actuellement 18185 films recensés, 3170 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
18/08/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Dépecer / Remplir Fass
Djaay Diap, de Ismaël THIAM (Sénégal)

Il y a dans ce court métrage très tonique bien des références cinématographiques et bien de l'originalité. Le groupe de jeunes gens qui jouent au poker dans le canal de Fass (Dakar) nous renvoie à la scène de jeu dans Touki Bouki (Djibril Diop Mambéty, 1973) qui marque le premier échec majeur de Mory et Anta pour trouver de l'argent ainsi qu'à Badou Boy (Djibril Diop Mambéty, 1970, Sénégal) dont l'action principale se passe dans le même canal à ciel ouvert qui évacue les eaux usées vers Soumbédioune. Le montage en accéléré et le film sans paroles (ou plutôt aux paroles accélérées) a eu un précédent : Bon voyage Sim (1966), dessin animé de Mustapha Alassane (Niger). Pourtant, rien n'est sûr que ces deux films ont été le point de départ du jeune cinéaste sénégalais Ismaïla Thiam. Quand bien même ce serait le fruit d'une volonté de succédané, il réussit, avec des moyens techniques simples, à créer un ton neuf et léger.
Sous la double morale du "tel est pris qui croyait prendre" et de "la victoire de David contre la horde des Goliath" (deux situations filmées dans une littéralité hilarante), le réalisateur nous offre des raisons de ne pas croire à la fatalité. Il place l'action dans le canal de Fass qui évacue les eaux usées venant du quartier populaire de Colobane vers la mer en traversant les quartiers de Point E et de Gueule Tapée. Or, le héros du film, une fois la tête haute reflue vers (le marché de) Colobane. Cette trajectoire à rebours marque la volonté de contribuer à la source nourricière, après avoir fait son lit avec la lie (des individus appâtés par le gain facile, se gaussant déjà de sa défaite).
C'est un film très ancré dans un cadre urbain (la mégalopole dakaroise) où 2 millions d'habitants (moins quelques nantis, pas tous très catholiques) n'ont même pas la chance de trouver le diable afin de lui tirer la queue. Le titre du film provient de l'argot wolof parlé par les Boys Town (les Dakarois branchés) et il a un double sens. Le premier sens est "se la jouer, frimer, faire le malin" et le second sens (littéral) est "vendre un frimeur, vendre un faiseur de malin, vendre un individu qui se la joue" ou se faire un frimeur.
Un "Diap" désigne un frimeur (un individu qui veut jouer à être ce qu'il n'est pas), ou encore un pauvre naze, un campagnard. L'orthographe wolove correcte n'est d'ailleurs pas "Diap" mais "jap", à ne pas confondre avec "japp" (qui lui signifie "prendre"). La mauvaise orthographe traduit le métissage culturel dans lequel baigne l'auteur.
Les acteurs qui prêtent leurs traits à cette farce se trouvent être des créateurs parmi les plus prometteurs et novateurs du Sénégal, dont le danseur-chorégraphe Djibril Diallo (compagnie Kakatart) ou encore le styliste El Hadji Hane (marque Kaay Fii) et d'autres. Le réalisateur incarne du reste le héros. De tous temps, si des artistes aident à la légitimation du pouvoir politique, les artistes contribuent à la critique sociale. En plaçant ses personnages dans ce canal qui éventre Fass (nom qui vient de la déformation de la ville marocaine de Fez), l'auteur met à nu les tripes évidées de la misère envahissante et évidente. Mais il remplit aussi Fass puisque les trophées repartent vers le marché de Colobane qui le jouxte.
Acteur, régisseur, stagiaire, assistant, Ismaïla Thiam a grandi entre ses compatriotes cinéastes, Djibril DIOP Mambéty et Joseph GAÏ Ramaka. Il a fréquenté très jeune les plateaux de cinéma et a multiplié les collaborations sur divers projets artistiques ; cela n'a pas peu contribué au style enlevé et efficace de son film qui fait un grand écart inventif entre la figure espiègle de Charlie Chaplin et la désinvolture de Mambéty, ainsi que la musicalité de Ramaka et la concision de Mustapha Alassane.
Le réalisateur ne signe pas seulement un film qui développe un ton très personnel, il attire aussi notre attention sur un nom avec lequel il faudra désormais compter (il n'a pas encore rien sorti depuis ce beau film).

Thierno I. DIA

"Dépecer Fass" / "Remplir Fass" se disent de la même manière en wolof : "Fess Fass".

haut de page


   liens films

Badou Boy 1970
Djibril DIOP Mambéty

Bon voyage, Sim 1966
Moustapha Alassane

Djaay Diap 2004
Ismaël Thiam

Touki Bouki 1973
Djibril DIOP Mambéty


   liens artistes

Alassane Moustapha


Diallo Djibril [chorégraphe, Acteur]


DIOP Mambéty Djibril


Gaï Ramaka Joseph


Thiam Ismaël


   vnements

18/08/2007
projection |Sénégal |
Cinéma de Nuit (4éme séance)
4éme séance "Spécial Génération TV" : Long-métrage et Courts métrages de la nouvelle génération de cinéastes sénégalais

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>