actuellement 18081 films recensés, 3124 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Marie Mollo Olinga
publié le
03/10/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien
retour
 
"Je sors La Cicatrice dans un an"
entretien avec Jean-Pierre Dikongué Pipa (Cameroun)
Etalon de Yennenga au Fespaco 1975 avec son film Muna Moto, "l'équivalent de la victoire en coupe d'Afrique des Nations", pour reprendre ses mots, Jean-Pierre Dikongué Pipa est le seul cinéaste camerounais, à ce jour, à avoir remporté la plus haute récompense du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Nous l'avons rencontré à la sortie de la rencontre des artistes avec le tout nouveau ministre de la Culture, Mme Ama Tutu Muna.

Pendant longtemps, vous avez été muet, et même discret, cinématographiquement parlant. Et depuis quelque temps, on vous voit dans certaines assises relatives au septième art. Cela augure-t-il d'un retour au cinéma ?
Oui, je prépare tranquillement ma rentrée. D'ici un an, quelque chose sortira. Et puis, le cinéma, ce n'est pas seulement faire des films. C'est aussi dispenser des enseignements, préparer des lois, ce à quoi je me suis occupé ces dernières années. Actuellement, je me prépare à revenir dans les salles de cinéma.

Avec un nouveau film sans doute…
Je reviens avec un film qui s'intitule La Cicatrice. Je ne peux pas en dire plus pour le moment.

Comment jugez-vous l'état qualitatif du cinéma camerounais aujourd'hui ?
Pour les films que je vois ou bien ceux dont j'ai entendu parler, la qualité n'est pas mauvaise. Bekolo a été distingué avec Les Saignantes au Fespaco, Cyrille Masso aussi avec Confidences, et on dit beaucoup de bien de Paris à tout prix de Joséphine Ndagnou. Je crois qu'il y a là quelque chose de probant qui est en train de se faire. Le cinéma camerounais est en train de sortir de la léthargie que nous avons connue il y a une dizaine d'années. Il renaît de ses cendres.
Il faut avouer tout de même que le cinéma est en train de revenir très fort en Afrique, et que nous n'avons rien à nous reprocher, rien à craindre par rapport aux autres cinématographies nationales.

Nous avons cependant un problème de structures pouvant accueillir des projections cinématographiques. Comment peut-on le résoudre ?
Je n'en ai aucune idée. Il faut que chacun fasse son travail. Les exploitants doivent préparer des structures de projections cinématographiques. Quand les premières salles ont commencé à fermer, c'était dû à la négligence, et la rentabilité s'était affaiblie. Aujourd'hui, le cinéma reprend de par le monde. Il semble même plus fort qu'avant, aux Etats-Unis et en Europe. Les distributeurs et les exploitants doivent donc identifier là de futurs signes de répercussion chez nous. Ils doivent donc conséquemment préparer des salles de cinéma.
En plus, aujourd'hui, nous évoluons dans la dimension de la vidéo et du numérique, qui coûtent moins cher tant en production qu'en exploitation. Ces formats sont moins lourds et grâce à eux, nous avons la possibilité de produire de plus en plus, et de produire des films de qualité. Les exploitants doivent donc s'attendre à ce que ces films arrivent sur le marché, et se préparer à les accueillir.

Quel commentaire vous inspire la rencontre avec le nouveau ministre de la Culture, Mme Ama Tutu Muna ?
On ne peut pas encore augurer de l'avenir. Nous, artistes cinéastes, devons d'abord faire notre autocritique, puis faire des propositions pouvant permettre au ministre de travailler. Notre effort devra consister à donner au nouveau ministre les moyens de travailler.
Pour le moment, j'attends que le ministre ouvre la porte aux propositions comme elle est en train de le faire. Il est souhaitable que nous lui donnions un certain temps pour réguler son action. Et tel que les choses sont parties, cela donne comme un signe de probabilité de réussite de celle-ci.

Entretien mené par
Jean-Marie Mollo Olinga

Article publié dans le quotidien camerounais "Le Jour".

haut de page


   liens films

Confidences 2006
Cyrille Masso

Muna Moto | Enfant de l'autre (L') 1974
Jean-Pierre Dikongué Pipa

Paris à tout prix [Ndagnou] 2007
Joséphine Ndagnou

Saignantes (Les) 2005
Jean-Pierre Bekolo Obama


   liens artistes

Bekolo Obama Jean-Pierre


Dikongué Pipa Jean-Pierre


Masso Cyrille


Ndagnou Joséphine


   vnements

20/01/2005
soirée |France |
Soirée de présentation de la 19ème édition du FESPACO
Conférence de presse, animation musicale acoustique de Mory Kanté, projection de Ouaga Saga de Dany Kouyaté, Coktail. Le FESPACO se déroulera du 26 février au 5 mars au Burkina-Faso Cliquez ici

24/02/2005 > 03/03/2005
festival |Burkina Faso |
La Semaine des Réalisateurs au Fespaco 2005
Une sélection de films à l'initiative de la Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs En association avec le Club universitaire du cinéma africain

24/02/2007 > 03/03/2007
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2007 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
Le FESPACO, manifestation biennale attendue avec impatience par les cinéphiles, permet de dresser un bilan sur l'actualité des films africains, mais donne aussi accès (télévision) à des films, de qualité mais peu connus. Palmarès en fin de FESPACO.

15/06/2007
projection |France |
Ezra, Une fiction de Newton Aduaka, Etalon d'Or au Fespaco 2007
dans le cadre du Le Ciné-Club Afrique, rendez-vous mensuel proposé par RFI au Musée Dapper

   liens structures

Malo Pictures
Cameroun | YAOUNDÉ-MESSA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>