actuellement 18090 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Sitou Ayité
publié le
09/11/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
La soif du changement
Sango Malo, Bassek Ba Kobhio

Le film adapté du roman Sango Malo, le maître du canton du même auteur s'ouvre dans un décor purement africain.

Cette fiction nous raconte l'histoire de Malo Malo, un révolutionnaire qui refuse toute aliénation. Le réalisateur a placé notre acteur Malo dans un décor idéal : celui du village Lebamsip où règne l'abus d'autorité en la personne du directeur d'école, du chef du village et du sous préfet. Malo vient bouleverser le contraste entre cette autorité et a masse villageoise crédule. D'ailleurs les costumes sont portés à raison. Le directeur d'école est toujours en veste pour montrer sa supériorité, Malo, lui porte une veste en cuir, signe de rébellion. Il montre qu'il a l'éducation des Blancs mais se rebelle contre tout snobisme. Il veut créer une coopérative qui vient s'opposer à la boutique du village épouser une femme sans dot et construire dans la forêt sacrée. Cette soif que Malo a, est ce pour un vrai changement ou simplement du zèle ? Quoiqu'il en soit, il défend ses idées jusqu'au bout où il se retrouve dans bien des embarras : la mort de son beau père, son arrestation… Faut il donc changer le monde sans penser aux autres ?

Ce "voit tout" a pourtant attiré son attention. Je trouve personnellement que le rôle de Malo est un peu complexe. Je le mettrai difficilement dans le rôle du bon puisque d'habitude les bons écoute les conseils et évite de faire sombrer les autres. Je ne le mettrai pas non plus dans le rôle du méchant puisque son ambition était noble. Malo a-t-il gagné son pari ? Le réalisateur a préféré une chute que seulement quelques rares réalisateurs prennent.

Je rappelle que ce film a été diffusé à Cannes en 1991.

Sitou Ayité

Sango Malo
De Bassek Ba Kobhio
Durée : 1h34 mn
Pays : Caméroun

haut de page


   liens films

Sango Malo 1991
Bassek Ba Kobhio


   liens artistes

Ba Kobhio Bassek


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>