actuellement 16319 films recensés, 2756 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
11/04/2008
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Mondher. Moi, ma sœur et "la chose", de Kaouther BEN H'NIA (Tunisie)


Mondher et Mériam. Moi, ma sœur et "la chose", de Kaouther BEN H'NIA (Tunisie)


Affiche du film Tendresse du loup


Noura. Halfaouine


Affiche du film Making of (Nouri Bouzid, 2006).

retour
 
Ton corps m'appartient
Moi, ma sœur et "la chose", de Kaouther BEN H'NIA (Tunisie)
Le dernier court métrage de la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben H'nia vient couronner plusieurs années d'études et d'apprentissage en cinéma à Tunis (FTCA, EDAC) et à Paris (FEMIS), après des études commerciales. À travers Mondher, petit garçon de sept ans, Moi, ma sœur et "la chose" met en scène la même thématique de l'incommunicabilité que dans son précèdent film, La brèche.

Le petit Monder est effrayé : ses amis lui ont dit que sa grande sœur, Mériem, allait faire "la chose" la nuit de son mariage qui s'annonce. Le plus simple serait peut-être que sa sœur se marie avec lui, ainsi ils vont rester ensemble pour la vie et elle ne va pas subir la foudre de la société contre ceux qui font libre usage de leur corps.
Kaouther Ben H'nia met sa caméra à hauteur humaine. L'action se passe dans la Tunisie rurale (à Elkrib), filmée sans misérabilisme ni exotisme. L'histoire est entièrement racontée par les yeux de Mondher.

Comment accepter de s'éloigner de l'être cher ?

Si le film prend le contre-pied du cinéma tunisien plutôt urbain, il s'inscrit dans l'héritage de Férid Boughédir, Nouri Bouzid : chercher sa place dans la fratrie et affirmer l'autonomie de l'individu par l'expression ou la découverte de sa sexualité. Déjà dans le film d'école de Kaouther Ben H'nia, La brèche, Fadwa (jeune femme qui vient d'atteindre sa majorité) s'oppose à son père et se pose comme individu qui réclame de l'attention, de l'affection.
Ici Mondher ne prend pas encore la mesure que pour grandir il faut quitter et laisser quitter. Il est dans une posture régressive, s'accrochant à sa sœur, non pas par égoïsme, mais plutôt parce que sa société ne lui a pas encore donné les moyens de comprendre les impératifs de la vie.

Bravo les artistes

Fatma Ben Saïdane (Halfaouine, Making of,...) en grand-mère gâteuse est un régal. Elle couronne une galerie de personnages servis avec délicatesse par des acteurs tout en justesse. Le fils des Touhami, nouveau mari de Mériem, est le croquemitaine (beau-frère ogre) du jeune Mondher. Le pas pressé de la belle-mère qui s'engouffre dans la maison des nouveaux mariés vient ébouriffer un récit pas trop nerveux. Est-ce pour récupérer le drap maculé du sang de la virginité ou oindre le corps de sa fille ? Le récit est ouvert, c'est au spectateur de se faire sa religion.
Kaouther Ben H'nia filme avec un mélange d'ironie féroce et de tendresse cruelle le face à face matinal entre le beau-fils et le beau-père boursouflés de gêne - chacun évitant le regard de l'autre - à l'idée de Mériam qui a fait "la chose" durant la nuit. Riadh Hamdi, homme de théâtre, s'en sort à la perfection dans le rôle du beauf (au propre comme au figuré : beau-frère et homme peu raffiné).

Le sexe est politique

Par le fatras de peur dans lequel se débat le petit Mondher, la cinéaste met en pointillé l'absolue solitude de la mariée : Mériam n'a personne auprès de qui exprimer ses angoisses. Mondher veut en réalité éviter à sa grande sœur l'ostracisme qui frappe Aliment. Cette jeune paysanne a fait la chose - en dehors des liens du mariage - avec le fils des Touhami qui est "le marié" (on ne connaîtra pas son prénom, ce qui le constitue comme une métaphore des mâles). L'individu tunisien, même éloigné du centre du pouvoir (la capitale, d'où la force du film), est emprisonné dans une société policée qui s'entête à se présenter comme démocratique (en dépit d'un pouvoir omniprésent et omniscient), il est pris dans un entrelacs de contradictions et de négations dont l'autonomie d'esprit et de corps. À ce titre, il n'est pas loin de Tendresse du loup, Junûn, Halfaouine, et même Bab'Aziz dont l'intemporalité ancre plus l'urgence sémiologique du propos. La dernière image du film - qui renvoie à La brèche - traduit ce désarroi citoyen, avec le trou et la posture : symbole du fœtus, du corps qui n'a pas émergé à la lumière.

À l'insu de son plein gré

Cette traduction inconsciente ne reflète pas une volonté exprimée par la réalisatrice qui affirme n'avoir "voulu exprimer nulle métaphore particulière dans ce film". Son ambition est de "raconter une belle histoire". Le scénario est adapté de la nouvelle "Le jeune homme, l'enfant et la question" écrite par son père, Mohsen Ben H'nia. Elle a réussi à raconter son peuple. À l'heure où le court-métrage voire le long-métrage aussi est surtout sur vidéo numérique en Afrique, la cinéaste a choisi de filmer en Super 16 mm, saisissant ainsi toutes les nuances de couleur du ciel de Tunisie. Elle s'est entourée de l'équipe technique du film Jûnun (Fadhel Jaïbi), "un tournage sur lequel elle était stagiaire" nous apprend Asma DRISSI (quotidien La Presse, Tunis) : Ali Ben Abdallah (photo), Moez Cheikh (son), Mohamed Maghraoui (cadre) et Mounir Baâziz (1er assistant-réalisateur).
Signe de sa qualité, ce film a été sélectionné à plusieurs festivals prestigieux : Biennale Cinémas Arabes 2006 ; Cinémed ; Dubaï 2008 ; 9ème Ciné Sud ; et plus récemment au 3ème Panorama des Cinémas du Maghreb dont l'Algérie et la Tunisie sont les invitées phares. Elle s'attelle à son premier long métrage.

Thierno Ibrahima DIA

haut de page


   liens films

Brèche (La) [réal: Kaouther BEN HNIA] 2004
Kaouther Ben Hania

Junun (Démences) 2006
Fadhel Jaïbi

Making of, le dernier film 2006
Nouri Bouzid

Moi, ma soeur et "la chose" 2006
Kaouther Ben Hania

Tendresse du loup (Ors el dhib) عرس الذيب 2006
Jilani Saâdi


   liens artistes

Badr Fawzia


Ben Abdallah Ali


Ben Cheikh Moez


Ben H'nia Mohsen


Ben Hania Kaouther


Ben Saïdane Fatma


Boughédir Férid


Bouzid Nouri


El Beji Nourhane


Hamdi Riadh


Hamrouni Rim


Hym Jean-Christophe


Jaïbi Fadhel


Jalali Amine


Jendoubi Najoua


Khemir Nacer


Mabrouki Hassen


Maghraoui Mohamed


Rostom Rais


Taboubi Wafa


Tlijeni Jihad


Tlijeni Nidhal


   évènements

22/07/2006 > 30/07/2006
festival |France |
Biennale des cinémas arabes
8e édition - dans le cadre de la Caravane du cinéma euro-arabe

11/11/2006 > 18/11/2006
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage JCC 2006
21ème session

25/06/2007 > 30/06/2007
festival |Maroc |
Festival du Court Métrage Méditerranéen de Tanger 2007
5ème Edition

26/10/2007 > 04/11/2007
festival |France |
Cinémed 2007 - Festival international du Cinéma Méditérranéen de Montpellier
29e édition - peu de films africains au programme, mais tout de même...

21/03/2008 > 23/03/2008
festival |France |
Ciné Sud de Cozes 2008
9ème Edition. Festival de courts métrages de réalisation africaine. Ciné Sud 2008 se déroule une semaine avant le Festival Plein Sud

10/04/2008 > 13/04/2008
festival |France |
Panorama des Cinémas du Maghreb 2008
3e édition

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Bizibi Productions
France | Paris

Ecole des Arts et du Cinéma (EDAC)
Tunisie | TUNIS

Familia Productions
Tunisie | Tunis

Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs (FTCA)
Tunisie | TUNIS RP

FEMIS
France | PARIS

haut de page

   vidéos
   

 

Moi ma soeur et "la chose"
film intégral

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page