actuellement 17708 films recensés, 2979 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Dieudonné Motchosso Kodolakina
publié le
20/03/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Un procès à sens unique
Bamako, d'Abderrahmane Sissako (Mauritanie)
Bulletin Africiné n°08 (FESPACO 2007), du Samedi 03 mars 2007

Le nouveau long métrage du Mauritanien Abderrahmane Sissako porte tout simplement le titre Bamako. Ce film ne porte pas sur les clichés ethnographiques du pays Dogons. Le réalisateur de Heremakono plonge dans un Mali considéré comme l'un des baromètres de la démocratie à l'Africaine. Le choix relève de tout sauf d'un hasard. Abderrahmane Sissako porte un regard critique et tient un discours franc, audacieux et sans détour ni complaisance.

Le drame vécu par les pays africains, exclus de tous les marchés internationaux et écartés des débats entre les grandes puissances commerciales et industrielles. Il met en scène les populations affamées réduites à de petits commerces comme le montrent les scènes de petites vendeuses de bananes. Aux bancs des accusés : la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International, l'Organisation Mondiale du Commerce. Le film est organisé comme une assise au tribunal et la Cour est sur un décor éculé d'habitations où vivent même des malades dont les familles n'ont pas le moindre radis pour leur payer des soins.

Véritable réquisitoire contre les institutions financières internationales, Bamako est très marqué par la confrontation où l'on s'assène de longues paroles au visage du tac au tac. Sorte de logorrhées, ces longues tirades permettent aux personnages de vider leur sac du poids insupportable des problèmes sous lesquels ils ploient.

Opprimés, Noirs comme Blancs, les deux races défendent d'une même virulence de ton, la justice et l'égalité pour le genre humain. La couleur de leur blouson, noire, ne contraste pas avec le visage et destin funeste de cette assistance pour qui le seul rêve est la redistribution juste et humaine des biens.

Comme dans une transe, la parole prend une valeur thérapeutique et est en référence à la tradition de l'oralité. Témoin, la prestation spontanée de ce vieil homme qui prendra la parole sans aucune forme de protocole pour chanter avec force une intériorité émotive que personne ne comprend. La parole se donne et se retire au gré des péripéties de la trame, tout comme dans une soirée de conte. Tout cela porte avec force et charme le message de ce film.

Mais l'on peut reprocher à ce long métrage d'être excessivement virulent à l'endroit de ces institutions garantes de l'économie du monde et qui décident du sort des plus faibles sans écouter leurs aspirations profondes. Même si certains dialogues dénoncent les pouvoirs africains, il faut remarquer que ces passages restent trop suggestifs sans critiquer ces pouvoirs d'une manière explicite. Par contre, le film remet sur la sellette le problème de la trahison des intellectuels africains.

Dieudonné Motchosso KODOLAKINA (Togo)

Article paru dans le Bulletin Africiné n°08 (FESPACO 2007), du Samedi 03 mars 2007, page 6.

haut de page


   liens films

Bamako 2006
Abderrahmane Sissako


   liens artistes

Dembélé Habib


Diarra Maïmouna Hélène


Glover Danny


Maiga Aissa


Sissako Abderrahmane


Tall Sall Aïssata


Traoré Aminata


Traoré Tiécoura


   liens structures

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>