actuellement 14903 films recensés, 2541 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Moussa Bolly
publié le
16/03/2007
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Un fléau, trois thérapies
Violence et cinémas africains
Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007
La violence est de plus en plus représentée dans les cinémas africains. Elle prend plusieurs formes allant de la violence urbaine à la violence conjugale en passant par les conflits armés et fratricides.

Cette question est traitée de trois façons qui se dégagent des récentes productions africaines. Elle se retrouve particulièrement dans Daratt ("Saison sèche") de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad), Ezra du Nigérian Newton Aduaka, de Teranga blues de Moussa Sène Absa (Sénégal), Making off de Nouri Bouzid (Tunisie). Toutes ces œuvres sont en compétition dans la catégorie des longs métrages de cette 20e édition du FESPACO.
Mais, ce qui est intéressant à souligner, c'est qu'aucun de ces réalisateurs n'a cédé à la tentation du mimétisme. Ils ont su contourner l'effet de mode consistant à mettre en avant le sexe et le sang pour attirer les cinéphiles ou avoir les faveurs de certains producteurs européens. Et dans toutes ces œuvres, on essaye de briser le cycle de la violence, de ne pas en faire un devoir générationnel et de proposer d'autres alternatives pour la contourner, l'exorciser. Nous excepterons Moussa Sène Absa qui cède un tout petit peu à la fascination dans la représentation de la violence urbaine dans Teranga blues.
Dans les autres œuvres ci-dessus citées, on retrouve surtout la violence sous la forme de rejet. C'est une violence contenue. C'est comme une prise de conscience soudaine qui empêche Atim (Daratt) ou Bahta (Making off) de passer à l'acte final devant marquer l'accomplissement de leur mission qui est imposée par des générations dans lesquelles ils ne se reconnaissent pas. C'est d'ailleurs cette même prise de conscience qui amène Ezra à prendre son destin en main et à abandonner la rébellion, donc le front de la violence. Il a pris conscience que lui comme les autres enfants soldats et leurs parents ne sont que des marionnettes entre les forces "régulières" et les différentes milices.
Au niveau de ces personnages, la violence est dans les regards comme l'affrontement visuel entre Atim et Nassara dans Daratt ou entre Bahta dans Making off et ceux qui tentent de l'endoctriner à l'idéologie intégriste. On voit le même affrontement du regard entre Ezra et les différents chefs rebelles. Certes, cette violence peut éclater de façon brutale, comme ce massage qui tourne au pugilat entre Atim et Nassara, entre Ezra et Moïse ou entre Dick et son mentor (joué par Zeka Laplaine, dans Teranga blues). Mais cette rage d'en découdre ne va jusqu'au bout. Il y a une forme de sagesse qui amène les personnages à se ressaisir pour ne pas commettre l'irréparable.
Il est clair que la façon de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad) d'aborder le fléau dans Daratt ("Saison sèche") est différente de celle du Nigérian Newton Aduaka dans Ezra. Elle est aussi distincte de la manifestation de la violence dans Teranga blues de Moussa Sène Absa (Sénégal) ou Making off de Nouri Bouzid de la Tunisie. Ce qui aboutit à des diagnostics différents, donc des thérapies distinctes. Dans le dernier film cité, Bahta opte pour l'euthanasie. Comme une manière de dire qu'il a droit de se donner la mort, mais pas le droit de choisir à la place des autres ce qu'ils veulent faire de leur vie. Dans Daratt, on retrouve l'amnésie avec Nassara qui ne veut pas retrouver sa mémoire pour se rappeler de son passé de tortionnaire et le pardon avec Atim qui renonce à tuer le bourreau de son père pour ne pas retrouver un jour avec le lourd fardeau porté par Nassara. Ezra est lui aussi plongé dans une mémoire qui fuit. Le massacre de ses parents est une charge trop lourde pour sa conscience. Il ne veut donc pas s'en souvenir.
Entre les "Commissions Vérité et réconciliation", l'impunité ou le pardon individuel, les réalisateurs africains explorent les voies pouvant mener à briser le cycle de la violence dans lequel l'Afrique est plongée. Une violence qui, selon eux, ne saurait jamais être la solution aux problèmes des Africains.

Moussa Bolly (Mali)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°06 (FESPACO 2007), du Jeudi 1er mars 2007, page 1.

haut de page


   liens films

Daratt (Saison sèche) 2006
Mahamat-Saleh Haroun

Ezra 2006
Newton Aduaka

Making of, le dernier film 2006
Nouri Bouzid

Teranga blues 2006
Moussa Sène Absa


   liens artistes

Aduaka Newton


Bouzid Nouri


Haroun Mahamat-Saleh


Sène Absa Moussa


   liens structures

AMACRI (Association Malienne des Critiques du Cinéma)
Mali | BAMAKO

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page