actuellement 17013 films recensés, 2873 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Maman Sani Soulé Manzo
publié le
15/03/2007
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival
retour
 
Le documentaire en questions
Cinéma africain et diversité culturelle
Bulletin Africiné n°03 (FESPACO 2007), du Lundi 26 février 2007.
Après trois compétitions du film documentaire à Ouagadougou, le 20ème FESPACO sert de cadre à la définition du rôle et de la pertinence de ce genre cinématographique dans la formation de l'image et de l'imaginaire africains. Compte rendu d'une conférence-débat sur le sujet animée hier dimanche 25 février par des cinéastes et critiques.

"J'en ai marre qu'on me raconte ce que je suis, même si je concède aux autres le droit de me filmer comme ils l'entendent. Mais, il faut savoir que, quand on connaît l'autre, on le respecte mieux" : tel est le point de vue de la réalisatrice égyptienne Jihan El-Tahir sur la place du documentaire en Afrique et dans le monde.
"Cinéma africain et diversité culturelle : le cas du documentaire", ce thème de la conférence-débat animée, hier dimanche 25 février au Centre culturel Georges Méliès, par les cinéastes Jihan el-Tahir d'Égypte, Jean-Marie Téno du Cameroun, Samba Félix Ndiaye du Sénégal et Thierry Michel de Belgique ainsi que les critiques Olivier Barlet (France) et Clément Tapsoba (Burkina Faso), aura donc suscité de vifs échanges.

S'il est vrai que "le documentaire est un témoignage" comme l'a dit Clément Tapsoba, ce genre cinématographique devra, pour s'affirmer, être fondé sur "la trilogie des 3 C", selon Olivier Barlet qui estime que "seul le rapport intime entre Cinéastes-Critiques-Cinéphiles peut faire du documentaire un lieu de prise de conscience parce qu'axé sur le point de vue des personnes filmées et le lien qu'il établit entre les époques et donc la mesure des évolutions qu'il permet".

O. Barlet, s'appuyant sur l'œuvre de Jean-Marie Téno du Cameroun, a démontré en quoi l'élaboration du documentaire est laborieuse puisque celui-ci est "une pensée, une réflexion, un cri devant le scandale du monde en général, de l'Afrique en particulier", cri qui doit "permettre à l'homme de retrouver l'estime de soi, de démonter les hiérarchies et les mythes". D'où le souhait "que le documentaire trouve sa place dans les grands circuits de diffusion".

Pour une vraie programmation des documentaires au FESPACO

Pour Jean-Marie Téno du Cameroun, réalisateur de Afrique, je te plumerai !, "le documentaire est un point de vue, un regard qui peut enrichir le monde ; c'est la diversité des regards qui constituent la diversité culturelle". Or, estime-t-il, "on dirait que le documentaire fait peur aux gens alors que c'est un enjeu de liberté, de démocratie, que les NTIC permettent de tenir et qui doit trouver sa place grâce à une vraie grille de programmes au FESPACO et partout ailleurs".

Selon Thierry Michel, le réalisateur belge de Congo river, "le cinéma est là pour interroger le réel" mais doit se plier, ici comme ailleurs, aux lois du marché ; ainsi, la diffusion des documentaires par voie télévisuelle doit se substituer aux salles de cinéma qui ferment. Certes, reconnaît-il, "il y a des poches de résistance du documentaire comme le FESPACO mais c'est une lutte extrêmement dure qu'il faut mener pour imposer ce genre".

Le public, fort intéressé à ce propos, a réagi à souhait. Plusieurs contributions ou préoccupations ont ainsi été enregistrées : l'antériorité de la civilisation nègre et l'appartenance nègre de l'Égypte, le poids de l'esclavage et de la colonisation sur l'Afrique, les réactions identitaires qu'étaient les guerres et luttes de libération des Africains, l'origine et/ou le financement extérieurs des actuelles guerres civiles, la question de l'élaboration du documentaire comme icône ou comme idole, les rapports d'un public souvent analphabète aux films, le piratage des films, etc.
Toutes choses qui ont fait dire à Clément Tapsoba que "l'identité renforce la diversité culturelle malgré certains diktats de la Banque Mondiale qui ont obligé l'Afrique à négliger la Culture".

Sani SOULÉ MANZO (Niger)

Article paru dans le Bulletin Africiné n° 03 (FESPACO 2007), du Lundi 26 février 2007, page 8.

haut de page


   liens films

Afrique, je te plumerai ! 2002
Jean-Marie Teno

Congo River 2005
Thierry Michel


   liens artistes

Barlet Olivier


El Tahri Jihan


Michel Thierry


Ndiaye Samba Félix


Tapsoba Clément


Teno Jean-Marie


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page