifie d'emblée. Les membres de l'équipe le voient mal pratiquer ce sport de contact et se moquent de lui. Sans se décourager, il va prouver qu'il mérite d'avoir sa place dans l'équipe et va devoir affirmer sa masculinité.






Avec retenue et pudeur, Clémentine Dusabejambo met en lumière le courage et la détermination de cet enfant à défier les préjugés et la discrimination dont il est victime. En même temps, elle nous met face à nous-mêmes et nous montre comment la société construit et perpétue l'intolérance, et ce, dès l'enfance. Sa démarche s'inscrit dans la suggestion et jamais dans la monstration. Un choix qui reflète toutes les précautions à prendre quand il s'agit d'aborder la question de l'identité sexuelle dans un pays comme le Rwanda.

Dès les premières images, la réalisatrice nous présente son personnage principal, Fils, en détresse et qui vient vers nous comme pour nous demander de l'aide. Puis, on voit, Fils, au milieu d'une bande de gamins en train de courir. Puis, on le voit courir en fuite devant une meute d'enfants moqueurs. Les plans suivants l'isolent, tantôt par devant, tantôt par derrière, tandis qu'il se retourne de temps en temps, le visage en décomposition, pour voir si ses détracteurs sont encore derrière lui. Son chemin est sans issue, on le voit s'engouffrer dans un champ de maïs pour enfin trouver la paix.
Ces premières minutes sonnent comme une sonnette d'alarme. La scène d'une telle banalité a été révélée dans son aspect le plus destructeur. La réalisatrice introduit l'intrigue et nous ramène au cœur de la chose, à la réalité. Elle met son personnage face à des choix : un escarpin, des tongs et un ballon. Puis, on le voit jongler un ballon. On découvre donc son talent et on est presque jaloux de sa maîtrise de la balle. Fils est un enfant comme les autres, seulement, il est différent.

Tourné à hauteur d'enfant, le film nous révèle le monde comme cet enfant de 12 ans le voit. Avec lui, on essaie de briser les préjugés. On est même tenté d'aller prendre sa défense face à ses adversaires. Pour autant, le film n'émet aucun jugement et reste dans le questionnement.
12 ans, dit-on, c'est aussi l'âge de l'affirmation de soi. Mais comment s'affirmer quand la société te colle déjà une étiquette? Malgré un talent avéré, les membres de l'équipe de football ont déjà une idée fixe selon laquelle le caractère efféminé de Fils fait de lui une petite fille. Une petite fille ne joue pas au ballon.
Avec Icyasha, Clémentine Dusabejambo signe un quatrième court-métrage qui interroge notre regard sur la différence. En 2017, son film A place for myself qui raconte le combat d'une petite fille albinos a remporté plusieurs prix notamment à la 25e édition du Fespaco et dans d'autres festivals. A travers l'histoire de ces enfants, elle brise le silence sur cette forme de violence : la discrimination.

Mandimby Maharo (Madagascar)

haut de page


   liens films

Icyasha (Etiquette) 2018
Clémentine Dusabejambo


   liens artistes

Dusabejambo Clémentine


Uwayezu Fanny


   vnements

19/04/2019 > 27/04/2019
festival |Madagascar |
Rencontres du Film Court à Madagascar - RFC 2019
14ème édition.

25/04/2019 > 04/05/2019
festival |Espagne |
FCAT 2019 - Festival du Cinéma Africain de Tarifa et Tanger
16ème édition.

   liens structures

Africiné Magazine
Sénégal | Dakar

Samcity Film House
Rwanda | KIGALI

Sorakanto - Association des journalistes culturels de Madagascar
Madagascar

   liens festivals


festival | Madagascar | Antananarivo

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>