actuellement 18281 films recensés, 3179 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
15/02/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Le temps du désespoir et de la révolte
Arezki l'insoumis, de Djamel Bendeddouche (Algérie)

Nul besoin de discours, de fleurs ou de ministre jeudi soir au Mouggar pour l'avant-première du film de Djamel Bendeddouche. La salle n'était pas pleine, faute d'information. Mais le film, cela va de soi, était passionnant.
Nul besoin de présenter Djamel Bendeddouche, cinéaste nourri d'une parfaite maîtrise de son métier puisqu'il filme et enseigne le cinéma.
Cette histoire qu'il nous raconte dans une fresque saisissante, qui réconcilie à la fois un travail historique rigoureux et une épopée populaire admirablement filmée, nous plonge dans la Kabylie de la fin du 19° siècle. C'est le temps de la dépossession des terres. C'est une histoire qui se confond profondément avec l'histoire de l'Algérie et des soulèvements contre la politique coloniale.

La beauté des images de ce film, le grain intérieur et extérieur de la lumière éclairent et magnifient presque, par contraste, la situation pourtant extrêmement dure des populations des montagnes que la politique coloniale de Napoléon III entend ruiner, déposséder de leur terre et de leur bétail, réduire à la misère noire en les obligeant en plus à payer des impôts exorbitants. Écrasés sous le poids de la répression, les villageois se révoltent sous la conduite d'Arezki, un enfant du pays. Un "Che" avant la lettre.

On mettre à l'intelligent crédit de Djamel Bendeddouche d'avoir choisi de travailler sur un scénario fidèle à l'histoire et d'éviter les impostures : rien d'étonnant à cette époque-là pour qu'un homme révolté garde son amitié aux Français "libéraux", aux indigénophiles très présents en Kabylie, jusqu'à aller dans une église pour prendre part au baptême d'un bébé dont il est le parrain (il s'engage de ce fait à protéger cet enfant français si ses parents venaient à disparaître). Rien d'étonnant non plus à ce qu'une jeune algérienne au cours d'un repas prenne aussi un verre de vin rouge...

Le cinéma algérien a vainement attendu tous les projets annoncés sur l'Emir Abdelkader et sur El Mokrani. Voici une oeuvre qui comptera désormais comme un solide témoignage sur une époque historique.

Djamel Bendeddouche qui ressemble de plus en plus à Orson Welles physiquement, même dégaine, même air mélancolique, apparaît aussi dans son film dans le rôle d'un colon rallié à la cause, embedded... Un libéral qui s'oppose à l'hystérie colonialiste.

Une jeune femme journaliste, à la Isabelle Eberhardt, écrit chapitre après chapitre la chronique de la révolte qui gronde. Dans un torrent de violence, l'injustice faite aux Algériens lui éclate à la figure : elle tente de persuader son rédacteur en chef de publier son témoignage sur les faits paroxystiques qui se passent sous ses yeux.

Le film historique n'est pas un genre facile à faire. On a pourtant vu récemment le brillant travail de Ken Loach sur l'Irlande dans Le Vent se lève. Et celui très brillant aussi de Rachid Bouchareb sur la guerre mondiale dans Indigènes. Le film de Djamel Bendeddouche illustre à son tour la richesse des possibilités du cinéma pour se pencher sur l'histoire.

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Arezki l'indigène 2007
Djamel Bendeddouche

Indigènes 2005
Rachid Bouchareb


   liens artistes

Bendeddouche Djamel


Bouchareb Rachid


   vnements

09/01/2008 > 13/01/2008
festival |Algérie |
Festival du film amazigh à Sétif 2008
Festival itinérant. Plus de 60 films, ateliers, animations.

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>