actuellement 16412 films recensés, 2767 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
30/03/2008
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Buud Yam


Gaston Kaboré


Hyppolite OUANGRAWA


Gaston Kaboré, Etalon de Yennanga


Wend Kuuni

retour
 
Voyage initiatique dans les profondeurs africaines
Buud Yam, de Gaston Kaboré (Burkina Faso)
Accusé d'être à l'origine des maux de tout d'un village, le jeune Wend Kuuni entreprend un voyage initiatique pour retrouver l'homme à la tisane de lion. Cette mystérieuse potion qui doit guérir sa sœur adoptive et soulager les siens.

C'est un film magnifique que le réalisateur burkinabé, Gaston Kaboré a présenté mercredi à l'Institut français. Son long métrage Buud Yam, sorti en 1997, est une fiction qui voyage dans les profondeurs du Burkina. Un adolescent, Wend Kuuni, doit traverser plusieurs villages pour retrouver le guérisseur qui sauvera sa sœur adoptive, Poghnéré. Il quitte sa famille et commence un parcours initiatique. Il escalade des rochers et des montagnes, traverse des forêts et des déserts pour rencontrer "l'homme à la tisane de lion".

La caméra suit l'adolescent timide, mais déterminé à atteindre son but. Le film est garni de plans panoramiques ou rapprochés sur un paysage tropical exotique. Car au-delà de son histoire, Buud Yam est une sorte de présentoir de la richesse du patrimoine africain. Au fil des images, l'on contemple une architecture ancestrale faite de terre cuite ou d'argile. Une volonté d'exhibition qui transparaît aussi dans l'accoutrement des personnages. Les femmes se distinguent par leurs pagnes tissés, teints à l'indigo. La trame du film même s'adosse sur des valeurs ou croyances bien africaines. Buud Yam défend les vertus de la médecine traditionnelle. C'est avec une bouillie de feuilles et d'écorces de racines que "l'homme à la tisane de lion" délivre Poghnéré de sa maladie.

Mais Wend Kuuni, héros furtif est vite rattrapé par son passé. Enfant, il a été recueilli, inconscient et presque mort, dans les bois. Son statut de fils adoptif l'expose à la vindicte villageoise. Sa mère a été lynchée à mort, accusée de sorcellerie. Les souvenirs le hantent. Ces scènes sont illustrées par des images empruntées au premier long métrage de Gaston Kaboré, Buud YamWênd Kûuni. Avec 15 ans d'écart, Buud Yam se présente donc comme la suite logique de ce film sorti en 1982. Y aura-t-il un troisième volet ? En tout cas dans Buud Yam, Wend Kuuni promet d'aller à la recherche de son père disparu inconnu. Le réalisateur burkinabé montre ainsi l'attachement des Africains aux relations humaines. Dans son voyage, le jeune garçon vient en aide à une vieille femme, sympathise avec un Prince en fuite dans la forêt.

Ce long périple initiatique (99 mn) est traversé par des sonorités de percussion, de kora, etc. Le film est joué en langue Moré - parlée par les Mossis - qui a aussi une certaine musicalité.

Buud Yam, sacré meilleur long métrage au Fespaco 1997 est le deuxième film projeté dans le cadre du premier cycle "Des Etalons de Yennenga", initié par l'Institut français de Dakar du 26 au 29 mars.

Fatou Kiné SENE

haut de page


   liens films

Buud Yam 1997
Gaston Kaboré

Wend Kuuni, le don de Dieu 1982
Gaston Kaboré


   liens artistes

Congo Yoni Odilia


Kaboré Colette


Kaboré Gaston


Maiga Amssatou


Ouangrawa Hyppolite


Oueddouda Séverine


Ouédraogo Boureima


Yaméogo Augustine


Yanogo Joseph


Yanogo Serge


   évènements

14/03/2008 > 30/03/2008
programme |Sénégal |
Programme de l'Institut Français Léopold Sédar SENGHOR

26/03/2008 > 29/03/2008
festival |Sénégal |
Festival "Les Etalons de Yennenga - Grands Prix du Fespaco" (1er Cycle) - IFLSS ex CCF Dakar
Entrée libre. 1er cycle : du 26 au 29 mars. 2ème cycle : du 22 au 26 avril

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Canal+
France | Issy-Les-Moulineaux Cedex 9

Caro-Line
France | PARIS

Ciné Classic
France | Paris

Cinécom Production
Burkina Faso | Ouagadougou

Institut Français de Dakar
Sénégal | Dakar

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page